Tombouctou : L’UNESCO accompagne le Crépissage collectif de la mosquée de Sankoré

0

Tombouctou a été, ce 4 novembre 2018, le théâtre d’une grande cérémonie spirituelle et sociale, à l’occasion du crépissage de la mosquée de Sankoré, l’une des trois mosquées inscrites sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988. Cette grande fête a réuni les leaders religieux et toutes les communautés de Tombouctou.

On notait également la présence du Représentant de l’UNESCO au Mali, M. Hervé Huot-Marchand, du Maire de la Commune Urbaine de Tombouctou, M. Aboubacrine Cissé, des chefs de services techniques, du représentant du Bureau Régional de la MINUSMA à Tombouctou, M. IssakaNazoum dit Zim, des chefs de quartiers, de l’Imam de la Mosquée de Sankoré, des communautés et des journalistes de la presse, tous venus participer à ce rituel.

La cérémonie a débuté dès l’aurore, par les jeunes et anciens qui ont tous convergés vers l’édifice religieux. Aussitôt la prière de l’aube terminée, la première partie des travaux a débuté suite aux bénédictions de la première motte de banco par l’Imam de la mosquée de Sankoré et des principaux chefs maçons sous la supervision du chef de la corporation, M. Alassane Hasseye, avant d’être posée par le chef maçon M. Albert Bagna.

Les maçons sont organisés dans leurs travaux suivant une répartition des rôles et des espaces de la mosquée à crépir. Des échelles sont placées contre les parois de la mosquée. Les porteurs de paniers de banco font la navette par grappes humaines. Un autre groupe escalade, les maçons se tiennent debout sur les torons qui hérissent les parois de l’édifice, pour mieux crépir à mains nues, dont les empreintes resteront ensuite. La réfection de l’édifice a commencé par tout le toit et les façades Nord et Ouest du minaret dans la matinée et s’est poursuivi l’après-midi par les façades Est et Sud du minaret, marqué par des rituels des maçons et d’animation musicale.

Différents groupes de femmes, récipients (canaries, calebasses) remplis d’eau à la tête, chantent au son des tam-tams, mêlé aux cris pour encourager les hommes : c’est le crépissage dans sa splendeur festive.

 

« C’est une tradition ancestrale que nous avons tous trouvé ici à Tombouctou et qui contribue à la paix et à la cohésion sociale et nous continuerons à l’entretenir pour les futures générations », a déclaré M. Aboubacrine Cissé, Maire de la Commune de Tombouctou. Il a également remercié l’UNESCO pour son appui au Patrimoine culturel de sa commune.

Noyé dans le climat festif et émotionnel des travaux, M. Hervé Huot-Marchand salue la mobilisation des communautés qui, selon lui, au-delà d’une action déjà importante de conservation physique de la mosquée, est surtout une opportunité majeure de renforcement de la cohésion sociale et de dialogue intercommunautaire et interculturel, prônant ainsi les valeurs de tolérance et de partage, pour une Culture de Paix renforcée au Mali. « Protéger la culture c’est protéger les Peuples et renforcer la Paix » a-t-il mentionné.

 

  1. Hacoum Cissé, Imam de la mosquée de Sankoréa pour sa part remercié l’UNESCO pour son appui financier au crépissage « nous l’invitons à l’étendre à toutes les autres parties de l’édifice » a –t-il déclaré.

Il faut rappeler que cette mosquée a bénéficié singulièrement, à l’instar des autres mosquées de la ville classée Patrimoine mondial de l’UNESCO, d’un travail important de restauration dans le cadre du Programme de l’UNESCO pour la Réhabilitation du Patrimoine Culturel et de Sauvegarde des Manuscrits du Mali, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers majeurs que sont l’Union européenne, la MINUSMA et l’Espagne. Les actions menées ont permis le renforcement de la fondation du mur Est ; des pieds de mur de la galerie des hommes et de la galerie de lecture ; et la reprise intégrale de la toiture de la galerie des hommes, de la lecture et une partie de la galerie des femmes. Le tout se clôture avec cette présente cérémonie du crépissage.

La cérémonie a pris fin, comme le veut la tradition, par la remise du thé, du sucre, des dattes et quelques provisions aux maçons par les Imams, suivie des prières (Fatoha) et bénédictions pour tous les Maliens.

A noter que la cérémonie de crépissage de la mosquée de Sankoré fait partie intégrante du Patrimoine immatériel. Bâtie au XIVe siècle, la mosquée de Sankoré a été, comme la mosquée de Djingareyber, restaurée par l’Imam Al Aqib entre 1578 et 1582. Il fit démolir le sanctuaire et le reconstruisit en lui donnant les dimensions de la Kaaba de la Mecque.

Source: UNESCO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here