Patronat du Mali : Le camp Mamadou Sinsy Coulibaly dénonce une « occupation illégitime et arbitraire » du CNPM

2

Le contentieux  électoral qui défraie la chronique  autour de la  présidence du Conseil National  du patronat du Mali était au cœur d’une conférence de presse animée, hier jeudi, par les avocats et   les membres de la  liste Mamadou Sinsy Coulibaly.  Ils apportent une lumière sur  le déroulement des évènements  et  appellent la justice à éclairer  cette affaire inédite ce vendredi.

Maliweb.net -« Nous voulons apporter  une lumière sur l’intox qui anime les réseaux sociaux nous concernant », a introduit Mme Berthé Mariam Bengali,  conférencière et membre de la lice présidée par l’opérateur économique  Mamadou Sinsy Coulibaly.   Expliquant  les raisons qui ont motivé le  report de l’élection du Président du patronat, elle a présenté  un problème d’ordre matériel engendré par les cas de doublons.  

 D’après elle, les deux listes de 20 membres chacune portées par le président sortant Mamdou Sinsy Coulibaly et Amadou Sankaré dit Diadié comportaient  des doublons. Pour preuve, elle a hissé devant les caméras les deux listes déposées  à 10 jours  de la tenue de  l’élection  sur lesquelles on peut  lire le nom  de huit personnes figurant dans les deux listes.   Face à cette situation inédite, poursuit  Mme Berthé Mariam Bengali,  le secrétaire général du CNPM chargé de l’organisation de l’élection a été obligé par souci de conformité aux textes de saisir  le 17 septembre dernier les deux candidats par voix d’huissier  pour leur demander de corriger  les cas de doublons.  Cela,  parce que   certains opérateurs économiques concernés par ces doublons avaient déjà  saisi le  patronat pour le signaler.

 Ainsi, par  conformité au statut et règlement intérieur de l’organisation patronale,  il a été décidé   suite à une assemblée générale de reporter le scrutin   afin de permettre aux deux parties de refaire  les lices en dépouillant des cas de doublure.  Cette décision  intervenue le 26 septembre,  soit à 48 heures de la date de l’élection,  a été suivie de la convocation d’une nouvelle élection à savoir le 8 octobre 2020 afin de permettre   d’élire le nouveau bureau  avant la fin  du mandat du bureau sortant  qui devrait prendre fin deux jours après l’élection du nouveau bureau.

 Le camp Mamadou Sinsy Coulibaly indique qu’il a été surpris de constater  que le camp adverse refuse  de se conformer  aux dispositions susmentionnées, puis procéder à l’organisation  de ce qu’il qualifie d’un simulacre d’élection le 26 septembre devant le patronat. Toujours selon lui, le camp Diadié Sangaré a refusé de corriger les erreurs puis participer à l’élection du 8 octobre dernier, c’est pourquoi la seule liste présente a été élue  par plus de 105 délégués sur les 155 délégués du Patronat du Mali autorisés par les textes à voter.

 Bataille judiciaire  

 A en croire à Mme Berthé, le nouveau  bureau élu, et qui  devrait prendre fonction le lundi 12 octobre dernier, a été surpris lorsque ses membres ont été interdits d’accès aux locaux du Patronat par les forces de sécurité qui agissaient sur ordonnance émise par le tribunal de la commune IV. «  C’est sur les réseaux sociaux que nous avons appris l’existence  de cette notification de justice qui autorise le camp Diadié Sankaré à s’installer au patronat.  C’est pourquoi nous avons saisi nos avocats, qui, par voie d’huissier, sont allés faire le constat », a déploré la conférencière  qui qualifie cette occupation « d’illégitime et arbitraire ».

Les avocats  de ce camp représenté par Me Sékou Oumar Barry annoncent qu’une procédure judiciaire   a été engagée contre cette ordonnance du tribunal de la commune IV. Le jugement de cette requête aux fins de rétractation d’ordonnance  est attendu ce vendredi à 15 heures.   Cet avocat soutient que même si les statuts et le règlement restent muets sur le report  de l’élection, il était nécessaire parce que matériellement il n’était pas possible d’organiser une élection avec les cas de doublons.

La liste conduite par Mamadou Sinsy Coulibaly dit  avoir  le soutien de 80 % du secteur privé  Malien et  reste  confiante  à la décision  que  la justice rendra ce vendredi.  D’ores et déjà,  ce camp  dénonce un lobbying extérieur au monde patronal qui veut  imposer  un candidat.   Parce qu’il estime être victime de lutte acharnée qu’il a enclenché lors de ces cinq dernières années contre la corruption.   Et il n’entend pas rester en mi-chemin jusqu’à ce que la corruption soit vaincue.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. tue ne connais peut etre pas Sinsy coulibaly.
    vas ecouter sa conversation avec clement Dembele tu verra que lui meme n’est pas clair comme tu le penses.

  2. En se fiant à l’argumentation du camp Mamadou Sinsy Coulibaly, nous voyons clairement que la justice ne doit avoir de problème à trancher dans cette affaire.
    Par principe, une élection vise à choisir un camp. Dans ce contexte, il fallait soit invalider de part et d’autre les votes des 8 individus représentés en doublon, ou tout simplement reporter l’élection pour donner le temps aux deux candidats de régler le problème de doublons. Cette deuxieme option est l’approche la plus participative et répresentative des membres du CNPM. Dans les deux cas, il devrait y avoir des textes règlementaires qui étayent la décision prise.
    Si je devrais voter pour élire le Président du CNPM, j’aurais certainement choisi Mamadou Sinsy Coulibaly, en ce sens que ce Monsieur a déjà démontré son engagement dans la lutte contre la corruption à ses propres risques et périls. Et nous savons tous pertinemment combien de d’opérateurs économiques véreux souhaitent maintenir le statu quo au détriment du développement notre pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here