Panneaux Publicitaires au Stade du 26 Mars : Le ministre des Sports trahit sa troupe et se soumet au diktat de la FMF

0

C’est le dimanche 25 Mars que s’est déroulé le match entre les Aigles du Mali et l’équipe du Bénin les Ecureuils au Stade du 26 Mars. Cet événement était beaucoup attendu, quand on sait qu’à l’issue d’un match contre le Togo le 26 Mars 2005, la défaite a été très mal ressentie dans le District de Bamako. C’est pourquoi, forte de cette expérience, les autorités en charge d’assurer la sécurité des personnes et des biens ont mis en place un dispositif de sécurité impressionnant.

D’ores et déjà, on peut dire que tout est bien qui finit bien pour le match Mali-Bénin. Au-delà de cet aspect, ce match a été l’opportunité de réveiller un problème qui existait entre le département des Sports, la Fédération Malienne de Football et les annonceurs. Et, les incidents issus du sponsoring de ce match suscitent aujourd’hui des mécontentements dans les rangs des partenaires du ministère de la Jeunesse et des Sports.

Un précédent fâcheux en somme, qui a permis de mettre en exergue la cacophonie dans les actions entre le département et la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT). On pourrait dire qu’ils ont créé de la zizanie qui a porté un coup dur à certains intérêts, notamment ceux des partenaires qui sont des sponsors.

DE QUOI S’AGIT-IL PRECISEMENT?

Tout est parti des publicités qui ont lieu sur le terrain de foot lors des grands matches. Ainsi , à l’occasion de ce match, Orange avait commandé six panneaux publicitaires pour la somme de quatre millions quatre cent quatre vingt et quatre milles francs CFA(4 484 000 FCFA ). Aussi, Bradibo avait loué quatre kiosques dans l’enceinte du stade pour vendre ses produits pour la somme de deux cent milles francs CFA (200 000 FCFA) pour la journée. Précisons que le département avait signé le papier. Mais, curieusement, au motif que Konan Sport leur a apporté NBB comme sponsor principal, au dernier moment, la FEMAFOOT a envoyé une troupe renverser les panneaux publicitaires Orange-Mali et fermer l’accès des kiosques à la vente à Bramali.

Le constat qui s’impose est d’abord que Orange-Mali ne fait pas le même produit que NBB. Cela nous amène à poser la question suivante: le fait d’avoir un sponsor principal doit-il empêcher d’avoir d’autres sponsors, surtout qu’ils n’ont pas les mêmes produits? Pourtant, paradoxalement, au même moment, Huicoma et CAM ont été exposés. Ce qui explique qu’il n’y avait pas un contrat d’exclusivité dans le sponsoring de ce match. Cet incident repose le bras de fer entre le département des Sports et la FEMAFOOT.

L’URGENCE DE REDEFINIR LES ROLES

Il apparaît que la FEMAFOOT veut coûte que coûte s’imposer par rapport au spectacle, en oubliant que les infrastructures relèvent du ministère de la Jeunesse et des Sports. Pourtant, l’agence contractuelle du ministère des Sports avait été bel et bien autorisée à prendre des commandes avec d’autres sponsors et son papier avait été signé à cet effet. Alors question: pourquoi le ministre des Sports a-t-il désavoué sa troupe au profit de la FEMAFOOT? Le président de la FEMAFOOT n’est-il pas en train de semer ainsi de la zizanie?

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a une confusion de rôles et, consécutivement à cela, ne faudra-t-il pas s’attendre à une action judicaire par rapport à cette affaire qui compromet les intérêts de certains sponsors? En tout cas, aux dernières nouvelles, nous apprenons qu’une plainte a été introduite à l’Etude de Maître Abdoul Wahab Berthé par une victime de cet incident pour le moins fâcheux. Au regard de cette évolution, des dommages devront être payés pour les préjudices causés.

Le constat qui s’impose est qu’il n’ya pas un échange régulier d’informations entre la FEMAFOOT et le département en charge des Sports, sinon il n’aurait pas signé avec l’agence contractuelle, sachant bien que la FEMAFOOT avait déjà engagé des sponsors. Au regard de tous les désagréments causés, il importe que les deux entités raccordent les violons, en précisant qui doit faire exactement quoi.

Moussa SOW

Commentaires via Facebook :

PARTAGER