Mairie de la commune du Mandé : Le bicéphalisme coûte cher aux enseignants

0

Du fait de la situation boueuse dans la mairie de la commune du Mandé, les enseignants payent les frais. Et cela, sans être les auteurs de l’inimaginable imbroglio politique qui s’y est déjà enraciné.

Les enseignants en commune du Mandé sont devenus les dindons d’une farce qu’ils n’ont pas inventée. Depuis l’installation de la nouvelle autorité intérimaire contestée, des soulèvements contre elle ne connaissent pas de répit. En témoignent la déclaration des 25 chefs de village, les commentaires sur les réseaux sociaux et les marches de protestation.

Le hic est que les enseignants de la commune du Mandé se trouvent confrontés au sérieux problème de salaire. Le bras de fer entre les enseignants et l’Etat est un secret de polichinelle dans ce pays depuis l’année dernière. Le Premier ministre, non moins ministre des l’Economie et des Finances a ordonné de prélever les jours non travaillés sur les salaires des enseignants.  Les enseignants ont le droit d’aller en grève et l’Etat est aussi dans son rôle de faire le prélèvement.

De sources bien introduites, le reste du salaire sur lequel les enseignants comptent est devenu inaccessible pour les enseignants de la commune du Mandé. L’argent n’arrive pas à tomber dans leurs comptes bancaires à cause du bicéphalisme sordide à la mairie. La signature de l’état des enseignants revient au maire de la commune comme l’exige la décentralisation.

Pour le cas particulier de cette zone, on parlera du Président de l’autorité intérimaire, car les élections municipales de 2016 ont été annulées. Au Mandé, il y a deux camps : Nouhoum Kélépily et ses acolytes et Mamourou Kéita, alias Mamourouba et ses ouailles. De sources proches du dossier, chaque camp signe les papiers à son niveau.

Aux dernières nouvelles, la signature de Mamourou ne passe pas partout comme lettre à la poste. Et pour cause, quand l’état du  salaire des agents de santé a été signé par Nouhoum Kélépily, aucun problème ne s’est posé. Mais le secrétaire général de la mairie de la commune, Moumouni Fofana, a commis l’erreur de donner l’état du salaire des enseignants à Mamourouba pour signature. La perception de Kalabancoro l’a déclarée nulle et non avenue.

Donc les enseignants sont dans l’attente de leur salaire, pas du fait de blocage par le gouvernement, mais à cause de la signature de Mamourou Kéita que la perception refuse de reconnaître. La situation qui prévaut en commune du Mandé n’est pas favorable à la bonne marche de la décentralisation. Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Ba dit Bill s’est-il reposé sur ses lauriers ? C’est du moins la question que l’on se pose.

Bazoumana KANE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here