Edito: Pour le Mali, levons-nous et donnons-nous la main !

2

Le Mali, pays légendaire et millénaire, traverse l’un des moments les plus difficiles et les plus sombres de son histoire. Au regard de l’ampleur de la crise sécuritaire généralisée, c’est l’existence même du pays qui se trouve menacée. Cette situation interpelle tous les Maliens de tous bords. Je pense qu’il est temps pour nous tous de remplir notre devoir de vérité et de courage face aux enjeux et défis de sortie de crise. Oui ! Il est vraiment temps que les Maliens cessent de se voiler la face. La sécurité des Maliens et la construction nationale relèvent de la responsabilité de tous les Maliens, sans exception aucune.

Alors, il est venu le temps pour que tous les Maliens mettent de côté leurs  divergences pour se retrouver au nom de ce beau pays.  Seul le sursaut national peut sauver le Mali là où nous sommes actuellement. Eh oui ! Au stade actuel de la situation, seule l’union des cœurs et des esprits de l’ensemble des Maliens peut sauver le pays.  Nous devrions, nous-mêmes, être débout. Il est temps pour nous, Maliens, de nous donner la main pour sauver notre pays. Le temps du sursaut national est venu, comme le stipule notre hymne national, pour sauver  notre pays du désastre. Nous Maliens avons démissionné et cela ne peut continuer. Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent. Pour preuve, le Niger et la Mauritanie ont à peu près la même superficie que le Mali. La population de la Mauritanie représente le tiers de celle du Mali. Le Niger compte sur son territoire deux fois plus de Touaregs que le Mali. Ces deux pays s’assument et le Mali, depuis des années, tire argument de l’étendue de son territoire pour justifier sa carence sécuritaire.

Les responsables maliens se distinguent par le pillage systématique du pays et la complicité avec les trafiquants d’otages et de drogue du Sahara et du Sahel. Notre Etat a failli dans une démocratie pourrie. C’est la mauvaise gouvernance des dirigeants maliens qui a plongé le pays au fond du gouffre.  Il revient alors à toutes les sensibilités du Mali de s’engager pour sortir le pays de l’ornière.  Nous devrions nous lever, nous devrions dire qu’il y a une autre force, celle du plus grand nombre, celle des citoyens et citoyennes de ce pays qui n’obéit à aucune commande politique mais qui obéit à la nécessité de sauver le pays. Alors battons-nous pour la survie de notre pays qui est notre bien commun.

Aliou Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. S’unir dans un pays où les acteurs ne s’aiment pas, n’ont pas pitié les uns envers les autres, se détruisent dans le mensonge, la tricherie, le vol en bandes organisées, le favoritisme, l’injustice, l’égo trop fort, la méchanceté, la jalousie, le clanisme et l’impunité, il faut retenir que cette union est d’emblée hypothéquée. Nous sommes à un niveau où les acteurs doivent prendre conscience de la détérioration totale de la situation, mais cette prise de conscience n’est facile, surtout ensemble. C’est dommage de voir le comportement du Président qui croit avoir raison en jouant la fourberie et le cinéma en mettant sur la selle les hommes et les femmes qui d’ailleurs plus fait mal aux maliens, c’est vraiment regrettable. Nous sommes loin actuellement du compte final, car les maliens ne sentent pas le bout du tunnel avec ces gestes non coordonnés de l’exécutif central, Allah ne pourrait pas sauver le Mali dans le mensonge, la tricherie, le vol en bandes organisées, la gabegie, la trahison, la jalousie, la méchanceté, le clanisme, le favoritisme, népotisme, etc.. ces fléaux sont totalement prohibés par le tout puissant.

  2. Il est facile de prôner qu’il faut s’unir pour sauver ce pays sans dire comment.
    Le Mali est un pays qui a fait le choix démocratique dans le fonctionnement des institutions consacrées au bon fonctionnement de la société.
    Pour créer l’union autour de la nation c’est à ces institutions qu’on doit faire appel.
    L’UNION NE SE CRÉE PAS EX-NIHILO.
    Il faut qu’ à la tête de ces institutions les hommes politiques s’assument.
    S’assumer c’est se mettre au service de l’intérêt général ou laisser la place â d’autres.
    La première des institutions est LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
    Selon notre LOI FONDAMENTALE, c’est cette institution qui est la clé de voute de toutes les autres.
    C’est au président de la république de poser des actes allant dans le sens de mettre tout le monde autour de la nation.
    Si le président de la république est obnubilé à satisfaire ses INTÉRÊTS PERSONNELS aucun malien ne peut faire bouger les lignes, sauf qu’à provoquer son départ.
    Pendant la crise qu’ a connue la France avec la guerre d’Algérie, les français se sont mobilisés pour faire revenir DEGAUL pensant qu’il est le seul à reunir le peuple autour de la nation afin de sauver le pays.
    C’EST AUTOUR DE DEGAUL QUE LA FRANCE A PU SAUVER SA PLACE DE PUISSANCE MILITAIRE
    Il a estimé que ses prédécesseurs ont multiplié trop d’erreurs pour que la France puisse espérer mettre Algérie dans son pré-carre comme il fera plus tard avec les subsahariens.
    Le Mali a crû avoir élu son DEGAUL en 2013 qui l’a exprimé pendant les campagnes présidentielles.
    À l’oeuvre, il s’est révélé incompétent.
    Le problème du Mali n’est pas au niveau de la population, mais au niveau de celui qu’on a élu largement.
    SI LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EST INCAPABLE DE RÉUNIR UNE TRÈS GRANDE MAJORITÉ DES MALIENS AUTOUR DE LUI SOIT IL EST INCOMPÉTENT, SOIT IL EST ILLÉGITIME .
    Dans les deux cas, il doit partir pour permettre a un autre de faire le job.
    Tant qu’il s’accroche, le pays va fatalement aller de mal en pie,comme on le constate, car il est le seul à décanter la situation compte tenue de la position du PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE dans notre dispositif constitutionnel.
    Les maliens ont fait un choix, que ce choix s’exprime selon la volonté du peuple.
    Ce que les maliens peuvent faire, c’est se battre dans la rue pour que le président agisse selon les souhaits ou qu’ils le dégagent comme les français l’ont fait pour faire venir DEGAUL.
    LES MALIENS PEUVENT PROVOQUER UNE TRANSITION EN DEMANDANT LA DÉMISSION DU PRÉSIDENT INCAPABLE POUR REFONDER NOS INSTITUTIONS DÉMOCRATIQUES AFIN DE PERMETTRE AU PEUPLE MALIEN D’AVOIR UN CONTRÔLE RÉEL SUR LES HOMMES POLITIQUES.
    Les maliens ont des institutions démocratiques limitées, tellement limitees que le PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE semble avoir tous les pouvoirs empêchant le peuple de s’exprimer librement.
    OSER LUTTER, C’EST OSER VAINCRE !
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here