Ramadan et couvre-feu : des fidèles musulmans s’épanchent !

1

Le mois de ramadan est très précieux dans la vie de tout musulman, un mois de dévotion, de prières, de bénédictions, de solidarité et de quête de grâce divine. Mais la pandémie à coronavirus a bouleversé le monde et certaines pratiques religieuses.

Le gouvernement du Mali, dans le cadre de la protection de la population, avait instauré le couvre-feu le 25 mars qui a finalement été levé le 10 mai. Une mesure diversement appréciée par les fidèles musulmans.

Selon l’Imam Haguibe Coulibaly, l’instauration du couvre-feu suite à la pandémie à coronavirus est une très bonne chose afin d’éviter sa propagation. Certes l’Etat n’a pas obligé les mosquées à fermer leurs portes, mais il a laissé le choix à tout un chacun dont certains ont approuvé la fermeture des mosquées et d’autres ne l’ont pas fait.

Le coronavirus n’avait pas atteint le plus haut niveau pour fermer nos mosquées, dit-il, avant d’ajouter que les pays où les mosquées sont fermées, que cela est dû au nombre de cas élevés. « Seul Dieu peut nous enlever cette maladie, notre force est de prier le Tout-puissant et cela ne peut se faire que dans les mosquées. Si le gouvernement pouvait nous laisser faire notre prière de la nuit durant les dix derniers jours du mois de ramadan, cela nous ferait plaisir », a ajouté l’Imam Coulibaly.    

« Les mosquées sont des lieux qui ne doivent jamais être fermées.  C’est la maison de Dieu et seul L’Eternel peut régler tous nos problèmes en priant et demander pardon », a laissé entendre Amadou Traoré, muezzin. Et à un jeune musulman pratiquant d’ajouter qu’il ne connaît pas d’autres endroits pour demander à Dieu de « nous enlever cette maladie si ce n’est pas la mosquée ; le gouvernement devrait exclure les mosquées du couvre-feu. »   

S’agissant de la pandémie à Coronavirus, Nouhoum Diarra, agent commercial, dit ne pas croire à son existence. Le gouvernement devrait lever le couvre-feu pendant ce mois afin que « nous priions profondément pour implorer Dieu de nous pardonner et qu’il fasse disparaître cette maladie à jamais dans notre pays. »

Pour sa part, Kadiatou Togola estime que cette situation est vraiment dramatique. « Nous sommes dans un pays pauvre et seules les bénédictions du Tout-puissant, tout Miséricordieux, peuvent nous sortir de cette situation et le mois de ramadan est le meilleur moment pour que tous nos souhaits soient exaucés » confesse-t-elle.

L’imam Chaka Konaté ne partage pas cet avis. Selon lui, « les mosquées devraient être fermées afin de nous protéger les uns et les autres contre cette maladie dangereuse. Pour pouvoir prier, il faut d’abord être en bonne santé », a-t-il indiqué.

Moussa Kanté, enseignant, indique que tout problème a une solution. Ainsi, « si le couvre-feu est la solution pour ne pas attraper le coronavirus, qu’il en soit ainsi. Mais une chose est sûre : le destin de tout un chacun est entre les mains d’Allah » affirme-t-il. *

« Seule la croyance divine peut nous sortir de cette crise sanitaire. Si nous prions, demandons pardon à Dieu, pour nos crimes et péchés, ça ira » croit savoir un jeune musulman pratiquant.

Fatim B. Tounkara 

    ……………………………………………………………………………………

 

Levée du couvre-feu : les Bamakois se prononcent

 

Le Premier ministre Dr. Boubou Cissé, chef du gouvernement, suite au Conseil national de défense extraordinaire, qui s’est tenu le vendredi le 08 mai au Palais de Koulouba, a annoncé la levée du couvre-feu sur toute l’étendue du territoire national.  Les avis des Bamakois sont partagés sur le sujet.

 

 

Bourama Mama Coulibaly, étudiant en journalisme :

 

« Je pense que la levée du couvre-feu est une bonne chose

 

Je pense que la levée du couvre-feu, annoncée par le Premier ministre Dr. Boubou Cissé, est une bonne chose. Mais c’est toujours un risque car le coronavirus n’est toujours pas derrière nous. Une bonne chose car la majorité des Maliens vivent dans le secteur informel, c’est-à-dire ne sont pas salariés.

Avec le couvre-feu, beaucoup de gens qui travaillent la nuit (boutiquiers, vendeurs ou vendeuses de nourriture, etc.) ont souffert. C’est un risque car beaucoup de choses louches se font pendant la nuit. La distance d’un mètre ne pourrait plus être respectée. Peu de gens portent les masques la nuit.

 

Fatoumata Taty Macalou, commerçante :

« Je suis très contente de la levée du couvre-feu »

Personnellement, je suis très contente de la levée du couvre-feu parce que beaucoup de Maliens travaillent pendant la nuit. L’Etat a pris cette mesure sans penser aux autres. Il y a certains restaurants qui n’ouvrent que la nuit et leurs activités financières étaient arrêtées à cause du couvre-feu, ainsi que les commerçants, les usines, les artistes aussi, pas de concerts. Il n’y avait aucune distraction au Mali. Dieu merci que cela soit levé surtout à l’approche de la fête. Nous aussi, nous allons gagner un peu pour subvenir au besoin de notre famille.

 

Sékou Samaké, Tailleur : « Je vais prier Dieu ce soir pour la levée du couvre-feu »

Je suis très ému de la levée du couvre-feu parce que depuis son instauration jusqu’à aujourd’hui, je n’ai eu que des malheurs. Tout ce que je devais gagner avant le ramadan, je l’ai raté. Le plus gros de mon travail se fait la nuit et c’est la nuit que je gagne beaucoup plus. Je vais prier Dieu ce soir pour la levée du couvre-feu, que cela ne revienne plus au Mali.

Moussa Kanté, chef de chantier : « Je suis contre la levée du couvre-feu »

Je suis contre la levée du couvre-feu parce qu’il a permis aux chefs de famille de bien connaître et échanger avec leurs enfants, leur femme et comment la famille survit derrière lui. Non seulement, il a permis le rapprochement entre les membres d’une famille mais aussi de nous protéger contre cette maladie. Aussi, mon quartier est plein de jeunes qui ne font rien et qui trouble la quiétude de la population. Mais, grâce au couvre-feu, c’était devenu calme et paisible. Mais ils vont reprendre leurs mauvaises habitudes encore.

Moustapha Sissoko, mécanicien : « Je suis ravi que le couvre-feu prenne fin »

Je suis ravi que le couvre-feu ait pris fin car je gagne pendant la nuit plus que la journée. Cette mesure m’a causé beaucoup de torts, financièrement parlant. Notre pays a plus d’ouvriers que de fonctionnaires, plus de pauvres que de riches. Alors, je ne voyais pas l’intérêt du couvre-feu. On vit les uns et des autres.

Seynabou Singaré, monitrice : « Il était vraiment temps que le couvre-feu soit levé »

Il était vraiment temps que le couvre-feu soit levé car son instauration était mal faite et il a fallu la colère de la population pour que cette mesure soit levée. Nos gouvernants imitent les autres pays qui ont beaucoup aidé leur population. Tel n’a pas été le cas chez nous. Il n’y avait plus d’activités, tout était arrêté, pas d’argent, pas de mouvement surtout ceux qui travaillent la nuit, à savoir les restaurants, les tailleurs, les boutiques et vendeuses de nourriture ne gagnaient plus d’argent. C’était vraiment dur. Les gens sont stressés car nous ne sommes pas habitués au confinement. Vraiment, c’est une très bonne chose qu’il soit levé.

Fatim B. Tounkara

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Vous pouvez continuer à croire que cette pandémie s’en ira toute seule sans avoir observé les gestes barrières. Il ne faut pas être pressé car le pire à craindre est encore à venir, ce que nous ne souhaitons pas et, en ce moment-là, vous pourrez dire s’il fallait maintenir le couvre-feu ou pas. Ce qu’il faut savoir, c’est que la période pendant laquelle le couvre-feu était en vigueur, Dieu seul sait combien de vies ont été épargnées. Nos statistiques n’étant pas à la hauteur, ces données n’existeront jamais.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here