Sanctions de la Cédéao contre le Mali: c’est le Sénégal qui s’est mis sous embargo

3

#Sénégal : La décision de la Cédéao de fermer les frontières avec le Mali commence déjà à se faire ressentir au Sénégal. Au port de Dakar, ceux qui s’occupaient de la déclaration, de l’enregistrement et de l’acheminement des marchandises du Mali vers ce pays, ne savent plus à quel saint se vouer.

Au port autonome de Dakar, tous les transitaires du mole Hamassiré Ndour, l’ex-mole 3, les transitaires et autres manutentionnaires et dockers, sont tous à l’arrêt. Ils se tournent les pouces à longueur de journée depuis dimanche dernier, date à laquelle les chefs d’Etat de la Cédéao ont décidé de la fermeture des frontières avec le Mali voisin. La vérité est que 70% de leurs dossiers quotidiens concernaient le Mali.

A ce rythme, les conséquences dépasseront toutes les prévisions. Selon les déclarants en douane et transitaires, il faut qu’une solution de sortie de crise soit trouvée au plus vite.
En attendant, ils espèrent que les autorités maliennes de la Transition et celles de la Cédéao se retrouvent autour d’une table, car en dehors de l’aspect économique, le Mali et le Sénégal sont des pays frères qu’aucune frontière ne devrait pouvoir séparer.

En réalité, ces sanctions imposées au Mali vont durement affecter l’économie sénégalaise. Selon l’économiste Ndongo Samba Sylla, le Mali est le premier client du Sénégal, loin devant la France et tous les pays de l’Union européenne réunis, avec 574 milliards de fcfa d’exportation en 2019 et 493 milliards de fcfa en 2020. De même, une bonne partie de l’industrie cimentière sénégalaise tourne grâce au client malien.

En réalité, c’est comme si c’est le Sénégal qui était sous embargo, puisque le Mali continuera de s’approvisionner à travers d’autres canaux. Au lieu du port de Dakar, ceux de Conakry et de Nouakchott lui sont grand ouverts.

Par ailleurs, les chargeurs sénégalais et autres transporteurs dont la principale destination est le Mali seront durement affectés et il n’est pas exclu qu’ils entament des mouvements de grève pour protester contre des mesures que tout le monde estime injustes.

Pour la Côte d’Ivoire, même si, dans une moindre mesure, les opérateurs économiques sont également durement touchés pour les mêmes raisons. Cette situation risque de faire plus de mal aux pays de la Cédéao qu’au Mali.

Le 14/01/2022 Par https://afrique.le360.ma

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. ces sanctions sont contre le sénégal et le mali ,il faut régler ce problème en urgence: vive le mali. je suis un ancien citoyen de l’ex fédération du mali, dommage les européens essaient de nous diviser.

  2. Vous êtes dans la gesticulation perpétuelle avec vos articles, les ports de Conakry et de Nouakchott vous sont ouverts, allez vous y ravitailler et arrêtez les pseudos discours de guerrier. Quand aux transitaires ou personnels du port de Dakar, ils prendront leurs maux en patience, s’ils veulent faire la grève? C’est leurs droits et elle fait partie du droit du travail. Mais il n’y aura aucuns débordements, destructions, violences ou coup d’état.

  3. If nothing else Senegal is learning what happens when drug addicts of ECOWAS are willing to sacrifice Senegal for sake of fulfilling evil France plus EU desires. That is what stupidity in government have earned people of Senegal. Wake Senegal government up to ECOWAS goal is to satisfy France plus EU .
    If we get what we deserve Senegal need acquire disposition similar one applied by ECOWAS of considering only what they want without regard for anything but getting what they want by means they want it. Thereof Senegal would not impose hardship upon it’s people by supporting sanctions France plus EU trick ECOWAS with malicious intent into imposing on Mali.
    Wakeup Senegal!
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here