Exploitation de l’uranium de Faléa : Le niet des élus du cercle de Kéniéba

19

« A l’issue d’une formation, les élus du cercle de Kéniéba se sont opposés à la réalisation du projet d’extraction de l’Uranium de Faléa ». La révélation a été faite le 25 avril 2012, par Nouhoum Keita, coordinateur du programme de renforcement des capacités des populations  de Faléa et des élus du cercle de Kéniéba, lors de la conférence de presse sur le bilan du partenariat entre l’Association des ressortissants et amis de la commune de Faléa (ARACF) et la Fondation Rosa Luxemburg.


C’est un secret de polichinelle, la Commune rurale de Faléa située dans le cercle de Kéniéba, est aujourd’hui menacée par l’exploitation des ressources du sous sol dont l’Uranium. C’est suite à ce déferlement des sociétés minières sur le territoire de la commune que l’ARACF a décidé de s’impliquer activement dans le dossier minier. Selon Nouhoum Keita, toutes les actions visent à constituer un solide rempart contre le pillage effréné des ressources du pays par les investisseurs capitalistes internationaux.

« L’ARACF s’est mobilisée dans le but d’aider les populations et les élus à rester maîtres de leur destin, à choisir et à mettre en œuvre leur propre mode de développement, respectueux de leur culture et de leur environnement », a-t-il déclaré. Pour renforcer les capacités techniques des populations, des autorités  traditionnelles et communales, Nouhoum Keita dira que l’ARACF a sollicité et obtenu l’appui de la Fondation Rosa Luxemburg, d’une valeur de 15 millions de FCFA. Selon lui, cela a permis la réalisation d’une série d’ateliers d’information et de sensibilisation des populations sur les activités des industries extractives et sur les effets secondaires nocifs consécutifs aux activités de prospection et d’extraction de l’uranium.

« Notre programme a permis aux populations de se préparer à participer en parfaite conscience à la prochaine consultation publique exigée par la loi », a-t-il indiqué. Mais, de toutes les activités initiées par l’ARACF grâce à l’appui financier de la Fondation Rosa Luxemburg, Nouhoun Keita a estimé que celle initiée pour la formation et la sensibilisation des élus du cercle de Kéniéba  n’a pas tardé à produire des résultats. « Immédiatement après leur formation et sensibilisation sur l’Uranium et ses conséquences, les élus du cercle de Kéniéba se sont prononcés contre le projet d’extraction de l’Uranium à Faléa », a-t-il indiqué.

Pour sa part le Professeur Many Camara a rappelé que l’ARACF n’est pas contre la volonté de l’Etat malien de diversifier ses activités minières. Mais, il a indiqué l’ARACF est opposée à l’extraction de l’uranium de Faléa pour tout le risque que cela comporte pour les populations. « Pourquoi ne pas abandonner le projet d’exploitation de l’uranium pour se consacrer à l’exploitation de l’or, du diamant et de la bauxite qui offre des potentialités estimées à 450 millions de tonnes », s’est-il interrogé.  Il a aussi proposé le développement de la filière du bambou dont regorge la zone et le développement de l’éco tourisme dans cette partie verdoyante de notre pays. « Il faut un programme de désenclavement de la zone de Faléa afin que la zone puisse développer son riche potentiel et nous allons nous battre pour le faire comprendre aux autorités », a-t-il déclaré. Pour conclure, il dira qu’il n’y a rien de rationnel à la démarche du  gouvernement malien qui veut coûte que coûte exploiter l’uranium à Faléa.

Assane Koné

 

Commentaires via Facebook :

19 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, les amis et la famille Faléa (ndire, Sitadina,) ne permettent pas que d’exploiter l’uranium, qui est pligroso siñifica tuer des gens si l’eau potable, l’environnement et la santé qui a mis siñifica nucléaire cementrio tout le monde sait qu’il est plus pligro que même à ce jour dans le monde, je suis à la maison Fale, mais je vis en dehors du pays par la pauvreté subie par les copies d’organisation sans faute dans tout le pays:

  2. Bon boulot par les elus. Il faudra arreter toute ces exploitations injuste ainsi que nocives de nos resources. Ils ont pille 1000 tonnes de l’or malien sous ATT. Les indiens sont en train piller le fer dans la region de Koulikoro en contrepartie de miettes pour les maliens… il faut tout resilier et refaire les contrats. Arretons de vendre ce pays aux multinationales!

    • Le Mali exploite son fer:La société indienne promet 40 milliards de Fcfa en dix ans

      L’exploitation commerciale du fer commence dans la première semaine du mois de septembre. Le gisement de fer de Moribabougou contient des réserves géologiques de 91,13 millions de tonnes de minerai de fer pour une durée de vie de 40 ans. Le rythme d’exploitation sera de 50 000 tonnes par an, entièrement reporté sur le port de Dakar en direction de l’Inde, la Chine et l’Europe. Le revenu direct du gouvernement malien pour les dix premières années du projet est estimé à 67, 37 millions de dollars américains, soit environ 40 milliards de Fcfa.

      La Société Sahara Mining Sa a donné une conférence de presse ce 13 Mai à l’Hôtel de l’Amitié. Le principal conférencier était le président de Sahara Mining, M. Sandeep Garg, en présence de l’Ambassadeur de la République de l’Inde au Mali, Kanjiraparambil Joseph Francis, du ministre des Mines Abou Bakar Traoré et du ministre de l’Environnement et de l’Assainissement Tiémoko Sangaré.

      La Société Sahara Mining Sa est une filiale de la compagnie Sandeep Gargan Company (Sgnco) basée en Inde et spécialisée dans le recherche du minerai de fer, la commercialisation de la ferraille, l’inspection, l’authentification et la consultation.

      Selon le ministre des Mines, Abou Bakar Traoré, l’étude de faisabilité ayant été approuvée, un permis d’exploitation d’une superficie de 191 Km2 dans le secteur de Moribabougou a été accordé à la société Sgnco. La société Sahara Mining Sa a été créée pour exploiter le gisement de fer de Moribabougou, société dans laquelle le gouvernement du Mali détient une participation de 20 % et les autres 80 % reviennent à la Sgnco.

      Selon le ministre des Mines, Abou Bakar Traoré, le gisement de fer de Moribabougou contient des réserves géologiques de 91,13 millions de tonnes de minerai de fer dont l’exploitation sera faite par ramassage du matériel superficiel et par carrière de faible profondeur. Le traitement du minerai sera fait par broyage et criblage en taille commercialisable sur site. Le rythme d’exploitation sera de 50 000 tonnes par an, entièrement reporté sur le port le plus proche, celui de Dakar situé à une distance de 1350 Km.

      La mine qui fait une superficie de 2 107 Km est situé au sud est de Bamako dans la région de Koulikoro, commençant à 20 Km du centre ville de Bamako. La qualité du minerai de fer est 63 à 67 % favorable à l’industrie de fabrication de l’acier. Le minerai sera destiné aux chaudières et aux unités de fabrication d’acier en Inde, en Chine et en Europe.

      Le port de chargement actuel est celui de Dakar au Sénégal. Selon le président de Sahara Mining, M. Sandeep Garg, « le revenu direct du gouvernement malien pour les dix premières années du projet est estimé à 67,37 millions dollars américains sous les différents plans de collecte des revenus du gouvernement »

      L’exploitation du gisement de fer de Moribabougou nécessitera un investissement d’environ 40,83 millions de dollar US dont le financement sera assuré en partie par le promoteur pour un montant de 10,20 millions dollars US et sur prêt bancaire pour 30,63 millions de dollar US. Selon le ministre, les avantages du projet se mesurent en la création d’emplois qui atteindra environ 1636 emplois toutes catégories confondues ; au développement communautaire et à la génération de recettes pour le trésor public.

      « L’entrée prochaine en exploitation du gisement de fer de Moribabougou représente le début d’un vaste programme de diversification de l’industrie minière du Mali. Outre ce gisement de fer, il existe à travers le territoire d’autres indices de fer qui mériteraient une attention particulière.

      Aussi les gisements de bauxite, de manganèse, pour ne citer que ceux-la peuvent également faire aujourd’hui l’objet d’investissement», a soutenu le ministre. Quant au ministre de l’Environnement, Tiemoko Sangaré, il a attesté que l’étude d’impact environnemental et social a été analysée et approuvée par la commission pluridisciplinaire avant la délivrance du permis au promoteur. Un suivi régulier sera fait durant l’exécution des travaux

      Un pillage absolu!!!

      • “Selon le ministre, les avantages du projet se mesurent en la création d’emplois qui atteindra environ 1636 emplois toutes catégories confondues”

        Les emplois que cette societe cree inclue le chargeurs de camions payes a 500 fcfa par jour. Les indiens transportent ces millier de tonnes vers l’inde pour aller faire de l’Acier dont l’usine nous meme nous pourrions creer ici a Moribabougou et profiter de la valeur ajoutee et creer des vrais emplois pour les population de Moribabougou… vous voyez cest tres simple. Mais helas la seule chose qui peut expliquer cette auto-destruction est la MALEDICTION. Ministre Abou Bakr Traoere aurait deja pris se pourboires en dizaine de million pour livrer ces mines aux indiens. Quelle honte nationale!

        • Filiale de la compagnie Sandeep Gard and Company (SGNCO) basée en Inde. Spécialisée dans la recherche de minerai de fer, la commercialisation de la ferraille, l’inspection, l’authentification et la consolidation, la société Sahara Mining sise à Moribabougou sur la route de Koulikoro est au Mali pour une durée de 40 ans. L’arrivée de cette société indienne a été applaudie des pieds et des mains par la majorité des Maliens, qui avait cru que notre pays aurait réussi son entrée dans le cercle des pays exploitants de fer. Hélas, tel est d’être le cas. Car, aux dires même de ses dirigeants, pendant 40 ans d’exploitation des réserves géologiques de Moribabougou qui équivalent à 91,13 millions de tonnes de minerai de fer, les avantages pour le Mali, se résument seulement à la création de 1636 emplois (de quelle nature ?) et la génération de recettes pour le trésor public.

          Avec une telle promesse le gouvernement malien sous la coupole à son temps du Ministre Aboubakar Traoré n’a pas hésité à donner son quitus aux Indiens d’évoluer dans les entrailles de la montagne de Moribaboubou jusqu’à Tiènfala.

          Comme un borgne dans un pays des aveugles le groupe Sahara Mining s’est mis à exploiter 50.000 tonnes par an, entièrement exportées sur le port de Dakar. Cela, sous le dos des pauvres habitants de Moribabougou qui sont employés dans le ramassage du matériel superficiel, revendu, tenez vous bien à 500F CFA la tonne aux indiens. Pis, le rythme de travail est infernal pour ces derniers qui s’activent sous le soleil ou la pluie de part et d’autre des collines environnantes afin d’entasser un maximum de roches.

          • …A l’en croire, pour les ramasseurs il est à l’ordre de 500 FCFA/tonne. Quant aux camionneurs qui transportent les minerais des zones de stockage à l’usine, ceux-ci perçoivent 3000 FCFA. Et s’agissant des conducteurs des gros camions-remorques qui parcourent 1300Km afin d’acheminer les minerais au port de Dakar, ceux-ci n’ont droit qu’à 16000 FCFA/tonne. Le plus chiant, selon toujours lui, est que dans la plupart du temps le tonnage indiqué par les agents du Sahara Mining se trouve au dessous de ceux du port de Dakar. « Quand ils indiquent 40 tonnes, au port cela devient 50 tonnes, c’est le chauffeur qui est obligé de se défendre seul » affirme-t-il….

      • le Mali es trahit par ses soi disant représentants comme d’habitude pour quelque dizaine de milliers de dollars des collèges universités pou leur enfants qui sont formes en vue de perpétuer les bêtises de leur parents LAMENTABLE!

  3. si le mali na pas les moyens dexploiter luranium alors pourquoi ne pas la ceder a ceux qui ont les moyens cest clair si tu na rie, il faut aller dormir et en plus maliweb ne met que des vieux article

    • Monsieur

      Le Mali n’est plus une colonie Française ou je ne sais quoi.Ce sont des gens comme vous qui pensent que vendre et brader nos richesses pour recevoir des accolades et des de l’aide au développement durable et économique de l’Afrique. Dites moi pourquoi exploiter l’uranium avec tous les dégâts environnementaux que cela pose pou le vendre au rabais et enrichir des voleurs locaux et d’autre pays occidentaux qui n’ont que mépris pour votre propre personne les responsables locaux ont RAISON POINT FINAL PENSEZ A VOS PRIORITES comme SEKOU TOURE A FAIT OU MODIBO KEITA un jour lorsque nous construirons nos propre centrales nucléaires nous exploiterons notre uranium
      Merci et Respectueusement

  4. Battez vous pour le respect de vos doléances car s’il doit y avoir partition du mali nous du sud il nous faut limiter les dégâts car de 60 a nos jours nos ressources sont investi au nord sans résultats vu l’étendue désertique et avec tous ça les nordistes ce sentent abandonnés.

  5. MESsieur Mamy CAMARA ET Nouhoun KEITA apres tant d’année dans l’aventure qu’est apporte a Falea Je pense c’est une mainere d’integré votre village puisque mme les chiens de Falea vous deteste

    • Je t’en prie ne mens pas. Qu’est-ce que toi tu connais de Faléa? Des gens que tu ne connais pas. Je te rappelle que c’est Many au lieu de mamy et Nouhoum au lieu de Nouhoun. De grâce si t’as des antécédents avec eux, règles ça d’une autre manière mais pas avec des mensonges grotesques.

  6. Habitant, et militant je vous encourage a vous battre pour un mali sein, que dieu vous protege. Ne lacher surtout pas.

  7. Encore un exemple de laxisme et d’inconscience de nos gouvernements. les habitants de falea ont raison. de toutes les manieres, il faut tenir bon. si jamais une exploitation se faisait, rassurez-vous que les negotiants tiennent compte du developpement de la commune en plus des hopitaux et centres de sante. il n’est nullement difficile pour l’etat d’imposer ses conditions. ces internationales ne vont jamais agir de la sorte dans leurs pays ou ailleurs. quand est-ce que nos dirigeants comprendront que nous sommes les maitres a bord?

    • MERCI MERCI MERCI notre perpective est claire as they said everything has is TIME

    • MERCI MERCI MERCI notre perpective est claire as they said everything has is TIME (silver spring?)

    • soeur Hawa, tout etait vendu dans ce pays pour les pourboires en millions aux ministres, les DGS et les sous traitants.

Comments are closed.