Mohamed Lamine Diarra, Directeur pays de B2GOLD : « Aucune loi n’empêchait nos avions de voler»

0

La société minière B2Gold a animé une conférence de presse. C’était ce jeudi soir au siège de l’entreprise à la Cité du Niger. L’objectif était de partager le bilan annuel 2018 de l’entreprise mais aussi de rebondir sur la «suspension» des aéronefs de la société largement commentée par la presse.

Maliweb.netAucune loi n’empêchait nos avions de voler », a indiqué Mohamed Lamine Diarra, Directeur pays de B2Gold. A ses dires, la suspension des deux aéronefs de sa société était une erreur. Car, explique-t-il, au Mali, il n’y pas de loi qui interdit les aéronefs utilisés à titre privé d’être immatriculés. C’est pourquoi, assure-t-il, la suspension qui frappait les aéronefs de B2Gold Aviation, filiale de B2Gold, a été levée aussi vite que la propriété des aéronefs a été prouvée au ministère des Transports, documents à l’appui.

Selon le confrère qui a révélé l’affaire, la suspension a été effectivement «levée», reconnait-il dans un article. Mais seulement pour « 30 jours ». Le temps, pour la société de régulariser les deux avions. L’inquiétude derrière cette affaire d’aéronefs était la possibilité pour la société de «faire sortir l’or du pays» à l’insu des autorités maliennes. «Sortir l’or du pays n’est aussi facile qu’on le pense», explique le conférencier. «Chaque fois qu’il y a une coulée d’or, ça se fait devant la DGNGM et la douane. Ensuite l’or est pesé et scellé devant eux», assure Mohamed Lamine Diarra. Et d’ajouter sur un ton ferme: «Nous n’avons jamais fait sortir l’or illégalement du Mali».

Pour cette année 2018, la première année complète de production commerciale à Fekola, B2Gold a produit un total de 439.068 onces d’or, soit 14,12 tonnes. A l’État du Mali, la société affirme avoir versé, sous forme de taxes, de redevances, de dividendes et de droits de douane, plus 50,8 milliards FCFA en 2018. Quant aux réserves minières de la société, elles sont estimées à 184 tonnes d’or.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here