Militarisation de la transition au Mali : Quand le peuple se laisse distraire par un faux débat

4

Depuis plusieurs jours, la nomination des officiers militaires à des postes de responsabilités domine les débats politiques au Mali. Ils sont onze (11) gouverneurs sur 17 à être nommés, la semaine derrière, en conseil des ministres à plusieurs postes clés attribués aux officiers dans les départements ministériels. Des décisions contestées par la classe politique qui estime que ces postes lui reviennent de droit. Divertissant ainsi le peuple dans une période cruciale, où l’intérêt général du pays doit primer.

Une crise sécuritaire qui ne préoccupe pas les politiques ?

Le Mali traverse depuis près de 10 ans une crise sans président de son histoire. Le pays est coupé depuis plusieurs années en deux ; la souveraineté de l’Etat n’est pas exercée sur une grande partie du territoire national, notamment les régions du nord du pays et une grande partie des régions de Mopti et de Ségou. Des villages entiers sont détruits et incendiés, des civils sont tués par centaines, des responsables des administrations publiques sont enlevés, séquestrés, torturés et souvent assassinés. Il en est de même pour les opérateurs économiques.  Les militaires sont eux aussi victimes des attaques et des embuscades meurtrières. Le pays, selon plusieurs observateurs, est menacé jusque dans son existence. Une situation créée, selon certains, par le manque de vision politique des anciens dirigeants.

Une crise politique interminable !

Le Mali a connu l’une des crises politiques les plus graves sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Keïta. Cela, avec la contestation populaire conduite par le M5-RFP qui a occasionné sa chute le 18 aout 2020. La classe politique, divisée pour l’occasion, n’a encore pas su se rassembler. Si un parti est avec la junte militaire qui a pris le pouvoir en aout dernier, une autre frange est toujours dans la contestation. Des contestations qui ont refait face après l’annonce des clés de répartition du CNT et les modalités de sa mise en œuvre. Si pendant la contestation de l’ancien régime les politiques faisaient croire qu’il s’agit de sauver le Mali, actuellement, ce serait de sauver la classe politique.

Car ils dénoncent tous la clé de répartition des membres du Conseil national de la transition (CNT). Et du coup, les états-majors des partis politiques sont tous boycottés par le CNT. Car les décisions sont prises sans consensus politique. Mais il se trouve que les directions des partis et regroupements politiques ne sont pas dans la même direction. Car pendant que les directions boycottent le CNT, des cadres politiques ont déposé solitairement leurs dossiers. Le cabinet du Vice-président de la transition a annoncé l’arrivée de plus de plus de 1000 dossiers, dont 150 du MR-RFP.  Selon certains observateurs, ces dépôts solitaires confortent les autorités de la transition dans leur décision et fragilise les directoires des regroupements et partis politiques dans cette bataille pour le CNT. Et du coup, plusieurs ténors de la classe politique se sont retrouvés dans le CNT. Il s’agit entre autres de Mamadou Diarrassouba, Mamadou Hawa Gamassa et Assarid Ag Imbarcaouane.  Ce feuilleton qu’il nous est donné de suivre est loin de livrer toutes ses vérités.

En clair, ces débats et ces tiraillements ne font que divertir le peuple malien de l’essentiel. A savoir la refondation du Mali à travers des réformes politiques, institutionnelles et administratives, l’organisation des élections générales crédibles, transparentes et inclusives. Et cela, dans le délai des 18 mois.

André Traoré

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. La France veut faire du Mali une Centrafrique bis

    Elle se accroche encore là-bas mais les Russes comblent me vide et la la France impérialiste demande a Bozizé de temporiser
    via appels a dépôt des armes.mais les Russes ne sont pas de gros naïfs Et envoi des hommes en masse pour déjouer le complot de la France et ses suppots
    Le Rwanda se mêle aussi de la partie

    Vive la coopération Afrique Russie,!!
    Voir lien ci dessous
    https://www.journaldemontreal.com/2020/12/21/la-russie-a-envoye-plusieurs-centaines-de-soldats-en-centrafrique

  2. ohh! Père Ban Daw, le Mali ne peut pas être fixé comme ça, aujourd’hui les Malienns ne peuvent pas être enseignés pour de bon, le Mali ne peut pas être gouverné pour de bon, maintenant ce qu’on appelle Tuer de misérables politiciens sans valeurs, ambassades de France avec leurs alliés en dehors de notre pays pour toujours, comme vous allez Ban Daw, le Mali ne peut pas être gouverné comme ça

  3. Le sens de la transition est l’élaboration de textes acceptables par tous les acteurs. Mettre ces derniers de côté est une épine dans la semelle de bidasse.

  4. Très Cher André TRAORE, la refondation du Mali à travers des réformes politiques, institutionnelles et administratives, l’organisation des élections générales crédibles, transparentes et inclusives. Et cela, dans le délai des 18 mois peuvent être une réalité si les conditions de confiance s’installent entre les acteurs. Notons bien que ces objectifs ne serons atteints qu’avec des comportements raisonnables, corrects et consensuels; il faut que les acteurs se sentent impliquer et non qu’ils soient mis devant les faits déjà accomplis; il faut retenir que la manière de dire bonjour peut apparaitre injurieuse si la forme n’y est pas. Malheureusement, les jeunes militaires agissent exactement à contre courant des aspirations des autres acteurs, ils veulent imposer leur dicta à tous, cela est anormal et inacceptable.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here