Niono : Une Fillette Violée

0

Nouhoum Traoré, a attendu la journée du 8 Mars, journée de la femme pour violer la petite Aissata Bocoum. Un acte ignoble et répugnant qui fait frémir tous les Nionois. Cela se passait au Km 26. Cette journée internationale de la femme, célébrée ce Jeudi 8 Mars par l’Association Benkola des femmes du Centre de Recherche Agricole fut riche en couleur. C’est cette journée mémorable que choisit Nouhoum Traoré 28 ans, réparateur de moto, fils de Feu Adama Traoré et de Mama Tangara pour violer la petite Aissata Bocoum. Aux environs de 15 heures la jeune Aissata est interpellée par le nommé Nouhoum Traoré quand elle passait devant la nouvelle construction de l’ancien chef d’agence de la BNDA de Niono.

 Il l’a entraîné dans la cour et ensuite la mettra nue avant assouvir son désir sexuel forçant du coup la pénétration, Nouhoum le réparateur de moto a grièvement blessé la jeune Aissata Bocoum. Conduite à la police par son père et ensuite transportée au Centre de Santé de Niono, Aissata a reçu soins et soutures. Aussitôt, sans perdre de temps l’Inspecteur Divisionnaire Macalou et ses hommes se lancent à la poursuite du malfaiteur. Il est appréhendé par la police au niveau du Complexe des Jeunes alors qu’il tentait de fuir. La jeune Aissata Bocoum qui est née en 1997 a 10 ans et est la fille de Samba Bocoum un vendeur de café et Fanta Dembélé domicilié également au Km 26 Coloni.

Nouhoum le violeur qui se trouve en ce moment sous les verrous à la police, s’apprête dans peu de temps à passer devant le juge avant de regagner les quatre murs de la prison. Espérons que cet acte soit punit avec la dernière rigueur afin de dissuader tout éventuel violeur de la même école de Nouhoum. C’est une véritable insulte aux femmes que ce geste de Nouhoum en ce 8 Mars 2007. Au moment où l’on parle d’abandon des violences faites sur les femmes, c’est ce jour mémorable que le réparateur de moto Nouhoum Traoré a choisit pour mieux s’illustrer en les narguant de la plus mauvaise manière.

Issa Daou Correspondant à Niono

Commentaires via Facebook :

PARTAGER