Refondation de l’armée malienne : « Faso Kanu » décrie la présence de la Minusma et barkhane

2
L’opération Barkhane est un cheval de Troie pour le Mali

Pour magnifier sa solidarité aux forces de défense et de sécurité, à l’occasion de la célébration du 55ème anniversaire de la création de l’Armée Malienne, l’Organisation Faso Kanu a organisé le 20 janvier 2016 une conférence débats à la Maison de la Presse. L’objectif était d’une part, de faire un rappel historique des forces de défense et de sécurité du Mali, avant la pénétration coloniale, pendant le régime coloniale et de la création l’armée proprement dite, et d’autre part de décrier la présence des forces étrangères sur le sol Malien. La conférence a été présidée par le commissaire principal de l’Organisation Faso Kanu, Ibrahim Kébé, en présence de plusieurs officiers de l’armée et de la sécurité.

Après les propos introductifs d’Abdoul Niang et Mandala Camara, respectivement commissaire à la communication et commissaire à l’organisation, le commissaire principal  de Faso Kanu a pris la parole. Il a d’abord  indiqué que le 20 janvier 1961 rappelle en réalité la vraie indépendance du Mali, car dit-il, cette date consacre la dignité retrouvée des Maliens avec le départ du dernier soldat français du territoire du Mali indépendant. Selon Ibrahim Kébé, sans souveraineté militaire, il n’ya pas d’indépendance d’Etat. Pour lui, la présence des forces étrangères au Mali est une situation de deux poids, deux mesures, provoquée par la France pour signer son retour dans notre pays après 1961. A ses dires, il faut que les gens comprennent que la MINUSMA et Barkhane sont là, non pas pour libérer le Mali, mais plutôt pour le diviser. «  La Minusma est une force d’interposition, d’imposition et non une force de sécurisation. D’ailleurs, ces forces ont refusé la libération de certaines localités. D’autre part, ces puissances ont même participé au combat contre le Mali. Pourquoi ? »,  a t-il maintenu. Il a ensuite suggéré qu’il faille complètement changer de système de gestion et de recrutement, en s’organisant, en se mobilisant et en agissant librement. Pour Kébé, cela nécessite la prise d’une volonté politique, courageuse et responsable.  Le commissaire principal de  l’Organisation Faso Kanu a aussi souligné que l’armée malienne se trouve dans une situation désastreuse qui résulte d’un complot international et  national pour empêcher l’armée malienne  à accomplir sa mission régalienne. Pour conclure, Ibrahim a dit que : «  Par principe de dignité c’est à nous même de nous sécuriser et à faire de ce pays ce  dont  nous avons besoin ».

JEAN GOÏTA

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. bonsoir a tous je pense que vous avez tout dit mais certaine maliens not toujour pas compris si nous voulons que le mali sois libere ce le malies qui doivent le liber mais pas la france et ni minisma pense coment la france et parti a kidale ils sons partis sole sans l’arime malien sans combat comis si il avais pas de torirste la ba nous paye voisin aussi ils etais avec mnla il vons ce soigne la bas donc moi je pense que il ne faut pas renouvelle le
    visa minsma barcane aussi d’appelle le pays que nous avons d’acord avec eux faire confiance l’armee malien il sons capable de libere le mali nous leur font confiace ils ont notre soutier totale vive le mali

  2. bonsoir je suis tout a fait d’ acord avec mr si nous accepoter que ce froche reste dans le mali ce pour nous diffiser mais pas pour l’uniter du mali il faut bien regarde coment l’arme française est parti a kidale personne savait au mali meme dioncounda ..allor que gao toumboucote ils etes avec l’arme malienne mmais kidale non l’armee malienne n’est pas aller ….et ka moussa marra est parti a kidale vous avez vu coment ce passer donco nous sommes pour mali uni mais si vous dite rien sauf ibk soeul on va pas reçure parce il umpesse par ces gens il faut appelle le malien de se resmble contre minisema et barcane

Comments are closed.