Hôpitaux : Prime à la Performance

0

Une subvention particulière dont le montant pour chaque établissement sera déterminé par ses résultats, devrait inciter nos structures sanitaires à faire plus et mieux.

L”amélioration de la qualité des soins fait partie des priorités des autorités sanitaires qui ont pris diverses initiatives en ce sens. Au nombre de celles-ci, la création de l”Agence nationale d”évaluation des hôpitaux (ANEH) dans le cadre de la réforme hospitalière pour aider les établissements hospitaliers à améliorer leurs performances. L”Agence a ainsi élaboré avec l”appui de la Banque mondiale, un manuel de procédures de mise en œuvre par contrat du dispositif d”amélioration de la performance des hôpitaux. L”atelier de validation de ce document s”est déroulé en fin de mois passé à l”hôtel "Tim-buctu".

La contractualisation de l”amélioration de la performance des hôpitaux, répond à une préoccupation des pouvoirs publics qui est de satisfaire les usagers des établissements hospitaliers. Cette nouvelle approche a été adoptée suite à une mission conjointe d”évaluation de la prestation des services hospitaliers entreprise par le ministère de la Santé et la Banque mondiale en février 2006. Cette enquête a mis en évidence la nécessité de créer un dispositif de contractualisation pour améliorer les performances des hôpitaux.

En juin dernier, la Banque mondiale a entrepris une autre enquête destinée à appuyer le processus d”élaboration des contrats de performance dans le cadre de la deuxième phase du Programme de développement sanitaire et social (Prodess II).

Ces contrats devraient accroître les performances du système hospitalier grâce à une subvention particulière dont le montant pour chaque hôpital sera déterminé par ses résultats.

Le Dr Mamadou Sidibé, conseiller technique au ministère de la Santé, explique que la contractualisation permettra aux établissements de passer d”une logique d”administration à une logique de gestion. Elle s”inscrit dans la continuité de la mise en œuvre de la réforme hospitalière.

Mamadou Sidibé a rappelé à ce propos les acquis de cette reforme hospitalière. Il s”agit notamment de la validation du projet d”établissement des hôpitaux et de la loi de création des établissements publics hospitaliers (EPH). Ces innovations concourent au renforcement de l”autonomie de gestion des établissements hospitaliers. Mamadou Sidibé qui espère beaucoup de cette expérience, explique : "Le Mali a été choisi pour expérimenter cette nouvelle approche de la performance et nous devons relever ce défi".

Le document avait été initialement élaboré dans le cadre de l”approche appui budget-programme de la Banque mondiale. Depuis, l”institution de Bretton Woods a donné une autre orientation à son intervention dans notre pays. Celle-ci est bâtie sur l”approche appui budgétaire global. Cette nouvelle approche change le processus de mobilisation des ressources concernées.

Le directeur de l”Agence nationale d”évaluation des hôpitaux, Abdou Touré, expliquera à ce propos que la Banque mondiale affecte ses ressources au budget d”État, à charge pour les pouvoirs publics de les utiliser selon les priorités. Cet appui diffère de l”appui budgétaire sectoriel (qui vise un secteur déterminé) ou de l”appui budget-programme. Le changement du mécanisme d”intervention du partenaire stratégique, donne même la possibilité à d”autres partenaires d”accompagner le processus.

A terme, la contractualisation va améliorer la qualité des prestations, élever la productivité dans les établissements hospitaliers et responsabiliser davantage les hommes.

Le manuel définit les critères d”éligibilité des hôpitaux, leurs rôles et responsabilités et le contrat-type. Par exemple l”article 3 du contrat-type fait obligation à l”hôpital d”accorder une prise en charge thérapeutique immédiate et appropriée à tout malade, femme enceinte ou victime d”accident présentant une situation reconnue d”urgence sans aucune exigence financière préalable. Le contrat traite également de la tenue et de la confidentialité des informations sur les patients et du respect des tarifs.

Les contrats devaient être signés depuis décembre dernier entre le ministère de la Santé et les responsables des hôpitaux.

B. DOUMBIA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER