Référendum constitutionnel: La coalition «taré-taré» appelle à voter OUI

0

La coalition «taré-taré» a organisé un meeting samedi 15 juillet à Badalabougou dont l’objectif était de lancer officiellement ladite coalition, et pour expliquer, informer et sensibiliser le peuple malien sur les nouvelles dispositions constitutionnelles afin de recueillir un oui massif lors du référendum prochain.

Ce meeting était animé par Tiéoulé Djigui Sidibé, président du Réseau des jeunes pour la paix au Mali (RJPM), coordinateur national de la coalition, et Abdoul Niang journaliste à la radio Dambé.

Après le lancement officiel de la coalition, le coordinateur national, Tiéoulé Djigui Sidibé, a souligné que pour lutter contre la désinformation et l’intoxication entamées depuis quelques semaines par certaines personnes à la solde des lobbies tapis dans l’ombre, «qui sont de nature à souiller la démocratie, la cohésion sociale et même nos bonnes mœurs», qu’ils ont décidé de créer la coalition «taré-taré» composée de 45 associations pour expliquer, informer et sensibiliser le peuple malien sur les nouvelles dispositions constitutionnelle afin de recueillir un oui massif pour le référendum. «Nous avons fait ce choix, non seulement nous aimons notre pays pacifié, mais aussi parce que nous soutenons l’accord de paix issu du processus d’Alger, gage d’une paix durable au Mali», a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’ils sillonneront tout le pays pour expliquer le contenu de la constitution. «Notre coalition aidera les plus hautes autorités dans cette dynamique de révision constitutionnelle… à promouvoir surtout la paix et la réconciliation tant souhaitées par le peuple malien», a affirmé Tiéoulé Djigui Sidibé. Pour terminer, il a lancé un appel à l’endroit de tout le peuple malien à aller vers le référendum pour voter oui.

Abdoul Niang, après avoir exprimé ses sentiments pour avoir été invité par les membres de la coalition, pour venir livrer ses analyses sur la loi référendaire, a expliqué les parties qui font l’objet de convergence entre les partisans du oui et du non. «J’ai été invité en tant que journaliste et je prends la parole en tant que citoyen malien, parce que nous avons compris que la désinformation et l’intoxication ont pris le pas sur la réalité. Nous ne pouvons pas croiser les bras et laisser n’importe qui déstabiliser notre pays. C’est le peuple qui est interrogé. De quoi vous avez peur ? Allez répondre, si vous êtes du non, allez dire non, et si vous êtes du oui, allez dire oui», a-t-il indiqué.

Notons qu’au cours de ce meeting d’information et de sensibilisation, des documents sur la nouvelle constitution et l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali et 20 questions-réponses ont été distribués aux partisans du oui.

Assan TRAORE/Stagiaire

Commentaires via Facebook :

PARTAGER