Cheick Harouna Sankaré, maire de Ouenkoro : « Nous refusons de trahir notre propre pays !

0

La question qui préoccupe aujourd’hui la communauté peulh et les cadres du Centre du Mali reste l’annonce de la création d’un groupe armé peulh qui a pour cible principale l’armée malienne. De plus en plus de voix condamnent cette tentative d’exposition de cette communauté paisible à l’amalgame par un militant d’un mouvement indépendantiste touareg. Harouna Sankaré, Maire de Ouenkoro dans le cercle de Bankass est, lui, sidéré qu’on prétende agir au nom de sa communauté.

Après la réaction par voie de presse de l’antenne nationale de l’association Tapital Pulaaku, c’est au tour de certains cadres et élus de la communauté de se désolidariser de cette initiative suicidaire.  Le maire de la Commune rurale de Ouenkoro, non moins guide spirituel, Cheick Harouna Sankaré, qui vient de séjourner dans son village pour faire passer le message de l’attachement à la République, fait partie de ceux-ci.

Le jeune maire de cette commune rurale du cercle de Bankass, située à la lisière du Burkina Faso s’est en effet fendu d’une déclaration on ne peut plus cinglante sur sa page facebook pour dénoncer une telle manipulation. « A Ouenkoro, écrit-il, nous disons non à une rébellion… Chez nous (à Ouenkoro, cercle de Bankass) peulhs, Dogons, Bambaras, etc…sont des frères et sœurs. Nous refusons de trahir notre propre pays ! », s’exclame le maire UDD d’Ouenkoro, qui condamne «                                                                                                                 toute rébellion armée se réclamant d’une ethnie » avant d’inviter le « Gouvernement à prendre toutes les dispositions pour la cohésion sociale et lutter contre toute personne qui cherche à créer une guerre civile au Mali. Vive le Mali. Qu’Allah protège le Mali et le monde ! », Conclut-il.

Aly Enéba Guindo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER