Libération des voies publiques : Le gouvernement toujours impuissant face à l’anarchie!

3
Le boulevard du Peuple à Bamako
Le boulevard du Peuple à Bamako, en janvier 2013. © AFP

Lancée en mars dernier, par le ministère du commerce, Abdel Karim Konaté et  le ministre de l’urbanisme et de la politique de la ville d’alors, Moussa Mara, l’opération de libération des voies publiques de la capitale, qui avait été vivement saluée par les usagers semble être vouée à l’échec. Car au grand dam des autorités, certains marchands déguerpis sont de retour,  et de plus belle manière sur les voies publiques. 

 

Faut-il le rappeler, en vue de décongestionner les voies publiques de Bamako, les autorités maliennes avaient lancé une grande opération de déguerpissement après avoir sensibilisé les marchands. Opération lors de laquelle plusieurs kiosques anarchiquement installés ont été démolis aux ‘’Halles de Bamako’’ et la zone ‘’Artisanat- Assemblée nationale’’ appelée ‘’Rail da’’. L’initiative avait été vivement saluée par les usagers. Car, faut-il, le souligner, l’occupation anarchique des voies publiques est sources de plusieurs problèmes. Au nombre desquels, les embouteillages interminables et les courts circuits électriques, souvent  à l’origine des incendies.

Mais tristement, 6 mois après, le constat est amer. Et, l’Histoire semble avoir donné raison à ceux qui n’y croyaient pas trop à la réussite de l’opération. Car les voies concernées sont de nouveau réoccupées par les marchands, excepté celle des Halles de Bamako Houphouet Boigny. Et ce, malgré les contrôles inopinés des forces de l’ordre qui désormais semblent être à bout de souffle.  Pourtant, les autorités tout comme les usagers étaient tous unanimes qu’il fallait un travail de longue haleine, pour atteindre l’objectif recherché. A savoir, libérer  totalement les voies publiques, et mettre fin aux installations anarchiques des kiosques et hangars des marchands.

 

Or, l’opération a coûté au contribuable malien, plusieurs centaines de millions. A titre d’exemples, rien que pour recaser les commerçants déguerpis, le gouvernement malien a déboursé environ 375 millions de Fcfa pour rénover 625 magasins aux Halles de Bamako.

Le gouvernement va-t-il se laisser faire de nouveau ? En tout cas rien n’est moins sûr, car d’autres mesures comme celle du  port obligatoire du casque sont jusque là restés lettre morte.

 

Lassina NIANGALY

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Merci M.Niangaly pour cet article,j’ai toujours cherché à connaitre les raison du “Stand by” de cette opération préparée depuis des mois en avance. Quelles sont les raisons de cet arrêt? pourquoi il n’y a aucune information.L’inaction et le silence coupable contribuent ici à affaiblir l’État. Que de bruit autour de cette initiative, de report en report, des sensibilisations dans les différents médias mais finalement tout çà pour çà.

    • Notre etat et le goouvernement (du president au derneir) ne savent que faire des patages pour manipuler la population alors ils seront que voila on a fait encore un petit boukan cela va leur rendre encore un aveugle en attendant le prochain coup. Quel gouvernement de mer-de, si Vous ne pouvez pas tenir Vos paroles en etant constant dans Vos actes et actions, alors FERMEZ VOS GUEU-LES.

  2. “Le gouvernement toujours impuissant face à l’anarchie!”

    C’est faux!!!

    Tous les pays du monde: Chine, Rwanda, Italie, Afrique du sud… ont connu ces problemes, mais les dirigeants ont fait leur travail avec courage!
    Les notres ne font que jouir des privileges de leurs postes, non-productif, avec dees salaires enormes, pour une efficacite nulle.

Comments are closed.