Un livre blanc à paraitre : Les clés de l’industrialisation du Mali

0
Le Mali est l’un des pays les moins industrialisés de la sous-région. Pour relever ce défi, l’Organisation patronale des industriels du Mali (OPI) a élaboré un livre blanc. Il sera remis officiellement au président de la République le 28 novembre prochain.

 

C’est ce qui ressort de la conférence de presse d’hier organisée par le bureau l’OPI pour annoncer la célébration de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique au Mali, prévue les 28 et 29 novembre prochains. Elle était aminée par le président de l’OPI, Cyril Achcar, assisté de Mme Thiam Hawaye Cissé, présidente de la commission d’organisation de la journée et le président national de l’industrie, Sékou Kéita.

Après le mot de bienvenue du président de l’OPI, qui a parlé du rôle important de l’industrie dans le développement d’un pays, le directeur national de l’industrie a rappelé l’historique de la Journée internationale de l’industrialisation de l’Afrique. Il a expliqué qu’elle a été instituée en 1989 par l’Organisation des Nations unies chaque 20 novembre en vue de mobiliser l’engagement de la communauté internationale en faveur de l’industrialisation de l’Afrique.

La présidente de la commission de l’organisation a dévoilé le programme de la journée aux hommes de médias. Elle a d’abord précisé que le thème retenu pour cette édition est : « Les petites et moyennes entreprises (PME) au service de l’élimination de la pauvreté et de la création d’emplois pour les femmes et les jeunes ». Au programme de la cérémonie d’ouverture, des discours et visites guidées des stands exposition par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita.

A cours de cette cérémonie, le livre blanc élaboré par l’OPI pour faire du Mali un pays industrialisé sera remis au ministre de l’Industrie qui le remettra à son tour au président de la République. Dans ce document dont nous nous sommes procuré un exemplaire, l’OPI, pour atteindre les objectifs, propose la réduction de la TVA à 5 % uniquement pour les produits manufacturés et non importés, la suppression de la taxe sur les activités financières, la relecture du décret 299/P-RM du 3 juin 2002 portant sur la répartition des produits, amendes, confiscation, pénalités, frais de poursuite et primes sur les recette budgétaires.

L’OPI réclame aussi la dynamisation des structures techniques chargées de la lutte contre la fraude et de la concurrence déloyale, son implication dans le processus d’attribution de parcelles à usage industriel via le conseil d’administration de l’AZI. Ce n’est pas tout, l’Organisation demande la création d’une Fédération des industriels de l’Hinterland avec le Burkina Faso et le Niger pour faire valoir l’industrialisation des pays enclavés, la création d’un Observatoire malien de l’industrie en PPPP, etc.

L’application de ce document permettra pour le Mali de relevé de la sous-industrialisation. Notons que plusieurs conférences débats émailleront les deux journées.

Maliki Diallo

PARTAGER