Edito: Attention au piège de l’amalgame et de la stigmatisation !

2

Odieux, barbare et inhumain fut le carnage du village peulh d’Ogossagou, dans la commune de Bankass (région de Mopti). Le bilan est très lourd: plus de 130 personnes massacrées; dont des femmes enceintes, des enfants et des vieilles personnes; 410 cases et 84 greniers incendiés; 80 caprins brûlés vifs. Les animaux domestiques (chevaux, ânes) ont été tués. Le village a été totalement rasé.

Avec plus de 600 morts en 2019, c’est le paroxysme de l’horreur et de la terreur qui sévit dans le Centre du Mali, malheureusement en proie à une guerre meurtrière. Au lendemain de l’exaction contre les civils d’Ogossagou, les Généraux M’Bemba Moussa Keïta (CEMGA) et Abdourahmane Baby (CEMAT) ont été limogés par IBK et la milice d’auto-défense dogon, dénommée Dan Na Ambassagou, a été dissoute. La dissolution de cette milice ne démontre-t-elle pas qu’elle est responsable, aux yeux des gouvernants, du carnage d’Ogossagou ?

Au-delà de cette dissolution, vu la gravité de la situation, il faudra désarmer et dissoudre toutes les autres milices. Il faut surtout lancer des poursuites judiciaires contre tous les auteurs, coauteurs et complices des violences sur l’ensemble du territoire.

Moi personnellement, je suis persuadé que les Dogons n’ont rien à avoir avec ces massacres contre leurs frères peulhs. Car les deux communautés vivent ensemble depuis très longtemps, dans la paix. Pourquoi se tueraient-ils donc maintenant ? Le Malien n’est pas assez audacieux pour tuer son prochain de façon aussi cruelle .

C’est un complot international contre le peuple malien afin que les Maliens se fâchent les uns contre les autres et oublient le problème du nord et se concentre sur celui du centre. Alors, soyons tous prudents à ne pas être tombés dans leur piège.

Un terroriste peul ne défend pas les intérêts de la communauté peule, mais plutôt ceux de ses employeurs. Un terroriste habillé en donso ne défend pas les intérêts de la communauté dogon, mais plutôt ceux de ses employeurs. Alors, qui sont les employeurs de ces pauvres terroristes peuls ou donso ? Ce sont les réseaux mafieux/narcotrafiquants et les promoteurs d’entreprises criminels qui sont affiliés aux grands groupes industriels d’armements. Ne tombons pas dans le piège de l’amalgame et de la stigmatisation…

Regardons le seul bien commun qui est le Mali. Quelle est cette main invisible qui se sert du laxisme et l’irresponsabilité du régime IBK pour semer le K.O au Mali ?.

La putréfaction sécuritaire de la région de Mopti et l’horreur d’Ogossagou sont l’illustration achevée de la déliquescence du pouvoir en place et de son incapacité à protéger les populations civiles. Ce drame est en effet le fruit de la négligence des autorités, restées sourdes aux appels de l’administration locale, de l’opposition politique, des populations, des ONG et de divers activistes sur les réseaux sociaux. Les multiples massacres au Centre du pays traduisent malheureusement le manque de vision/ plan de sécurisation du pays d’un régime sans repère. A quand la fin de l’horreur, la terreur et la désolation dans le centre du Mali ?

Aliou Touré

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Voilà une analyse correcte.Nous sommes en train d’assister à une guerre de 4ème Génération ( type guerre par procuration) voulue et imposée par une puissance étrangère dont l’effet majeur recherché est :
    1_ donner l’impression aux populations qu’elles sont abandonnées par l’administration de l’Etat,

    2_mettre les peuples d’un même terroir dos à dos, chacun pensant que l’autre est responsable des forfaits commis à son encontre,

    3_ decrédibilisation de l’Etat embrasement de la situation, massacres à répétions, guerre civile et/ou génocide,

    4_Ingérance Occidentale (au nom de l’assistance humanitaire, ou Droit Humanitaire International) à l’issue d’une résolution votée à main levée.,

    5 Arrivée et Incrustation des forces d’occupation, exploitation des ressources minières et préparation psychologique des leaders locaux à une Autonomie de leur Terroir, partition de l’Etat faible en entités non viables aussi bien sur le plan démographique que celui économique.
    Tout cela peut paraître abstrait aujourd’hui pour le citoyen Lamda, mais tous les ingrédients sont là et palpables:

    *Les peuls et les dogons s’accusent mutuellement et se font la guerre parce que un esprit malin veut qu’il en soit ainsi,
    *Les dogons et les peuls pensent chacun de leur côté que le gouvernent aide un camp au détriment de l’autre. Il arme les peuls contre les dogons. Et pourtant tout (pièce d’identité ramassée, dialecte parlé par certains assaillants) porte à croire que c’est des étrangers qui se déguisent selon le cas soit en peul ou soit en dogon et ça marche
    * Les représentants de l’exécutif et les forces de défense et/ou de Sécurité restent sourds quand ils sont sollicités.
    Les populations sont aujourd’hui meurtries, martyrisées, terrorisées, affamées et prêtes en l’absence des structures légales et requises de l’Etat à s’auto-administrer quelque soit le prix à pays.
    Solutions: l’Etat doit jouer pleinement son rôle d’Admistrateur général qui lui est dû d’une manière générale. Et en particulier il faudrait une vaste et profonde campagne d’information, et d’éducation des protagonistes et de toutes les populations sur les causes, origines, modes opératoires et les conséquences de ce type de conflit.

    Puisse Allah le Tout-Puissant préserver le Mali et les maliens d’une guerre qui ne dit pas son nom.
    Amen.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here