Pouvoir judiciaire au Mali : Indépendance, dives-vous ?

71
Pouvoir judiciaire au Mali : Indépendance, dives-vous ?

La justice Malienne est sévÚrement jugée, autant par les citoyens, que par les spécialistes du domaine.

Et si les textes de loi lui garantissent son indĂ©pendance, elle mĂȘme la compromet tous les jours par des actions qui ternissent son image.

Au Mali, il y a plein d’anecdotes qui circulent à propos des magistrats.

Un contentieux opposait deux citoyens, le premier, pour faire pencher le juge de son cĂŽtĂ©, lui apporta nuitamment, une gourde de miel. L’ayant appris, le second protagoniste se dĂ©pĂȘcha d’offrir au juge un taureau. Le lendemain, c’est bien Ă©videmment celui qui a offert le taureau qui gagna le procĂšs. L’autre, Ă  l’annonce du verdict s’écria : “depuis hier, je savais que le taureau avait brisĂ© ma gourde de miel”.

Propos d’humoristes ou de malveillants, il demeure un fait : les Maliens n’ont pas confiance en leur justice.

Qu’est-ce qui explique ce fait ?

Les explications varient selon les uns et les autres.

L’homme de la rue est trĂšs direct : “la justice, c’est Ă  la tĂȘte du client. Il n’y a pas de justice dans ce pays pour les pauvres”, affirme un jeune qui dit avoir eu des problĂšmes avec des magistrats. “Il n’y a qu’à voir le train de vie des juges pour se rendre compte que ce ne sont pas des gens qui vivent de leur salaire”, ajoute un autre.

Pour AD, Ă©conomiste ; la justice n’est pas indĂ©pendante : “il y a des forces qui font tout pour la dominer, mais d’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale, elle mĂȘme ne veut pas trop de cette libertĂ©. Les juges maliens sont bien payĂ©s, et pourtant, ils sont nombreux ; les juges qui ne se gĂȘnent pas pour prendre de l’argent”.

“La justice malienne est Ă  deux vitesses. C’est comme dans les fables de Lafontaine : selon que vous soyez riche ou pauvre, la justice vous rend blanc ou noir”.

Mais, ce qu’il faut remarquer, c’est que si les uns et les autres remettent facilement en cause la libertĂ© de ceux qui sont chargĂ©s de rendre la justice, il n’en est pas de mĂȘme pour la justice. “Le systĂšme judiciaire malien est organisĂ© de telle maniĂšre que les magistrats soient indĂ©pendants. Mais, ce n’est certainement pas le cas des juges”.

Un ex-bĂątonnier de l’ordre des avocats du Mali, affirmait il y a quelques annĂ©es lors d’une rentrĂ©e judiciaire : “L’affirmation du principe de la libertĂ© s’accompagne d’un corollaire, celui de la responsabilitĂ© en cas d’abus. Aucune dĂ©claration, aucune constitution ou lĂ©gislation ne consacre la libertĂ©”.

Pour cet autre juriste, ex-secrĂ©taire au barreau malien : “la justice malienne est indĂ©pendante. Mais les juges veulent-ils de cette indĂ©pendance ? Peuvent-ils l’assumer ? L’indĂ©pendance de la justice est une notion philosophique difficile Ă  cerner, mais les textes qui nous rĂ©gissent Ă©tablissent l’Etat de droit”.

La justice est différemment jugée des juges. Certes, ce sont les seconds qui influent sur la notoriété de la premiÚre ; mais, autant les uns et les autres apprécient le systÚme judiciaire ; autant la liberté des juges est contestée, du fait de leur comportement.

La Constitution du Mali en son article 89 affirme que “le pouvoir judiciaire est indĂ©pendant des pouvoirs lĂ©gislatifs et exĂ©cutif”. “Dans son travail, affirme ce magistrat, le juge n’est soumis qu’à l’autoritĂ© de la loi. Il n’a pas d’autres barriĂšres de fait”.

Le statut de la magistrature est bien dĂ©fini, et clairement scindĂ©. Les magistrats sont certes nommĂ©s par le PrĂ©sident de la RĂ©publique, mais, le dĂ©cret est pris ; non pas en conseil de ministres comme c’est le cas dans certains pays, mais, lors du conseil supĂ©rieur de la magistrature.

Une organisation parfaite, le conseil supĂ©rieur de la magistrature comprend 17 membres 8 sont des membres de droits, et les 9 autres sont Ă©lus par leurs pairs. Et le conseil de discipline qui sanctionne les magistrats en cas de faute ne peut pas siĂ©ger sans au minimum 6 membres Ă©lus. “Toutes ces prĂ©cautions ont pour but de garantir la libertĂ© des magistrats, affirme notre magistrat”.

“Au niveau des avancements, dans le temps l’avancement Ă©tait au choix. Aujourd’hui, il se fait tous les deux ans, en fonction de la note que l’on reçoit. Mais : les magistrats veulent-ils de cette liberté ?” Non, soutient-il.

“Quand toute une sĂ©rie de textes assure l’indĂ©pendance aux magistrats ; leur comportement fait penser Ă  autre chose. Il y a un hiatus entre le peuple et la justice. A moins que la mission de la magistrature ne soit incomprise Ă  la fois des juges et des citoyens”.

 

K.A.

PARTAGER

71 COMMENTAIRES

  1. ” Et si les textes de loi lui garantissent son indĂ©pendance, elle mĂȘme la compromet tous les jours par des actions qui ternissent son image. ”
    Effectivement, les textes de loi garantissent l’indĂ©pendance de notre justice. Cet Ă©tat de fait est du par ceux car ces derniers sont les proies favorables de certaines vĂ©reuses pour avoir un jugement en leur faveur. Tous ces comportements ont dĂ©crĂ©dibilisĂ© la justice Malienne.

  2. Je pense que la lutte contre la corruption au sein de notre justice n’est pas le seul ressort du prĂ©sident de la rĂ©publique, mais de tous. AssurĂ©ment, nous sommes tous coupables et en mĂȘme temps tous victimes. De ce fait, il faut que chacun de son cĂŽtĂ© change de comportement. Le faisant, nous pourrons juguler ce flĂ©au hors de chez nous.

  3. Pour ma part, je pense que l’Etat prendra toutes les mesures possibles pour Ă©radiquer ce phĂ©nomĂšne. Mais, j’estime que ces mesures Ă  elles seules ne suffisent pas pour y parvenir. De ce fait, il faut un changement de comportement de tous. đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„ đŸ˜„

  4. La corruption de la justice est un phĂ©nomĂšne qui gangrĂšne notre sociĂ©tĂ©. Pour lutter contre ce flĂ©au, le prĂ©sident s’attĂšle Ă  mettre des stratĂ©gies en place afin de lutter farouchement contre celui-ci. Tous les moyens sont bons pour y parvenir, mais je pense qu’il faut un Ă©veil de conscience et un changement drastique de comportement des uns et des autres. Faute de quoi, nous y irons de mal en pire.

  5. Je pense que la justice est ficelĂ© de sorte Ă  lui permettre de bĂ©nĂ©ficier d’une indĂ©pendante qui est Ă  la base de sur laquelle celle-ci peut s’appuyer pour rendre des dĂ©cisions juste et Ă©quitable.
    Mais la justice rends souvent des dĂ©cisions qui trahissent l’esprit de la justice. Pour permettre donc Ă  ce que les justiciables aient confiance en la justice; il faut des institutions Ă  mĂȘme d’analyser et de mettre en cause des dĂ©cisions arbitraires prononcĂ©es par des juges et les confier Ă  d’autres pour de meilleurs verdicts Ă©quitables et respectant la loi.

  6. Nous constatons que la justice est aujourd’hui une institution en crise est une Ă©vidence comme en tĂ©moignent les nombreuses polĂ©miques. Cette crise est due par la corruption au sein de celle-ci. On pourrait aussi dire que cette institution est Ă  la solde de certains individus vĂ©reux qui l’utilisent Ă  leur guise.

  7. Mais : les magistrats veulent-ils de cette libertĂ© ?” Non, soutient-il. 😳 😳 😳 😳 😳
    En effet, la plupart car certains gardent encore leur dignitĂ©, font de tel sorte Ă  se retrouver dans des situations oĂč ils ont les mains liĂ©es et doivent forcement rendre des dĂ©cisions en faveur de ceux qui les tiennent dans leurs mains.

  8. “Le statut de la magistrature est bien dĂ©fini, et clairement scindĂ©. Les magistrats sont certes nommĂ©s par le PrĂ©sident de la RĂ©publique, mais, le dĂ©cret est pris ; non pas en conseil de ministres comme c’est le cas dans certains pays, mais, lors du conseil supĂ©rieur de la magistrature”
    Ce qui leur confĂšre donc cette indĂ©pendance en permettant de dissocier l’exĂ©cutif et le lĂ©gislatif du judiciaire. Mais puisque dans chaque profession il y a des bonnes et des mauvaises personnes certaines rĂ©alitĂ©s font que cette indĂ©pendance est dĂ©niĂ©.

  9. La justice est indĂ©pendante mais ce sont les dĂ©cisions de justice qui sont tripatouillĂ©es par des individus vĂ©reux qui n’ont aucune conscience professionnelle qui font que nous doutons de cette indĂ©pendance.

  10. Les conditions sont remplis pour que la justice soit indĂ©pendante mais ce sont les juges et autres acteurs de ce secteur qui ne sont pas indĂ©pendants Ă  cause de certaines vellĂ©itĂ©s qui ne leur permettent pas d’ĂȘtre juste et Ă©quitable dans leurs dĂ©cisions.

  11. La justice est indĂ©pendante parce que les conditions sont rĂ©unis pour que cela soit possible mais ce qui est en cause c’est la conscience professionnelle de ces personnes qui ont un travail des plus nobles mais qui l’entachent par des fraudes et des jugements qui ne traduisent pas la volontĂ© des lois.

  12. Je pense que la corruption niveau des hommes de droit sous l’ùre du prĂ©sident IBK a beaucoup baissĂ©. Force est de reconnaĂźtre que beaucoup de mesures ont Ă©tĂ© prises en vue de renforcer l’autonomie de l’institution judiciaire. A mon humble avis, j’estime qu’il faut attaquer le mal Ă  la racine c’est-Ă -dire UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT.

  13. La justice est un maillon fort de toute sociĂ©tĂ© car elle est un instrument de maintien du bien-ĂȘtre social car elle permet la consolidation de la paix par des dĂ©cisions de justice Ă©quitables. Cependant, il arrive que pour des raisons personnelles et pour la plupart de profil certaines personnes portent atteinte Ă  l’honneur de cette profession.

  14. Le flĂ©au de la corruption de la justice est une rĂ©alitĂ© qui mine notre sociĂ©tĂ© depuis belle lurette. En effet, depuis l’avĂšnement d’ IBK Ă  la magistrature suprĂȘme, le phĂ©nomĂšne a connu une nette amĂ©lioration mĂȘme si celle-ci n’est pas suffisante. Car, la vie d’honnĂȘtes citoyens dĂ©pend de leurs jugements.

  15. Je pense que rĂ©ellement le cadre institutionnel est Ă©tablit pour permettre l’indĂ©pendance de notre justice mais celle de notre pays comme plusieurs autres au monde sont soit manipulĂ©s par des personnes vĂ©reuses soit les juges sont adeptes du gain facile; il est donc difficile en ces conditions pour elle d’ĂȘtre indĂ©pendante.

  16. Pour ma part, je pense que le phĂ©nomĂšne de la corruption au sein du pouvoir judiciaire, nous sommes tous coupables. Pour endiguer ce flĂ©au grandissant qui mine notre sociĂ©tĂ©, je prĂ©conise que l’indĂ©pendance de cette institution soit pratiquĂ©e et non un fait.

  17. Dans tout corps de mĂ©tier il y a des personnes qui font consciencieusement leur travail tandis que d’autres ne le font pas malheureusement pas bien ce qui jette le discrĂ©dit sur les autres.

  18. Les dĂ©cisions de justice sont dĂ©cisions desquels dĂ©pendent des vies donc il faut mener des enquĂȘtes sĂ©rieuses avant de se prononcer et mĂȘme si la perfection n’est pas de ce monde, la justice doit tout faire pour ĂȘtre transparente.

  19. La corruption judiciaire ne date pas d’aujourd’hui, depuis de rĂ©gime prĂ©cĂ©dant c’est adire celui d’ATT.
    Le rĂ©gime d’ATT Ă©tait basĂ© sur la corruption et la mal gouvernance, c’est-Ă -dire la mauvaise gestion de l’administration et la dĂ©sorganisation au sein de l’armĂ©e, et le dĂ©tournement du dernier public.

  20. La lutte contre la corruption de la justice est une lutte de tout le monde et de tous les jours.C’est pour cette raison que je demande l’adhĂ©sion de tous les maliens pour endiguer ce flĂ©au.
    Le président IBK fait déjà sa part et nous devons tous le soutenir dans ce sens.

  21. La lutte contre la corruption de la justice est une lutte de tout le monde et de tous les jours.C’est pour cette raison que je demande l’adhĂ©sion de tous les maliens pour endiguer ce flĂ©au.
    Le président IBK fait déjà sa part et nous devons tous le soutenir dans ce sens.

  22. Avec l’arrivĂ©e de IBK au pouvoir,nous pouvons dire que la corruption de la justice a beaucoup diminuĂ© au Mali.
    Nous sommes conscients qu’il reste beaucoup Ă  faire,mais les uns et les autre doivent savoir que le prĂ©sident a fait beaucoup et continue de faire ce qu’il peut.

  23. Signaler les cas de corruption judiciÚre. Il faut créer un environnement dans lequel prévaut le Mali.
    Refuser de participer Ă  toute activitĂ© qui ne soit ni lĂ©gale ni transparente. AccroĂźtre les investissements tant nationaux qu’étrangers. Tout le monde prĂ©fĂšre investir dans un pays dont on voit que les fonds ne disparaissent pas dans les poches de fonctionnaires corrompus

  24. Parmi tous les prĂ©sident qu’a connu notre Mali jusqu’à prĂ©sent,IBK est celui qui eu le courage de se prononcer sur la dĂ©pendance de la justice.
    Et depuis son accession au pouvoir,nous constatons avec fierté que ce phénomÚne qui met le pays en retard est fortement en train de diminuer chez nous.
    Personne ne peut donc s’asseoir pour critiquer le prĂ©sident concernant cette magouille.
    Merci président pour votre lutte


  25. Apprendre aux jeunes de votre pays ce qu’est un comportement Ă©thique, ce qu’est la corruption et comment la combattre, et les encourager Ă  revendiquer le droit Ă  l’éducation. Élever les futures gĂ©nĂ©rations de citoyens dans l’idĂ©e que les pays doivent ĂȘtre exempts de corruption est un des moyens les plus efficaces de leur garantir un avenir meilleur.

  26. Moi je pense que la de la justice est un phĂ©nomĂšne mondial qui touche mĂȘme les pays dits dĂ©veloppĂ©s.
    Ce n’est donc pas un cas spĂ©cifique Ă  notre pays.
    Mais il faut souligner depuis l’arrivĂ©e du prĂ©sident cela a fortement diminuĂ©…

  27. Apprendre aux jeunes de votre pays ce qu’est un comportement Ă©thique, ce qu’est la corruption et comment la combattre, et les encourager Ă  revendiquer le droit Ă  l’éducation. Élever les futures gĂ©nĂ©rations de citoyens dans l’idĂ©e que les pays doivent ĂȘtre exempts de corruption est un des moyens les plus efficaces de leur garantir un avenir meilleur.

  28. Nous savons tous que depuis des lustres notre justice est en proie Ă  la corruption.
    Cette corruption ne ne fait fait que miner nos libertés.
    Le président IBK fait en ce moment tout ce qui est en son pouvoir pour y trouver une solution.
    Nous le saluons et l’encourageons dans cette voie


  29. Pour cette histoire de corruption de la justice malienne,personne dans ce pays ne peut tenir IBK pour responsable.
    Il est venu trouver cette situation et c’est d’ailleurs lui qui se bat pour y remĂ©dier.
    Nous pouvons que lui dire merci pour cela.

  30. Le prĂ©sident Ibrahim Boubacar Keita n’a pas jamais cachĂ© sa volontĂ© de lutter contre la corruption de la justice malienne. Nous devons comprendre que seul il ne peut pas tant qu’on ne se donne pas la main pour l’aider dans cette lourde tache.

  31. Le prĂ©sident Ibrahim Boubacar Keita n’a pas jamais cachĂ© sa volontĂ© de lutter contre la corruption de la justice. Nous devons comprendre que seul il ne peut pas tant qu’on ne se donne pas la main pour l’aider dans cette lourde tache.

  32. la dĂ©mocratie exige la sĂ©paration des pouvoirs, il faut reconnaitre que cette sĂ©paration, Ă  son tour exige une bonne organisation. C’est dans cette perspective que l’appareil judiciaire malien s’est dotĂ© d’un systĂšme qui va des juridictions de base Ă  la cour suprĂȘme en passant par les cours d’Appel.

  33. La justice veille sur la gestion financiĂšre des agents chargĂ©s de l’exĂ©cution du budget national et des autres budgets que les lois assujettissent aux mĂȘmes rĂšgles, contrĂŽle les comptes matiĂšres, examine la gestion financiĂšre et comptable des organismes dotĂ©s de la personnalitĂ© civile et de l’autonomie financiĂšre et dans lesquels l’Etat et les collectivitĂ©s publiques ont un intĂ©rĂȘt.

  34. La cour suprĂȘme en sections rĂ©unies, statue en qualitĂ© de tribunal des conflits en cas de conflit de compĂ©tence d’attribution entre les juridictions judiciaires et administratives. Le MinistĂšre public est reprĂ©sentĂ© auprĂšs de cette institution par un procureur gĂ©nĂ©ral et des substituts gĂ©nĂ©raux. Dans ce cas il sera impĂ©ratif que le prĂ©sident des sections rĂ©unies soit un magistrat de l’ordre judiciaire.

  35. Les tribunaux administratifs : Ils constituent des juridictions de premiĂšre instance en matiĂšre administrative et s’occupent en principe aux litiges opposant les citoyens Ă  l’Etat, mais l’exception est ceux qui relĂšvent de la section administrative de la cour suprĂȘme. Les tribunaux administratifs statuent aussi sur les recours en annulation pour excĂšs de pouvoir dirigĂ©s contre les dĂ©cisions des autoritĂ©s administratives rĂ©gionales et locales, ainsi que sur les recours en interprĂ©tation et en apprĂ©ciation des dĂ©cisions Ă©manant des mĂȘmes autoritĂ©s. Il est importantes de mentionner que Les dĂ©cisions des juridictions administratives sont collectives (la collĂ©gialitĂ©).

  36. Les tribunaux de commerce : Ce sont des tribunaux qui connaissent des contestations relatives aux transactions entre commerçants, des contestations relatives aux actes de commerce, des faillites, liquidations et rĂšglements judiciaires. Les tribunaux de commerce sont composĂ©s d’un prĂ©sident et de quatre juges consulaires, dont deux titulaires et deux supplĂ©ants. Ces derniers sont Ă©lus par leurs pairs.

  37. les juges doivent respecter les justiciables en dĂ©fendant les intĂ©rĂȘts du citoyens maliens. Le Mali est un pays dĂ©mocratique qui a partage des 3 pouvoirs et donc le prĂ©sident n’accepterait jamais de s’insurger dans les dĂ©cisions de la justice.

  38. Pendant le lancement de la journĂ©e consacrĂ©e aux magistrats, le prĂ©sident a promis de ne pas se mĂȘler des dĂ©cisions de la justice. Ils sont appelĂ©s Ă  lire le droit, rien que le droit

  39. Depuis son accession au pouvoir, le président a fait la promotion de notre justice en mettant tout à leur disposition pour mieux appliquer la loi

  40. ce n'est que sous le régime d'IBK que la justice malienne est entrain de prendre de la forme. Le régime au pouvoir à faire valoir la démocratie en donnant à la justice toute ses droits et avantages. IBK fait pour que la justice malienne soit plus pressent d'une maniÚre juste et équitable dans la gestion du pays.

  41. Les juges doivent faire preuve de bonne foi et de patriotisme, la population malienne se plaigne couramment du travail de la justice. IBK dans sa bonne gouvernance a appelé les magistrats maliens à mieux faire leur travail.

  42. La justice d’un pays est l’une de ses maillons le plus sensible. La justice dans pay est trĂšs important pour sa stabilitĂ© politique. Les procureurs doivent faire preuve de responsabilitĂ© et de patriotisme. Le procureurs TessouguĂ© doit tout faire pour que la lutte contre la corruption et et tant d’autre crime ne reste pas impunie. 💡 💡 ➡

  43. Pour votre information les rapports du VEGAL ne sont pas ignorĂ©s par IBK. Ils sont dĂ©jĂ  en possession de la juridiction compĂ©tente. Nous sommes dans un pays dĂ©mocratique, alors le pouvoir exĂ©cutif ne peut interfĂ©rer dans le domaine du pouvoir judiciaire. Donc la justice malienne traite d’abord les diffĂ©rents dossiers avant de se prononcer. IBK a belle et bien dit « nul n’est et ne sera au-dessus de la loi »

  44. La justice malienne est en mouvement, seulement que les détracteurs tentent le tout pour faire croire le contraire à la population. Les magistrats doivent se mettre au four et au moulin, pour une bonne justice sur le sol malien. Toute la population malienne les félicites pour leur bon travail.

  45. IBK a invitĂ© la justice malienne Ă  se mettre au travail et les rassurĂ©s de tout leur droit et devoir. IBK a poussĂ© les magistrats maliens Ă  bien appliquer leur travail, car la justice est attendue pour la bonne mise en Ɠuvre de son travail.

  46. La dĂ©mocratie prime sur la dĂ©pendance des pouvoirs en particulier le pouvoir judiciaire est un pouvoir indĂ©pendant qui peut ƓuvrĂ© sans ĂȘtre menacer ou corrompus par les justiciables.

  47. La justice est l’une des maillons fort de la dĂ©mocratie d’un pays. Sans une justice compĂ©tente il n’y a pas de dĂ©mocratie, la stabilitĂ©. Les magistrats doivent mener Ă  bon et long terme leur travail.

  48. Les juges doivent travailler avec la conscience tranquille. Le gouvernement et la constitution malienne a protégé les juges avec les droit et financement possible pour que le justice malienne soit à la hauteur de la demande de la population.

  49. Le pouvoir judiciaire reste un pouvoir indépendant des autres pouvoir. Les juges doivent se mettre au travail et ne pas ne laisser corrompre par le personnes de mauvaise intention.

  50. Selon la constitution malienne du 25 fĂ©vrier 1992, le pouvoir judiciaire est indĂ©pendant des pouvoirs lĂ©gislatif et exĂ©cutif. Les juges ne sont soumis qu’à l’autoritĂ© de la loi. Donc les juges ne doivent pas se laisser acheter par les justiciables.

  51. La justice malienne est Ă  deux vitesses sans nul doute. Cela parce qu’il y a une justice pour les riches et une justice pour les pauvres. Les verdicts de la justice sont rendus en fonction de la situation des justiciables. Celui qui donne plus sera le gagnant du procĂšs. C’est la loi des riches. D’oĂč le fait que la justice est indĂ©pendant sur le papier et n’est soumise qu’à la seule autoritĂ© de la loi mais pratiquement cette justice n’est soumise qu’à l’autoritĂ© de l’argent.

  52. La justice malienne n’est pas du tout indĂ©pendante. Elle est soumise Ă  l‘autoritĂ© des biens des jugeable cela parce que les juges n’ont pas ƓuvrĂ© pour assurer leur libertĂ©. Mais d’une part c’est parce que ces juges ne sont pas bien payĂ©s qui les poussent Ă  prendre les pots-de-vin avec les sujets de droits.

  53. Au Mali la justice est uniquement pour les riches les pauvres n’ont pas droit à ce pouvoir. Rares sont les jugements qui vont à la faveur des pauvres que nous nous sommes. Seuls les riches trouvent gain de cause dans les juridictions maliennes.

  54. Dans la constitution malienne du 25 fĂ©vrier 1992, le pouvoir judicaire est indĂ©pendant des pouvoirs exĂ©cutif et lĂ©gislatif. Mais il reste Ă  savoir si les juges veulent de cette libertĂ© ? C’est Ă  eux d’ĂȘtre les premiers Ă  reconnaĂźtre leur indĂ©pendance en ne se laissant pas influencer par quoi que ce soit.

  55. La constitution consacre l’indĂ©pendance du pouvoir judiciaire dans notre pays. En vertu de la sĂ©paration du pouvoir en : pouvoir lĂ©gislatif, pouvoir exĂ©cutif et pouvoir judiciaire, les juges sont soumis Ă  la seule autoritĂ© de la loi. Ni le chef de l’exĂ©cutif ni le chef de lĂ©gislatif ne peut donner des injonctions Ă  ces juges.

  56. Pour que la justice malienne soit indépendante, il faut que les teneurs de ce pouvoir le soient au préalable. Donc ce sont les juges qui compromettent leur indépendance sinon les autorités ne peuvent rien contre eux, dans la logique.

  57. Les juges maliens ne sont pas indĂ©pendants. Ils sont presque tous soumis Ă  l’autoritĂ© du gain. Ce qui ne sied pas Ă  leur statut de juges, les personnes dĂ©lĂ©guĂ©es pour faire respecter la loi. Si les juges eux-mĂȘmes n’acceptent d’ĂȘtre indĂ©pendants, la justice ne le sera pas.

  58. Pour que la justice malienne, qui est indĂ©pendante textuellement, devienne indĂ©pendante pratiquement, les juges doivent accepter de n’ĂȘtre soumis qu’à la seule autoritĂ© de la loi. Ils e doivent pas se laisser influencer par les pots-de-vin des dĂ©linquants et autres malfrats. 🙄 🙄 🙄 😈 😈 😈

  59. La justice est indĂ©pendant des pouvoirs exĂ©cutif et lĂ©gislatif dans une dĂ©mocratie pluraliste comme notre pays. Il est sans doute vrai que la justice doit ĂȘtre indĂ©pendante mais est-ce qu'elle l'est dans ce pays? Est-ce que les juges veulent de cette indĂ©pendance.

  60. La justice est l’un des grands pouvoirs dans une dĂ©mocratie. Sans cette indĂ©pendance on ne saurait parler de dĂ©mocratie Ă  plus forte raison de rĂ©publique. Cette indĂ©pendance et garantie par le texte fondamental qui est la constitution.

  61. En toute rĂ©alitĂ©, l’absence de la justice malienne est visible, parfois mĂȘme on oublie qu’il y’a une justice au Mali. Qu’est ce qui l’empĂȘche de faire son travail comme il se doit ? Est-elle Ă  la hauteur ???

  62. La justice malienne a intĂ©rĂȘt Ă  changer et pour le bien-ĂȘtre du peuple malien et pour son propre bien ĂȘtre. Il me semble que le pouvoir judiciaire est l’un des pouvoirs le plus considĂ©rĂ©. 😳 😳 😳 😳 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  63. « Pouvoir judiciaire au Mali : IndĂ©pendance, dives-vous ? » Cette question mĂ©rite bien d’ĂȘtre posĂ©e car elle est d’une importance capital pour l’avenir de notre Maliba. Si les tenants de la justice ne peuvent assurer, qu’ils dĂ©gagent.

  64. Comme on le dit, il n’est jamais trop tard, si tel est rĂ©ellement le cas, la justice malienne a une chance de se rattraper. Sinon Ă  ce rythme, elle se dirige vers un Ă©chec sans pareil, et cela ne fera qu’abimer l’image de notre pays.

  65. Si aujourd’hui les uns et les autres se posent la question sur l’autonomie de la justice malienne ce qu’elle ne vaut rien. C’est une honte pour notre pays de voir que mĂȘme la justice n’est pas Ă  la hauteur.

  66. Les citoyens maliens ont tout Ă  fait raison de se poser la question sur l’indĂ©pendance de la justice. Puisqu’on ne voit pas des actes concrets venant de sa part, il arrive mĂȘme Ă  dire si elle n’est pas supprimĂ©e Ă  notre insu.

  67. L’image de notre justice est ternie depuis la nuit des temps, elle n’a jamais Ă©tĂ© Ă  la hauteur. Bref, ces tenants oublient ce dont pourquoi ils ont Ă©tĂ© choisies pour mener le bateau. đŸ˜„ đŸ˜„ 😆 😆 👿 👿 👿 👿

  68. A l’heure oĂč nous sommes la justice malienne a plusieurs actions Ă  mener, mais force est de reconnaitre qu’on ne la voit jamais sur le terrain. Il reste Ă  se demander si la justice malienne est vraiment indĂ©pendante.

  69. A l’heure oĂč nous sommes la justice malienne a plusieurs actions Ă  mener, mais force est de reconnaitre qu’on ne la voit jamais sur le terrain. Il reste Ă  se demander si la justice malienne est vraiment indĂ©pendante.

  70. J’acquiesce cet article, la justice malienne ne joue plus son rĂŽle comme il le faut. Le peuple espĂšre sur la justice en cas de violation de loi, dire que la justice elle-mĂȘme est en impasse.

  71. La justice malienne est loin d’ĂȘtre indĂ©pendant, elle a oubliĂ© tous ces devoirs. Finalement, on se demande si la justice existe rĂ©ellement au Mali. LĂ  oĂč elle est interpellĂ©e, elle n’est jamais prĂ©sente. 😆 😆 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.