Mise en œuvre du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) : Cap sur le programme de renforcement au niveau local

0

La commission nationale de gouvernance et de mise en œuvre du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) est dans la dynamique du rêve d’un Mali émergent à l’horizon 2025. Convaincue que la société civile et les communautés à la base constituent un maillon essentiel des composantes de la  commission nationale de gouvernance MAEP, la commission nationale MAEP du Mali a opté pour un vaste programme de renforcement de la mise en œuvre du MAEP au niveau local.

 

Suite à une série de formations des formateurs dans les régions et cercles du pays, celle-ci a, en partenariat avec l’Union Européenne et la fondation allemande Hans Seidel, organisé un atelier de clôture de ses activités le 8 janvier dernier au CICB. Il s’agit d’un atelier de dissémination d’un vaste programme de campagne d’information et de sensibilisation autour du renforcement de la mise en œuvre du MAEP au niveau local.

 

La journée était riche en communications assurées par M. Daouda Koné et d’autres  experts à la commission nationale de gouvernance du MAEP/Mali qui ont beaucoup mis l’accent sur les conditions de renforcement de la mise en œuvre du MAEP au niveau local. Selon les experts, il faut surtout une meilleure implication des populations à la base dans ce processus.

 

Lors de cette rencontre, les participants ont passé en revue le rapport d’évaluation du Mali, les enjeux et les défis, les forces et les faiblesses de la gouvernance au Mali. Selon Daouda Koné, il s’agit pour le cas de Mali, d’agir sur les contraintes relevées, d’anticiper sur les risques identifiés en vue de transformer les capacités et atouts majeurs du pays en foyers de richesse, de croissance et de développement durable.

Rappelons que le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs est un processus d’évaluation participatif de la gouvernance qui requiert un engagement de l’ensemble des acteurs du développement à savoir le gouvernement, les institutions, les partis politiques, la société civile, la presse et les collectivités locales. Il vise essentiellement à améliorer la qualité de la gouvernance dans ses composantes : démocratie et gouvernance politique, gouvernance et gestion économique, gouvernance des entreprises et développement socio-économique.

Le MAEP vise aussi à favoriser l’adoption des lois, politiques, normes et pratiques appropriées pouvant mener à la stabilité politique, à une forte croissance économique, à un développement durable et à une intégration économique accélérée aux niveaux national, sous-régional et continental. Le mécanisme tire sa source fondatrice dans le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD). C’est au cours de la réunion du 9 Mars 2003 que le comité des chefs d’Etats et de gouvernements chargé de la mise en œuvre du NEPAD a adopté les documents relatifs au MAEP.

Depuis le 1er  Novembre 2007, le Mali, qui a été l’un des premiers pays à adhérer au MAEP en 2003, dispose d’une Commission Nationale de la Gouvernance qui est la cheville ouvrière de ce processus. Cette Commission est présidée par M. Ousmane Diallo.

Daniel KOURIBA

PARTAGER