Mampi Dembélé jeune footballeur : “Partir en Europe pour réaliser mes rêves”

2

La crise dans laquelle baigne le football malien depuis des années ne cesse d’engendrer des conséquences, notamment la fuite des talents vers d’autres cieux où s’épanouir. “Je souhaite vraiment quitter le Mali. Il devient difficile de réaliser ses rêves de footballeur ici”, nous lâche Mampi Dembélé, un jeune joueur de 20 ans d’Afrique Foot de Bamako désireux d’aller réaliser son rêve où le ballon roule.  

e bout du tunnel n’est certes plus loin pour la sortie de la crise qui secoue le football malien depuis plusieurs années suite à l’issue heureuse de l’assemblée générale du 15 juin dernier et l’appel à candidature lancé pour la présidence de la Fédération malienne de football, mais cela n’empêche pas des talents maliens à chercher à aller scruter d’autres cieux dans le but de réaliser leur rêve. C’est le cas du jeune milieu terrain d’Afrique Foot, Mampi Dembélé (20 ans) désireux d’aller vers le vieux continent dans l’optique d’y réaliser son rêve d’enfance. “Je souhaite vraiment quitter le Mali. Il devient difficile de réaliser ses rêves de footballeur ici”, nous lâche le jeune joueur. Selon lui, les conditions d’apprentissage du football sont à envier dans notre pays. “Au Mali, dans pratiquement tous les clubs, le joueur se prend lui-même en charge. L’équipement, les frais de transport et les infrastructures ne nous aident pas vraiment”, ajoute-il.  Très talentueux, techniquement intraitable et physiquement tenace, Mampi, doté d’un grand sens d’anticipation dans le jeu, a impressionné partout où il est passé. C’est depuis son bas âge qu’il a commencé à taper dans le cuir dans les ruelles de la ville de Koulikoro et rêve plus tard de devenir footballeur.

En 2010, il intégre le centre de formation de l’AS Nianan de Koulikoro où il apprend les bases de ballon rond. “C’est grâce à un ami que j’ai intégré le centre de formation de l’AS Nianan de Koulikoro. On jouait tous ensemble dans la rue, mais à un moment donné je ne le voyais plus et quand je lui ai demandé, il m’a dit qu’il s’était inscrit dans ce centre de formation. C’est ainsi qu’il m’a proposé d’y aller aussi. Mes parents n’ont posé aucun problème, ils ont pris en charge les frais d’inscription et autres”, nous confie Mampi, lequel,  après son Diplôme d’Etude Fondamentale (DEF) est envoyé chez son grand-père à Bamako pour ses études secondaires et lui permettre aussi de pourvoir fréquenter un centre de formation digne de ce nom dans  la capitale malienne.

Arrivé à Bamako, il s’inscrit au centre de formation de Guidars FC de Bamako, un centre partenaire de l’AS Real de Bamako où il poursuit sa formation. En quelques années, Mampi, déterminé à faire de son rêve d’enfance une réalité, fera ses preuves avec les différentes catégories du centre avec des trophées, notamment les tournois Acefoot et Injs. Il est également vainqueur des championnats nationaux minimes et cadets. Il connaitra un court passage dans les rangs des cadets de l’AS Real de Bamako avant de mettre le cap sur Afrique Foot en 2017 où il continue actuellement sa progression.

Aujourd’hui, le jeune joueur ne rêve que d’aller monnayer son talent ailleurs, notamment en Europe et il n’est pas le seul avec la situation footballistique alarmante qui prévaut dans notre pays, caractérisée par le manque de compétitions nationales depuis près de 4 ans.    Youssouf KONE

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. ” … Le bout du tunnel n’est certes plus loin pour la sortie de la crise qui secoue le football malien depuis plusieurs années suite à l’issue heureuse de l’assemblée générale du 15 juin dernier et l’appel à candidature lancé pour la présidence de la Fédération malienne de football… ” … /// …
    :
    Alors, Monsieur KONE, je vous trouve très optimiste en parlant de ” l’issue heureuse de l’assemblée générale du 15 juin dernier “…
    S’il y a eu une ” issue heureuse de l’assemblée générale du 15 juin dernier “, c’est tout simplement parce que, avant la tenue cette fameuse Assemblée…, la FIFA avait menacé d’exclure les ” AIGLES ” du Mali de la phase de finale de la CAN qui se déroule en ce moment en EGYPTE…
    Donc, le problème n’est pas réglé en réalité… Les Dirigeants l’ont juste mis sous le tapis en attendant la fin de la CAN…
    Rien ne nous dit que le problème ne resurgirait pas une fois cette compétition continentale terminée.
    Tant que le Football Malien n’est pas débarrassé de la main mise des Clans familiaux ( les Famias ) de Bamako, il y aura toujours des problèmes qui bloqueront l’épanouissement du Football Malien.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here