Du rififi à la direction des aéroports du Mali : La tenue du Conseil d’Administration bloquée

3

Rien ne va plus entre le nouveau Président directeur général par intérim des Aéroports du Mali, Ali Tamboura, et son personnel. Depuis sa nomination par le ministre des Transports, Me Baber Gano, le torchon brûle. Ce qui a occasionné un sit-in, il y a quelques mois, de l’ensemble des travailleurs pour exprimer leur mécontentement. Après, c’est le Syndicat qui est entré dans la danse en dénonçant les malversations financières et la mauvaise gestion.  Il y a une semaine, la tenue du Conseil d’administration a été avortée. La raison est très simple : les administrateurs ont estimé que le nouveau Pdg par intérim, Ali Tamboura, est dans l’illégalité. Par conséquent, il ne peut pas prendre part aux travaux du Conseil d’administration. Du coup, les travaux ont été annulés.

Cet incident est intervenu quelques jours seulement de la visite des agents du Bureau du vérificateur général. Cela, dans le but de vérifier les caisses des Aéroports du Mali. Il s’agit de la gestion de différents Pdg qui s’y sont succédé ces dernières années. De sources généralement bien informées, des détournements de derniers publics ne sont pas à écarter, si l’on sait que tous les équipements et matériels du Camp Daniel Boiteux de l’équipe Serval ont disparu.

Il est nécessaire de rappeler que cette structure est un établissement public à caractère industriel et commercial. C’est dire qu’elle n’a pas besoin de la subvention de l’Etat pour fonctionner. Mais sa gestion laisse à désirer, raison pour laquelle elle a toujours été décriée.

                                                                  

  A.B. HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Cessont de faire l’amalgame. Avant de parler d’un sujet il faut le connaitre. Tieman et son père n’ont absolument rien à avoir dans la gestion de l’aéroport

  2. Au Mali ici quand un personnel se plaignent d’un responsable nouvellement nommé c’est que celui-ci est rigoureux dans la gestion et par ce fait piétine les intérêts que les uns et les autres avaient en volant C’est aussi simple que ça. Lorsque tu vas contre la corruption dans un service au Mali les employés font en sorte de te casser pour que leur magouille continue. Entendons de voir.

  3. Les recettes de l’aéroport vont directement dans les poches de Tiéman Hubert Coulibaly et son voleur de père. Ce sont eux, qui ont tué l’aéroport, et non les gestionnaires, qui ne sont que de simples exécutants. C’est bien aux encaisseurs, que les employés doivent s’adresser plutôt qu’aux exécutants.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here