Mali: «Il s’agit d’une démission forcée» dit Ibrehima Taméga

26

Le sort d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) préoccupe la communauté internationale. À l’unisson, elle réclame sa libération. L’Union africaine s’inquiète pour sa santé et critique les conditions de détention du président démissionnaire. Une démission qui pose question auprès de ses soutiens comme Ibrehima Taméga. Il préside l’organisation de jeunesse de la Convergence des forces républicaines.

RFI : Le président Keïta a présenté sa démission dans la nuit de mardi à mercredi. Vous demandez sa libération ?

Ibrehima Taméga : Il ne s’agit pas là d’une démission de gré. Il s’agit d’une démission forcée. Vous savez, quand on a des militaires qui vous entourent, qui vous obligent à écrire une déclaration, à signer cette déclaration, à démissionner, on ne va pas dire que c’est une démission de gré. Et donc, aujourd’hui, c’est là où nous estimons que le chef de l’État, le Premier ministre et le président de l’Assemblée nationale sont actuellement séquestrés par des militaires à Kati.

Et si leur libération intervient, que se passe-t-il ensuite de votre point de vue ?

Nous espérons très rapidement le retour à l’ordre constitutionnel. Le président de la République a été démocratiquement élu. Il convenait qu’il termine son mandat comme le prévoit la Constitution, et qu’à terme de son mandat, il y ait des élections transparentes qui soient organisées.

Si la libération du président IBK et des autres responsables intervient, est-ce que vous pensez qu’une réinstallation au pouvoir est encore possible ?

Cela a été le cas dans certains pays. Nous comptons, nous osons compter sur l’intelligence de ceux qui ont fait le coup d’État, nous devons compter sur leur intelligence pour revenir à la raison, pour qu’on discute entre Maliens, pour qu’ils contribuent à permettre le retour à la normalité. Si le chef de l’État devait être remis à sa fonction, ce serait une belle chose dans un pays comme le Mali et ce serait un exemple à donner aux autres pays de la sous-région.

Le Mali est un grand peuple malgré tout. Nous sommes une jeune démocratie certes, mais nous sommes un grand peuple de dialogue. J’ose faire confiance à l’intelligence de tous les acteurs locaux, qu’ils soient militaires, qu’ils soient politiques, qu’ils soient membres de la société civile. Personne ne souhaite aujourd’hui voir ce pays sombrer. Je suis convaincu que nous serons en mesure de nous écouter, de nous asseoir autour d’une même table, conformément à la volonté du chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta bien avant le mardi, le triste mardi précédent, de nous asseoir et de réfléchir ensemble sur comment faire en sorte que le pays sorte de cette situation, de cette impasse.

Est-ce que vous participeriez à une transition politique civile dans laquelle le président IBK n’aurait pas sa place ?

Pour le moment, notre seule exigence est bien entendu la libération immédiate du chef de l’État. Le retour à la normalité.

Source: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

26 COMMENTAIRES

  1. Yugo, c’est qui meme ce petit bilakoro d’Ibrahima Temega? Il doit rejoindre le roi MAUDIT de segou et contnuer leurs aneries. Boua le ventru IBK le Mande ZONKEBA est fini et le peuple Malien a tourne la page de son histore avec d’autres patriotes comme Sadio Camara, Diaw, Goita, Fantamady, Imam Dicko, Choguel, Clement, Bathily, Tall, etc, etc. La prison Centrale de Nioro du Sahel attend Boua le ventru IBK le Mande Zonkeba pour quelques decenniesde travaux forces.

  2. > Merci, Monsieur TAMEGA !
    > Rira bien qui rira le dernier !
    > Au Mali, la bâtardise n’aura pas lieu : pas plus qu’au Burkina Faso, où elle fut ridiculisée par la CEDEAO et ses auteurs condamnés à plus de vingt ans, souvenez-vous en.
    > Le temps de rompre la légitimité constitutionnelle est révolu, partout où les nations aspirent au progrès.
    > Il faut que la soldatesque retienne une fois pour toutes que son devoir n’est pas de se mêler de la politique, quelles que soient les circonstances.
    > Si nous souhaitons la démocratie,
    – faisons comme en France dont les dignes soldats n’ont pas été alléchés par l’hystérie avec les Gilets Jaunes ;
    – faisons comme les soldats patriotes d’Espagne qui n’ont pas cédé à l’appas du populisme avec des manifestants Catalans ;
    – faisons comme les soldats exemplaires des USA qui, loin d’être des comédiens de spectacles, sont restés en marge de la politique pendant même que leur pays brûlait sous la colère des manifestants pour George Floyd ; etc. .
    > Quoiqu’il en soit, un Président est élu pour un mandat et le devoir des soldats est de sécuriser la légalité, sous toutes ses formes, point de se mêler des Affaires Politiques . Fin !

  3. ” Qu’ils soient de la société civile ou les militaires, personne ne souhaite voir ce pays sombrer “.

    Quand on écoute ces farfelus, on dirait que le MALI sous IBK n’a pas encore sombré dans l’abîme.

    • Certaines personnes sont incapables de raisonnements cohérents denués d’injures. S’ils étaient à la place d’IBK, le pays sombrerait plus rapidement parce qu’on a besoin d’intellect pour diriger. Ceux qui tiennent un raisonnement contraire au vôtre, mon cher Yugubané, ne sont pas des ferfelus.

  4. > Merci M. TAMEGA : mais la bâtardise n’aura pas lieu comme au Burkina lors de la transition !
    > Le temps de rompre la légitimité constitutionnelle est révolu, partout où les nations aspirent au progrès.
    > Il faut que la soldatesque retienne une fois pour toutes que son devoir n’est pas de se mêler de la politique, quelles que soient les circonstances.
    > Si nous souhaitons la démocratie,
    – faisons comme en France dont les dignes soldats n’ont pas été alléchés par les Gilets Jaunes ;
    – faisons comme les soldats patriotes d’Espagne qui n’ont pas cédé à l’appas des Catalans ;
    – faisons comme les soldats exemplaires des USA qui sont restés en marge de la politique pendant que leur pays brûlait sous la colère des manifestants pour George Floyd ; etc. .
    > Quoiqu’il en soit, un Président est élu pour un mandat et le devoir des soldats est de sécuriser la légalité, sous toutes ses formes. Fin !

    • Vous faites tous semblants de défendre la démocratie ,ou je sais pas Mr Ibrahim Keita ,mais sincèrement je voulais que vous montrer au peuple malien et à l’opinion internationale ,que vous êtes sincère de ce que vous défendez, en appelant le peuple qui est avec vous à une manifestation sans violence pour le rétablissement de Mr Ibrahim Keita à son pouvoir, si vous aurez ce courage et un leader pour mobiliser le minimum de personnes dans la rue, vraiment IBK sera très soulagé, car il s’est vu déjà trahi par vous tous et toutes, en commençant par ses propres fils et sa femme, ainsi que ses enfants adoptifs, comme Moussa Diawara.

  5. “Ibrehima Taméga : Il ne s’agit pas là d’une démission de gré. Il s’agit d’une démission forcée.”
    ALORS QU’EST CE QUE VOUS CROYEZ! C’EST UNE DEMISSION FORCEE D’ABORD POUR IBK LUI MEME CAR SI LES MILITAIRES L’AVAIT LAISSE AUX MAINS DE LA POPULATION, CELLE A LLAIT LUI FAIRE SES AFFAIRES. ENSUITE POUR LE MALI, IL ETAIT BON QU’IL DEMISSIONNE POUR QU’ON PUISSE REPRENDRE LES CHOSES EN MAINS. JE L’AI TOUJOURS DIS, SI IBK RESTAIT JUSQU’EN 2023, LE MALI ALLAIT DISPARAITRE..
    CE N’EST PAS POUR ME REJOURS MAIS IBK PEUT S’ESTIMER HEUREUX QU’IL SOIT TOMBE SUR DES “VRAI PATRIOTES ET HUMAINS” ET QUE LES MALIENS SOIENT DES PACIFISTES. SINON, ON A VU GGBAGBO ET SA FEMME SIMONE. IMAGINEZ LES ENTRE LES MAINS DE LA POPULATION IVOIRIENNE, SURTOUT CELLE PROCHE DU RDR.

  6. C’est qui meme ce petit bilakoro d’Ibrahima Temega? Il doit rejoindre le roi MAUDIT de segou et contnuer leurs aneries. Boua le ventru IBK le Mande ZONKEBA est fini et le peuple Malien a tourne la page de son histore avec d’autres patriotes comme Sadio Camara, Diaw, Goita, Fantamady, Imam Dicko, Choguel, Clement, Bathily, Tall, etc, etc.

  7. Le peuple a demandé Ibk de rendrer son tablier depuis trois mois, mais il est têtu comme de mur,Att est parti sans terminer son mandat , alors Ibk aussi il a suivi c’est logique .

    • UN INTELLECTUEL DOIT RESTER HONNETE!!!!
      TU N’ES PAS HONNETE!!!!
      LE COUP D’ETAT N’EST PAS ACCEPTABLE ET IL NE PASSERA PAS!!!!!

      • Pourtant, Le RBS alias Naloma a soutenu le coup d’état de la bande du CNRDRE. Qu’est ce qui s’est passé entre temps pour que Monsieur devienne soudain un démocrate convaincu ?

        Pensées rebelles.

        • Tu te trompes lourdement!!!!!! J’ etais parmi les premieres personnes a’ combattre le coup d’etat de Sanogo. Lorsqu’un ami de Bamako m’a donne’ le numero de telephone de Sanogo pour prendre contact avec lui et le supporter, je n’ai jamais telephone’ a’ Sanogo mais j’ai fini par le supporter a’ condition que les institutions de la republique soient retablies et que tous les detenus de Kati soient libere’s!!!!
          CE QUE JE DEMANDE AUX OFFICIERS FELONS AUJOURD’HUI, N’EST PAS DIFFERENT DE CE QUE J’AI DEMANDE’ A’ SANOGO ET SA JUNTE!!!!
          AUJOURD’HUI, JE DEMANDE LA LIBERATION IMMEDIATE D’IBK ET TOUS LES DETENUS ET LE RETABLISSEMENT DE LA CONSTITUTION ET DES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE!!!
          REBEL, JE SUIS TETU DANS MES POSITIONS!!!!

          • REbel, ce type est veritablement gros menteur et gros nullard, il a la tres grande gueule c’est tout, personne ne doit croire a un seul mot qui sort de sa gueule, c’est comme son ancien prince du jour quand il disait le Mali d’abord il s’agissait de sa famille d’abord, etc.

      • Au Mali personne ne reste à sa place,
        Les militaires tout comme les religieux sont les deux entités qui ne doivent jamais se mêler de la politique,

        Le président était devenu imam. L’imam est devenu un homme politique etc…

        Un coup d’état est un aveu d’échec, ce n’est pas un bon signe,

    • Tetu comme une mule est Boua le ventru IBK mais il sait ce qu’il a vole et il a peur de partir mais il va repondre de toutes ces surfacturations, un voleur et nullard est ce Boua le ventru IBK, la prison centrale de Nioro du Sahel t’attend!

  8. IBK EST TOUJOURS LE PRESIDENT DU MALI!!! IL N’A PAS DEMISSIONNE’!!!
    QUAND ON POINTE LE PISTOLET A’ TA TETE ET ON EXIGE QUE TU DEMISSIONNES OU ON TE TUE, SI TU DESIONNES DANS CETTE CONDITION, TA DEMISSION N’EST PAS UNE DEMISSION!!!! IBK EST TOUJOURS LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU MALI!!!! IL EST L’OTAGE DES OFFICIERS TERRORISTES DE KATI!!!

      • TU ES LIBRE DE TON OPINION! CE QUE L’IMAM NAIF, LA CLIQUE DE VOYOUS, LES OFFICIERS FELONS ET LEURS PARTISANS DISENT, NE M’EMPECHE PAS DE DORMIR! VOS IMBECILITE’S NE M’INTERESSENT PAS. C’EST LE MALI MA PRIORITE’!!!!
        IBK EST L’OTAGE DES OFFICIERS FELONS! DOIVENT LE LIBERER ET RETABLIR TOUTES LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE! VOS BASSESSES NE PASSERONT PAS!!!!!
        SON EXCELLENCE IBRAHIM BOUBACAR KEITA EST TOUJOURS LE PRESIDENT DU MALI!!!!!

          • Ce n’est pas un homme c’est un Pedale qui vit aux USA a cause de sa Green Card! S’il vient a Kati on va mettre une baillonnette dans son cul de Pedale!

    • Biton,
      certes je ne cautionne pas le coup d’Etat et encore moins le pouvoir de la grande muette. Je suis pour le respect de la constitution, seulement quand elle garantit et limite les droits et devoirs du peuple et des dirigeants. IBK et sa clique n’en avaient cure du peuple, qui du reste, c’est le meme peuple qui l’a donne cette legitimite dont ils se reclame.
      Mais que fais tu du peuple souverain du Mali? Doit-on noyer les aspirations du peuple a cause des clauses d’une constitution violee sans arret depuis 7 ans?
      Constitution ou pas, il n’a aucune legitimite pendant que depuis des mois, ce meme peuple qui l’a elu reclame a cors et a cris qu’il rende le tablier. la constitution n’est qu’une transposition d’une partie du pouvoir du peuple concedee a des individus et le peuple souverain a le droit de les retirer lorsque ceux ci ne remplissent plus la mission qui leur est assignee.
      on a connu le socialisme, la dictature mais le pire des moments vecus par le malien est sous l’ere pseudo democratique: pas de justice, pas de securite, pas d’ecoles, pas de sante, pas d’insfrastructures communautaires de base, pas de routes, pas d’environnement, pas d’industries, …plus aucun espoir.
      Le pays est devenu un vaste champ de corruption, de vol, de predation jamais egalee dans son histoire. Le pire est que tout ceci se fait au vu et au su du citoyen pour le narguer et se moquer de lui. Thomas Jefferson disait: “Les deux ennemis du peuple sont les criminels et le Gouvernement. Laissez nous donc attacher le second avec les chaines de la constitution afin qu’il ne devienne pas une version legalisee du premier”
      Voyez vous Mr. Biton, je ne suis pas un idealiste, mais ceci est un fait. Je sais que tous les politiciens de tous les rangs et de tout acabit se sucrent en dessous des tables, mais jamais ehontement comme c’est pignon sur la rue au Mali. Personne n’est trop propre dans la politique comme le disait le fameux proverbe:”Donnez moi un politicien propre et je vous donnerai une prostituee vierge”.
      Si cette intervention des militaires, malgre le contexte du moment, est pour faire echo aux frustrations du peuple pour commencer le debut d’un traitement, alors je leur souhaite bon vent!
      je n’ai pas pour pretention qu’on va pouvoir changer ceci avec un coup de baguette magique du jour au lendemain, mais c’est le moment de poser reellement les jalons d’un changement salvateur.
      Il est temps pour le malien d’eprouver ne serait ce qu’un tout petit peu de pitie pour ce si beau et vieux pays saigne a blanc de tous les cotes par ces oligarques et leurs acolytes internes et externes.
      Dieu benisse mon pays et nous apporte l’homme providence!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here