PSG-OM : Neymar, Di Maria, Alvaro et Kurzawa risquent gros, la commission de discipline se réunira mercredi

0
La commission de discipline se réunira mercredi pour statuer sur les sanctions qui seront prises après la désolante fin du Classique PSG-OM.

Mercredi soir, tout le monde sera fixé après la réunion de la commission de discipline de la LFP. Trois jours plus tôt, la fin du Classique aura donc dégénéré dans des proportions assez inattendues, avec une véritable rixe entre les joueurs de l’Olympique de Marseille et ceux du Paris Saint-Germain, finalement battus à domicile (1-0).

À lire – Neymar répond à Alvaro après sa justification

Plusieurs joueurs risquent gros : Neymar, Kurzawa, Paredes et Di Maria côté PSG, et Alvaro, Amavi ou encore Benedetto pour l’OM. Prenons les exemples au cas par cas, ou plutôt “embrouille par embrouille”, à commencer par Benedetto et Paredes.

Paredes peut trembler, pas Benedetto

D’après le règlement de la LFP, un joueur risque jusqu’à 7 matchs de suspension pour des “actes de brutalité/coups”. Et Paredes a mis de l’huile sur le feu dès son entrée.

L’altercation finale part de lui après avoir mis Benedetto au sol, d’autant plus qu’il semble essayer de mettre un coup à son compatriote lorsque ce dernier se roulait par terre… Pour le buteur marseillais, qui a lui aussi écopé d’un second jaune synonyme de rouge, la commission devrait être clémente.

Amavi-Kurzawa, sept matchs chacun ?

En effet, sur les images diffusées, Benedetto n’a pas semblé faire “acte de brutalité”. Au contraire de Kurzawa et Amavi, qui ont donné une autre tournure à cette fin de match. Encore une fois, le Parisien semble être au départ avec deux attaques violentes sur le Marseillais, qui voulait visiblement se protéger dans un premier temps.

Mais l’ancien Niçois a lui aussi levé le pied en réponse à la charge violente de son adversaire… 7 matchs pour les deux ? C’est fort possible.

Di Maria risque six matchs

Pour Paredes et Benedetto, comme pour Kurzawa et Amavi, la commission s’appuiera sur les images diffusées par Téléfoot pour statuer. Et un autre Parisien aura du mal à échapper à leur rader : Di Maria, coupable d’avoir craché au visage d’Alvaro en première période.

L’article continue ci-dessous

En pleine pandémie de Covid-19, venant de la part d’un joueur qui vient tout juste de vaincre le virus… la commission pourrait être tentée de faire une exemple avec 6 matchs de suspension.

Alvaro, c’est 10 matchs au maximum. Quid de Neymar ?

Reste enfin le cas qui aura fait couler davantage d’encre que le match : Neymar-Alvaro. Après vérification auprès de la VAR, l’arbitre a adressé un carton rouge direct au Brésilien, qui encourt donc 7 matchs de suspension pour la claque donnée par derrière au défenseur marseillais.

Mais l’ancien du Barça pourrait jouir de circonstances atténuantes en cas d’insultes racistes avérées de son adversaire, qui risquerait alors 10 matchs de suspension au maximum. La commission va évidemment ouvrir une enquête, et il est peu probable que celle-ci livre son verdict dès mercredi.

En pleine pandémie de Covid-19, venant de la part d’un joueur qui vient tout juste de vaincre le virus… la commission pourrait être tentée de faire une exemple avec 6 matchs de suspension.

Alvaro, c’est 10 matchs au maximum. Quid de Neymar ?

Reste enfin le cas qui aura fait couler davantage d’encre que le match : Neymar-Alvaro. Après vérification auprès de la VAR, l’arbitre a adressé un carton rouge direct au Brésilien, qui encourt donc 7 matchs de suspension pour la claque donnée par derrière au défenseur marseillais.

Mais l’ancien du Barça pourrait jouir de circonstances atténuantes en cas d’insultes racistes avérées de son adversaire, qui risquerait alors 10 matchs de suspension au maximum. La commission va évidemment ouvrir une enquête, et il est peu probable que celle-ci livre son verdict dès mercredi.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here