Ça patauge à Kati : Les sauveurs seront-ils les «plombleurs» ?

3

Accompli et présenté comme le parachèvement du soulèvement populaire contre IBK voire un dénouement du blocage imposé à son régime, le coup de grâce du 18 Août est en passe de tourner au cauchemar tant ses auteurs, la junte conduite par Assimi Goïta, accumule les signaux de faiblesses et présomptions de motivations inavouables. En tout cas, les supputations vont bon train depuis l’irruption des colonels sur la scène politique, qui dégage pour nombre d’observateurs les relents d’un besoin de protection contrarié par la crainte de s’assumer. Quoi qu’il en soit, les confusions induites à ce déni de responsabilité n’auront finalement pas résisté à l’évidence d’un coup d’Etat dont les caractéristique sont perceptibles à la superposition et à la coexistence de deux lois fondamentales (constitution et acte fondamental du CNSP), ainsi que par l’encadrement des nombreuses mesures et décisions de nomination par des actes administratifs aux fondements juridiques douteux mais dictés vraisemblablement par une prééminence de l’instinct de conservation sur le devoir d’affronter les défis ayant justifié leur acte. Autant de démarches qui justifient tant les présomptions d’un malaise dans les rangs des tombeurs d’IBK que les interrogations sur leurs intentions pouvoiristes. Et pour cause, aux coups de com et offensives de charme en direction de l’opinion s’ajoutent les tours d’artifices aux fins de faire main-basse sur la transition et lui imprimer une cadence militaire, en tirant parti notamment des antagonismes politiques ainsi que du discrédit de la classe politique. De quoi désillusionner le M5-RFP ravalé à un simple creuset de revendication du changement, ainsi que le front syndical d’enseignants déchanté sur ses attentes. Conséquence : les clivages politiques et l’élargissement du fossé des divergences, les mécontentements sociaux, entre autres, prennent corps et l’emportent largement sur la convergence des forces autour de l’essentiel, qui est visiblement relégué au profit de la survie ou de l’opportunité de résurrection politique. Quid, en effet, d’une prise en charge de l’intégrité d’un pays occupé aux deux-tiers, de l’insécurité sur fond de menace terroriste ou encore de la question scolaire qui frôle le chaos ? Faute d’afficher des signaux encourageants dans la prise en compte de ces préoccupations parmi tant d’autres – au nom desquels le régime déchu a sans doute mérité son sort aux yeux de l’opinion -, le coup de force du CNSP se sera tout simplement révélé sous les traits d’une fin en soi : déposer IBK pour satisfaire au défi que lui ont lancé les contestataires de son régime. Perçue sous ce prisme, on pourrait se diriger vers une transition si peu regardante des préalables d’un retour à l’ordre constitutionnel qu’elle ne peut que préfigurer une durée susceptible d’empiéter sur l’échéance irrégulièrement interrompue, avec le risque de faire regretter aux Maliens leur impatience de voir le président déchu achever son mandat. En définitive, on aura peu appris de l’aventure de 2012 dont le pays n’a de cesse de payer le tribut en termes d’instabilité institutionnelle, tandis que l’épisode en cours s’annonce beaucoup plus lourde de conséquences, au regard du bras-de-fer engagé avec la Cedeao et de moult autres pressions de la communauté internationale. À l’embargo sous-régional se greffe en effet la suspension de la quasi-totalité des apports financiers de partenaires stratégiques, entrainant un péril de plus sur une économie déjà agonisante par le fait du Covid et qui risque de plomber davantage sous le faix d’une impasse latente sur l’année budgétaire. Autant de facteurs qui militent en défaveur de la renaissance nationale tant prônée et qui imposent normalement une posture plus sublime que les attitudes clivantes ayant jusqu’ici caractérisé la classe dirigeante. Au lieu de quoi, les déviances du tournant positif attendu risquent de transformer les sauveurs de annoncés en «plombeurs» de la République, probablement plus que ne l’ont fait la soldatesque conduite par Sanogo en son temps.

A KEÏTA

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Une analyse pertinente qui demande juste d’aller un peu plus vite . Quelques part cette lenteur a sa raison d’être . Nous étions dans un Etat pourrit à 100%100, donc pour une refondation il faut d’abord se débarrasser de toutes les ordures humaines . C’est à dire un toilettage à tout les niveaux , et aller avec de nouvelles bases . Pour un mali nouveau et un homme nouveau pour le bien de tout monde.

  2. D’accord avec toi, Vérité. Le pays a suffisamment de ressources qui n’ont besoin que d’être bien gérées, avec fermeté, et dans la transparence. Récupérons très rapidement les biens mal acquis. Tolérance zéro pour la surfacturation, le vol, le gaspillage, la corruption, … Ainsi, il y aura énormément d’argent pour faire face aux charges de l’Etat. L’article 39 sera mis en oeuvre avec ses arriérés. L’armée sera plus opérationnelle et sécurisera le territoire national. Les fonctionnaires seront régulièrement payés. Les prix seront maitrisés et normalisés (sans surenchère). Le malien aura changé de mentalité et de comportement. Vivement, la bonne gouvernance effective et rapide.

  3. Bon finalement je commence à me dire qu’il faut laisser la junte gérée la transition mais avec l’aide de quelques jeunes intègres comme Coulibaly, Igor Diarra, Moussa Sinko (futur président) qui sera proposé par la junte, et d’autres cadres technocrates compétents. Ils doivent éviter Choguel, Mountaga, Omar Mariko, M. Bathily, Modibo Sidibé du M5-RFP et tous les autres dinosaures de la majorité, ainsi que les Tiebilen Dramé, etc.
    Qu’ils frappent les esprits avec des actes forts contre la corruption et l’impunité.
    Qu’ils enquêtent sur la famille de Boubou Cissé qui s’est bien enrichie, les opérateurs de caniveaux comme Chine Lah, Mama Lah, des personnalités comme Kagnassy, Ben barka, Aziz Ly, Kolon, etc. Bref, tous les anciens ministres et leurs proches.
    Pour les voitures de l’état, il faut récupérer aussi les voitures offertes par Karim Keita à des connaissances. Il y en a un bon nombre qui circule à Bamako.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here