20 janvier 1961 : Le jour où l’armée a écrit l’Histoire

8

L’histoire de l’Armée malienne fait corps avec celle de la République. Une République née le 22 septembre 1960. Ce jour-là dans la fierté et la dignité retrouvée ainsi que dans l’exaltation nationale. C’est le 20 janvier 1961 que Modibo Keita rappela par décision politique le Colonel Pinana Drabo pour jeter les bases de la nouvelle armée du Mali. 

A l’éclatement de la Fédération du Mali, le 20 janvier 1961, après avoir été adoubé par l’Assemblée nationale et investi à l’unanimité comme Chef de l’État, le président Modibo Keïta invite le corps diplomatique accrédité dans son pays et leur tient ce discours sans ambigüité : Je vous remercie de vous être distraites de vos augustes occupations et de vos nombreuses préoccupations pour répondre à mon invitation”.

Le président Modibo Keïta fera appel au général Abdoulaye Soumaré, celui-là même par qui la crise au sein de l’exécutif fédéral a éclaté dans la nuit du 19 au 20 août 1960, pour lui confier les destinées de la jeune armée nationale, pendant que le capitaine Pinana Drabo était envoyé à Ségou comme commandant en chef des armées.

Dans son discours du nouvel an, le président Modibo Keïta, convaincu de la justesse du combat à mener, exhortait la jeune République à l’effort et à la conscience nationale : “C’est à présent que nous devons réussir ou échouer… et je dis avec force et conviction que nous réussirons, Inch’Allah “.

Le tout nouveau commandant s’attela avec d’autres officiers, dont son frère Kélétigui Drabo, à structurer l’Armée du Mali avant que le président ne demande l’évacuation des troupes coloniales, 20 jours plus tard.

20 janvier 1961, le président Modibo Keita exige le départ du pays des troupes françaises, ce qu’il entend comme une manifestation de solidarité avec le FLN algérien.

C’est à partir du mois de juin 1961 que l’armée coloniale a commencé son retrait du territoire. Ainsi, de juin à septembre 1961, toutes les bases françaises ont été évacuées.

La dernière la base, la 162, à Bamako, l’actuelle Place d’armes du Génie, sera évacuée le 5 septembre 1961 et les dernières troupes françaises quittent le Mali.

Le 3 août 1961, l’Assemblée nationale souveraine du Mali, a adopté la loi N° 81/AN-RM portant organisation générale de la défense dont l’ambition est d’assurer en tout temps, en toute circonstance, contre toutes les formes d’agressions, la sûreté et l’intégrité du territoire, ainsi que la sauvegarde de la vie des populations.

Avec la naissance de l’armée malienne, notre pays ne confiera plus sa défense à une puissance tierce et développera d’ailleurs une diplomatie militaire multiforme et diversifiée, fondée sur l’intégration et la recherche de la paix et la sécurité dans le monde.

Depuis sa création il y a 59 ans, malgré les soubresauts et les coups bas, l’armée continue de faire des exploits des oueds algériens à la forêt centrafricaine en passant par le Rwanda, Libéria et la Sierra Leone…, de Ouhigouya à Abeïbara, Tinzawaten, Aguelhock…Ils ont été, ils y sont et seront toujours prêts à se battre et à mourir pour le drapeau malien.

Ils ont aussi, avant d’être aidé aujourd’hui fortement par leurs frères d’armes de la France et de la Communauté internationale, aidé à libérer avant-hier des peuples frères sous le joug du colonialisme et de l’apartheid, aidé à imposer et maintenir la paix et la sécurité, protéger et défendre les populations civiles à travers le monde.

 

Ousmane M. Traoré

(Stagiaire)

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. VIVE LES FORCES ARMEES MALIENNES!

    VIVE CHAQUE HOMME ARME DE SON COEUR POUR L AFRIQUE ET L HOMME NOIR!

    VIVE CHAQUE ESPRIT D HOMME NOIR ECLAIRE , DIGNE, ET SOLIDAIRE D AFRIQUE !

    VIVE L AFRIQUE, LA TERRE DES NOIRS AFRICAINS DIGNES ET FIERS!

  2. Pinana Drabo, le dernier des patriarches
    Publié le 18-03-2010 Modifié le 24-03-2010 à 11:52
    Disparu en janvier dernier au Mali, le colonel Pinana Drabo avait servi dans l’armée coloniale dès 1932 et avait fait l’Indochine en tant que lieutenant. Il fut l’un des pionniers de l’armée malienne. Le quotidien L’Essor lui a rendu hommage dans cet article du 26 janvier dernier que nous reproduisons.

    C’est au début du week-end dernier que s’en est allé le colonel Pinana Drabo, que l’on peut considérer comme le dernier patriarche de l’armée malienne. Cela au moment où notre pays entre dans la célébration du cinquantenaire de son indépendance et fête le 49è anniversaire de son armée.

    Il fut un des pionniers particulièrement actifs dans la création de l’armée nationale Mali. Toute une page de journal ne suffirait pas pour retracer la carrière de ce soldat émérite qui s’engagea à 20 ans (1932) comme soldat de 2è classe pour 4 ans avant de se réengager en 1934 dans le 24è régiment des Troupes du Soudan. Promu caporal en octobre 1934, sergent en 1937 et désigné pour faire partie du 343è détachement du régiment du Soudan à Oran 1940, Pinana étrenna ses galons d’adjudant-chef en 1942 avant d’être promu sous-lieutenant à la fin de la 2è Guerre mondiale le 1er septembre 1945.

    Lieutenant en 1947, il est désigné pour servir à l’extérieur et envoyé à Fréjus en 1949. Il débarque à Saïgon la même année et quitte le Vietnam en 1951 pour prendre service au Groupement d’instruction des troupes coloniales (GITC) le 22 août 1952. Pinana Drabo passe au grade de capitaine en octobre 1953 et repart à Saïgon en décembre 1953 pour être affecté au bureau de la « Guerre psychologique des affaires militaires africaines ». De retour en juin 1955 à la Compagnie territoriale du Soudan, il rallie Madagascar le 10 juillet 1956. Il quittera la « grande Ile » pour Marseille, Dakar puis Kati pour prendre le commandement de la 3è brigade du 5è Régiment d’infanterie de l’Afrique Outre-Mer (RIAOM) de la ville de garnison avant de se voir confier, le 13 juillet 1960, la Compagnie de commandement des services (CCS).

    Mais alors qu’on croyait que le capitaine Pinana Drabo aux portes de la retraite, commence une « seconde carrière militaire » pour cet officier samogo décoré de la croix de guerre et que ses chefs décrivaient comme un « officier africain de classe exceptionnelle d’un dévouement et d’une autorité incontestés possédant un sens élevé du devoir et toujours volontaire pour les missions périlleuses ». C’est cet officier là que le président Modibo Keïta rappela par « décision politique » pour jeter, sous le commandement du général Soumaré, les bases de la nouvelle armée du Mali.

    Le 1er janvier 1961, le tout nouveau Commandant s’attela avec d’autres officiers, dont son frère Kélétigui Drabo, à structurer l’armée du Mali avant que le président ne demande l’évacuation des troupes coloniales vingt jours plus tard. Celui qui a servi au Sénégal, en Mauritanie, en France, en Algérie, au Maroc, en Indochine et à Madagascar deviendra le commandant du camp Sékou Amadou de Ségou en 1961.

    Promu lieutenant-colonel en 1963 et colonel en 1966, Pinana fera valoir une deuxième fois ses droits à la retraite le 1er mars 1969 non sans avoir occupé pendant quelques jours les fonctions de chef d’Etat major de l’armée, le 3è après le général Abdoulaye Soumaré et le colonel Sékou Traoré. Le « Vieux Soldat » de Kati-Coura put alors s’occuper de sa nombreuse famille. A 98 ans, il s’en est allé presque sur la pointe des pieds. Que la terre lui soit légère.

    © L’Essor

  3. Nous disons et rappelons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise et ou rend heureux les honnêtes

    *Les anciens et anciennes qui avaient le sens aigu de l’observation nous ont enseigné dans le Bois tard dans la nuit

    QU’AIDE-TOI ET LE CIEL T’AIDERA

    Que ALLAH DIEU MANGALAH YAHWEH AIME ET AIDE les personnes qui fournissent de l’effort personnel pour la résolution de leurs problèmes

    ALLAH DIEU MANGALAH YAWEH A HORREUR DÉTESTE les personnes qui ne comptent que sur un tiers Ainsi IL les REND dépendants soumis esclaves sans dents aux dictas du tiers

    1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    *CES DIT-ON ÉTAIENT BIEN COMPRIS ET PRIS EN COMPTE PAR Le lettré intellectuel non muté instituteur homme politique président de son Mali à l’indépendance et les lettrés et intellectuels non mutés membres de son gouvernement députés magistrats Hommes en armes gouverneurs sociétés civiles religieux enfants jeunes vieux vieilles etc de l’indépendance fiers honnêtes ayant 1amour profond pour leur Mali

    AINSI ILS FAISAIENT TOUT PAR EUX-MÊMES

    *AINSI L’HONNÊTETÉ LA RIGUEUR L’EXCÉLLENCE LA JUSTICE RÉGNAIENT DANS TOUS LES SECTEURS

    Les citoyens et citoyennes maliens lambdas à l’image de leurs gouvernants fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali CHOISISSAIENT LEURS PROFESSIONS PAR VOCATION

    *AINSI ILS AVAIENT FAIT DE LEURS FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ UN REMPART SOLIDE ET CRAINT

    Les forces de défense et de sécurité de leur Mali étaient dotée de matériels d’armes d’hélicos et d’avions de combats modernes et adaptés de l’époque tels les Mig 21 achetés chez leurs soi-disant amis ennemis les Autres communistes

    Et étaient constituées d’officiers de soldats venus par vocation recrutés dans les villages et villes prototypes des maliens antiques fiers courageux honnêtes intrépides sans peur ayant un amour profond pour leur Mali tels le Général Soumaré Diby Silas Diarra etc

    Et les grades étaient donnés selon le mérite

    *Ainsi l’armée malienne de cette époque était respectée et craint partout

    Les soldats étaient formés entrainés uniquement par des officiers maliens formés dans les meilleures écoles de guerre à travers le monde

    Elles ont mâté ont explosé ont fusillé toutes les rebellions et ont mis hors d’état de nuire sans aucun d’âme tous les collabos et ennemis et les rescapés détalèrent tels des champions du monde de course de dromadaires ou de canidés et n’arrêtèrent leur fuite qu’arrivés dans la Targua libyenne leur lieu d’origine

    ET CELA SANS L’AIDE D’AUCUNE FORCE ÉTRANGÈRE DE SOI-DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES ET ORGANISATIONS

    *La sécurité régnait partout

    Et pour montrer leur détermination à assurer la sécurité de leur Mali par eux-mêmes

    Ils ont refusé la présence des soldats des soi-disant amis ennemis les Autres anciens colonisateurs dans leur Mali et les ont demandés et exigés immédiatement leur départ

    La sécurité régnait partout Et l’armée malienne était respectée partout à travers le monde

    *à cette époque la paix la sécurité des êtres et des biens étaient assurées Les adultes les enfants les vieillards pouvaient se déplacer voyager de jour comme de nuit à pied à dos d’animaux en engins motorisés à travers le Mali sans aucun danger

    *Toute personne qui commettait un délit était condamnée à la hauteur du délit

    *les criminels les assassins étaient traqués et éliminés sans aucun état d’âme ainsi que les rebelles

    *il n’y avait pas de compromission avec l’impunité

    *ILS AVAIENT CONSCIENCE QU’ILS ÉTAIENT dans une compétition mondiale économico-politico-militaro-religieuse-raciale où tous les coups sont permis sans aucun état d’âme pour faire mal pour détruire asservir soumettre déposséder l’Autre

    Et où il n’y a pas de place pour les cloches les gueux les lazzarones les mendiants les courbés les penchés les rampants les quémandeurs les esclaves les sans-dents les soumis les bêtes les complexés les couards les cupides les fainéants les farfelus les idiots les insouciants les laxistes les médiocres les naïfs les peureux les paresseux les pleurnichards les rêveurs les sentimentaux les sybarites les tarés

  4. 2)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    Vint alors le temps des lettrés mutants politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux qui voient leur Mali comme un Gâteau-Mali succulent savoureux qui donne de l’embonpoint uniquement réservé à eux leurs familles et fidèles klébars et doungourous

    AINSI ILS AFFAIBLIRENT LEURS FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ

    *En gardant par devers sur eux les fonds alloués à la modernisation de l’armement

    En achetant des hélicos de combat des avions de transport surfacturés non opérationnels cloués au sol

    Ainsi leurs forces de défense et de sécurité ne sont dotées que d’armes obsolètes qui ne font pas peur ni à une horde de lièvre en raz de campagne ni à une troupe de Troglodytes

    Ainsi ils passent tout leur temps aller de porte en porte à faire les mendiants les gueux les lazzarones les miséreux les clodos chez leurs soi-disant amis ennemis les Autres d’Arabie d’Asie etc pour équiper leurs forces de défense et de sécurité

    *en introduisant dans l’armée des parents des membres du clans politiques non venus par vocation mais venus tout juste pour Bouffer leurs parts de Gâteau-Mali succulent savoureux qui donnent de l’embonpoint en les distribuant des grades d’officiers « pépinières » Et ils ne sont point prêts à mourir pour leur Pays-Mali et qui détalent tels des « lapins ou des champions du monde des 100 mètres au 1er coup de feu des AK47 »

    *par l’introduction dans l’armée de rebelles au nom toujours « d’une réconciliation bidonne et de foutaise en réconciliations bidonnes et de foutaise avec des Accords Bidons et de Foutaise en Accords Bidons et Foutaise toujours considérés comme les meilleurs du moment mais pires pour leur Mali comme « cheval de Troie » et en leur distribuant des grades d’officiers « Pépinières »

    Et qui ne font que rejoindre les ennemis de leur Mali au 1er coup de feu de KALA avec armes et tenues ou restent dans l’armée pour informer les ennemis des stratégies de l’armée ou qui font des replies « stratégiques bidons et foutaise » pour permettre aux ennemis d’occuper le terrain ou qui endorment les autres soldats maliens en mettant des somnifères dans leur thé et ensuite appellent les ennemis qui ne prendront fin qu’avec la Kidal-Tombouctou-Ménaka-Gao-Mopti-Macina-Taoudéni ou la Bassin-Sédiment-Taoudéni-sation de leur Mali

    *en créant le conflit des bérets

  5. 3)Nous disons et rappel il revient maintenant aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant 1amour profond pour leur Mali d’exiger

    *l’équipement rapide de leur armée en armes avions hélicos dromes matériels de communication de combat modernes adaptés

    *de garder au sein de leur armée les soldats et officiers venus par vocation et envoyer les meilleurs d’entre eux dans les meilleures écoles de guerre pour se familiariser avec les armes les hélicos les avions dromes que leurs Mali comptent acquérir

    Par ailleurs l’entrainement des soldats et les stratégies de combat doivent être enseignés aux différentes troupes par uniquement les officiers maliens comme cela se faisait au temps de l’indépendance et partout ailleurs au sein des armées dignes et respectées

    *Que l’avancement des grades soit fait selon les normes

    *de confier le front des combats contre ces Voyous de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux Islamistes maintenant Extrémistes Violents aux soldats et officiers prototypes des maliens antiques fiers honnêtes courageux intrépides sans peur préférant la mort à la honte qui assumeront leur mission régalienne en usant de la guerre classique si les ennemis en usent et la guerre asymétrique si les ennemis en usent car ils ont un amour profond pour leur Mali pour bouter tous ces Ramassis de Suppôts de Satan de Voyous de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux maintenant Extrémistes Violents de Satan qui ont élu domicile dans le nord du Mali qui sont « aux bons soins » des soi-disant amis ennemis les Autres Anciens Colonisateurs et Organisations » de leur Mali et qui ne sont point «des foudres de guerre » comme veulent le faire croire leurs maitres et commanditaires car certains «détalent comme des lapins quand on met le feu à leurs fesses » car ils ne veulent pas mourir et les autres veulent vite mourir « en se faisant exploser » pour l’Enfer leur Habitat Naturel qui est leur paradis Ainsi l’armée malienne et le Mali retrouveront leur honneur d’avant et le Mali retrouvera la paix la tranquillité l’unité nécessaires au vrai développement

    *De faire passer devant la cour martiale ou une juridiction militaire spéciale et s’ils sont coupables ils doivent être sanctionnés à la hauteur de leurs fautes et dans le cas contraire faire une reconversion dans la vie civile ou mettre à la retraite anticipée pour ceux qui le souhaitent

    Tous les soldats et officiers « pépinières » familiaux parentaux claniques politiques venus pour manger uniquement leur part du Gâteau-Mali succulent savoureux qui donne de l’embonpoint et qui ont détalé tels des lapins au 1er coup de « Kala » car ils ne sont pas du tout prêts à mourir pour le Pays-Mali

    Tous les rebelles soldats et officiers « Cheval de Troie » qui ont rejoint les ennemis du Mali avec armes et tenues dès les 1ers coups de feu des « AK47 » Il doit en être de même pour ceux qui sont resté au sein de l’armée en informant les ennemis du Mali de toutes les stratégies et également pour ceux qui ont fait des « replis stratégiques bidons et de foutaise pour permettre aux ennemis de leur Mali d’occuper tout le nord Mali dans l’objective de sa Kidalisation de son Azawadisation

    *De traduire devant la cour martiale ou une juridiction spéciale

    Ceux et celles qui ont gardé par devers sur eux les fonds alloués à la modernisation de leur armée

    Ceux et celles responsables d’achats de matériels de combats non opérationnels

    Ceux et celles responsables de surfacturations dans l’achat de matériels

    Le lettré mutant politique président Homme en armes Général Pépinière Fuyard Abandonnant ses troupes aux fronts de combats avec armes obsolètes ayant dévalé la colline de Koulouba tel un champion du monde de 100 mètres avec le vent qui soulevait son grand boubou tel un parachute (car ne disposant ni d’hélico ni de parachute) et tel un commando para avait atterri au camp para de Djikroni puis à Dakar au Sénégal

    Qui a reçu à bras ouverts avec gites couverts et honneurs les soldats et officiers touaregs maliens de la garde présidentielle de Kadhafi avec leurs bagages surtout avec leurs armes du jamais vu dans l’histoire des réfugiés qui ont retourné leurs armes contre leur Mali avec la collaboration et la complicité des rebelles touaregs MNLA et consorts (les réfugiés sont toujours désarmés avant de rentrer dans le pays d’accueil mêmes fussent-ils des compatriotes)

    *Et s’ils sont reconnus coupables ils doivent être sanctionnés à la hauteur de leurs fautes et crimes

    *L’arrêt immédiat de l’incorporation des 74.000 touaregs ex-combattants dont les 2/3 de ces soi-disant combattants rebelles touaregs NE SONT AUTRES QUE DES COMBATTANTS ÉTRANGERS TUEURS ASSASSINS ANCIENS SOLDATS DE KHADAFI ET CEUX VENUS CONVOYÉS DE LA SYRIE DE L’IRAK depuis 2018

    QUE L’ON VEUT INTRODUIRE AU SEIN de l’armée de la gendarmerie dans la police comme CHEVAL DE TROIE pour la Kidal-Taoudéni-Tombouctou-Ménaka-Gao-Mopti-Macina-BASSIN-SÉDIMENT-TAOUDÉNI-sation de leur Mali

    Et les TRADUIRE DEVANT LA COUR MARTIALE OU UNE JURIDICTION MILITAIRE SPÉCIALE POUR HAUTE TRAHISATION CRIMES DE GUERRE ET CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ

    Et les condamner à la peine capitale et exécutoire applicable immédiatement

    *Aux fins que plus jamais et au grand jamais il ne vient à l’idée d’un malien ou d’une malienne ou d’un groupe de maliens de poser de tels actes

    *Dans les vraies démocraties il n’y a pas de compromission avec l’impunité

    Et si leur Mali se veut être une vraie démocratie il ne peut donc en aucun cas avoir compromission avec l’impunité

  6. Si modibo Keita voit ce que “son” armée d’alors est devenue aujourd’hui, il doit se retourner dans sa tombe !!!😥😥😥😥😥

    En 1961, la nouvelle armée Malienne de modibo Keita “écrivait l’histoire”, force est de constater, hélas, que l’armée actuelle de Boubacar Keita “fait pitié” non seulement à tout le continent, mais à la planète entière !!!😭😭😭😭😭😭😭😭

    Conclusion : S’IL Y A EFFECTIVEMENT DE “GRANDS” KEITA , IL Y EN A AUSSI DE PETITS, DE TRÈS PETITS…😎

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here