La fierté du Mali, premier pays d’Afrique noire au Mondial de cécifoot

2
Des footballeurs aveugles de l'équipe du Mali
Des footballeurs aveugles de l'équipe du Mali s'étirent avant un match du Mondial de cécifoot à Madrid, en Espagne, le 8 juin 2018

Ils ont fui la guerre ou joué au foot avec des bidons et se frottent désormais au gotha mondial: huit Maliens déficients visuels participent au mondial de cécifoot à Madrid, où ils sont les premiers représentants de l’Afrique noire.

“Quand j’étais enfant, mon rêve c’était vraiment d’être footballeur. Il y a eu le problème de vue, et avec la cécité, je me disais +ouais, c’est mort, il n’y a plus aucun espoir+”, raconte à l’AFP Bandiougou Traoré, attaquant de la sélection malienne.

Mais “on a vu que le rêve pouvait être réalisé”, poursuit, ravi, ce jeune homme de 24 ans en se souvenant comment, au lycée, il jouait avec des bidons vides en s’aidant du bruit qu’ils faisaient par terre.

Aujourd’hui, lui et ses coéquipiers peuvent jouer dans les règles de l’art à cette adaptation pour déficients visuels du football, avec un ballon rempli de grelots que deux équipes de cinq joueurs se disputent à l’ouïe.

Pour le premier match de Coupe du monde de leur histoire, les “Aigles” aux yeux bandés ont perdu 6-1 vendredi contre le Brésil, grand favori de la compétition qui se tient à Madrid jusqu’au 17 juin.

“Ca a été très difficile, donc on est un peu déçus même si on n’a pas démérité”, dit à chaud Mamadou Thiam, seul buteur de son équipe.

“C’est l’apprentissage”, poursuit le capitaine de 21 ans, qui a perdu la vue à 5 ans mais, symbole de sa ténacité, n’a jamais arrêté de jouer au foot dans la rue même avec des voyants, en se repérant grâce au bruit des pas et du ballon.

– Fierté –

“Pour être grand, il faut jouer contre les grands”, abonde Kalifala Kourouma, joueur de cécifoot depuis 2014.

Né à Abidjan, il a fui la guerre déclenchée en 2002 dans son pays d’origine, la Côte d’Ivoire, et un glaucome à l’adolescence lui a progressivement fait perdre la vue, l’empêchant de continuer à pratiquer le football valide.

Mais le fait d’être de la première équipe d’Afrique noire à participer au Mondial l’emplit de satisfaction.

“Tous mes proches sont fiers de moi maintenant, ils savent que perdre la vue ne veut pas dire que c’est la fin du monde”, raconte cet admirateur de Didier Drogba.

“Grâce au cécifoot, (…) je me déplace où je veux, quand je veux, je n’ai plus besoin de quelqu’un pour m’accompagner quelque part”, dit-il.

Comme tous ses coéquipiers, il est issu de l’Institut des jeunes aveugles de Bamako, rendu célèbre par les chanteurs Amadou et Mariam, où environ 150 garçons et filles s’entraînent au cécifoot.

Tous confient que ce sport a changé leur vie dans un pays où être aveugle est encore mal vu.

– Ambition –

“On a prouvé qu’au Mali, on peut faire la même chose que les autres ou même dépasser les autres. Aujourd’hui, grâce au cécifoot, on a des héros”, s’enthousiasme Madani Berthé, directeur sportif de la sélection.

Dans le groupe D, les Maliens doivent encore affronter l’Angleterre le 9 juin et le Costa Rica le 11.

Viendront ensuite, selon leurs performances, soit les quarts de finale, soit des matches de classement.

Mais leur ambition ne s’arrête pas là. Leur équipe a été créée il y a à peine six ans, et a déjà deux médailles en Coupe d’Afrique -de bronze en 2015, d’argent en 2017- à son palmarès.

Seul Bandiougou Traoré évolue dans un championnat, en France, avec l’AS Saint-Mandé, en parallèle de ses études de commerce international à Paris et d’un petit boulot dans un restaurant qui sert les clients dans l’obscurité.

Le Mondial, c’est donc “une chance et un apprentissage pour nous, ça nous permet de connaître le haut niveau, de nous mesurer à de grands pays”, affirme Madani Berthé.

Dans leur ligne de mire: la participation aux jeux Paralympiques de 2020 à Tokyo. “Il y a beaucoup d’espoir, beaucoup d’ambition dans notre équipe”, confirme Mamadou Thiam.

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. C’est quoi ces formulations à la con: “afrique noire” ???

    que les toubaboudens utilisent ces termes péjoratifs contre nous… mais que nous même utilisions ces insultes, c’est lamentable!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here