Le festival Samogo fait un émule : Les liens culturels entre Gana et Senoufo se revitalisent

0

Le mois de décembre est riche sur le plan culturel dans la capitale du Folona : les ressortissants  du Ganadougou, prosaïquement appelés Gana, résidant à Kadiolo, pour un coup d’essai ont réussi un coup de maître, à la faveur de leur festival, organisé sur le terrain de sport de l’école Diallacoro Danioko. Le succès était au rendez-vous.

En marchant dans le sillage des Samogo, les Gana ont organisé leur festival les 22 et 23 décembre dernier. A l’occasion de l’anniversaire de la création de l’émission radiophonique Gana bulon, qui enregistre la plus grande audience  sur les ondes de la radio privée Ciwara FM, les deux animateurs de l’émission, Abdramane Diallo et Ali Sangaré, de concert avec le directeur de la station de radio, Soumaïla Danioko, ont décidé de fêter avec éclat, l’événement, car Gana bulon venait de souffler sa première bougie. D’où ces deux jours de réjouissance.

Ce festival avait pour objectif de raffermir les liens de plaisanterie à parenté entre les Gana et les Senoufo. La plaisanterie à parenté est susceptible d’arriver à bout de tout différend né entre deux parties.

Deux jours durant, Kadiolo a vibré au rythme des sonorités du Ganadougou, du Tinièdougou, du Banimonotié et du Folona : senté, didadi, bôlôlô (pour les Senoufo). Juste après le passage du groupe de balafons de Lofiné, Barakissa Diarra et sa troupe du Ganadougou ont tenu le public en haleine 48 heures durant. Idem pour Djènèba Mariko et sa troupe du Baninko.

Aux sons du volumineux tam-tam, des castagnettes, du ‘’yabara’’, du tambour, du tambourin, les femmes s’étant drapées qui dans leur tunique monocolore, qui dans leur robe bigarrée, se sont bien trémoussées, en exécutant des pas de danse  du gana fôli, du senté, du didadi et du bari. Ramata Togola et son groupe de Loulouni ont aussi agrémenté les deux jours.

Des liens culturels au beau fixe !

A tout seigneur tout honneur, c’est le groupe des joueurs de balafon de Lofiné  (village natal de Tiona Matthieu Koné), qui a donné le coup d’envoi des prestations, dans l’après-midi du 22 décembre. De la nuit du 22 à l’après-midi du 23 décembre dernier, les artistes de renom au niveau provincial, se sont succédé sur le plateau.

Thiona Matthieu Koné, qui jouit d’une bonne notoriété dans son terroir, a eu l’honneur d’être le parrain de ce festival. A cause de son agenda chargé, il s’est fait représenter par Souleymane Traoré, élu au Conseil Communal de Kadiolo.

Le maître de cérémonie, Idrissa Diallo, exprimait sa gratitude à l’endroit des différents sponsors qu’étaient  Ciwara FM, Boulangerie Saniya, les Etablissements Amadou Ouattara,  l’Entreprise de BTP Bâtir Jôli Wale, la Boutique Electronic Ali Traoré, alias Bougouni Ali, Fatoumata Fimannin Négoce Tissus.

Grâce à  l’émission “Gana Bulon”, les liens culturels entre Gana et Senoufo sont au beau fixe. Le festival Gana a séduit le public. En dehors de la musique, les différents intervenants Gana aussi bien que Sénoufos, à la faveur du cousinage à plaisanterie se sont lancé des piques.

A écouter les festivaliers, le jeu en valait la chandelle, car tout le gotha politique du Ganadougou était présent pour la circonstance : Sériba Diallo, maire de Nièna, Mamadou Diallo, maire de la commune rurale  de Miniko, Seydou Diallo 1er vice-président du Conseil de Cercle de Sikasso, Daouda Sangaré, opérateur économique de Ntchikouna, installé à Nièna.

Ont brillé par leur présence à ce festival, le 1er adjoint au préfet, Siaka Kanté, représentant le préfet Mahamar Haïdara, Mamadou Diallo, le président de l’association des Gana, résidant à Kadiolo, Soumaïla Danioko, le promoteur de la radio Ciwara FM, Idrissa Diallo, Gana et maître de cérémonie, représentant de Kéné TV à Sikasso, sans oublier les ressortissants de Yanfolila, Bougouni, Kolondièba, Nièna, résidant à Kadiolo.

La fête fut honnêtement belle.

 Mohamed Koné, Correspondant à Kadiolo

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here