Éditorial : Entre démangeaisons et lourd sentiment d’impuissance chez les politiciens ringards, revoilà Dr. Choguel !

2

Il faut louer le Seigneur des mondes,  Maître de tous les destins. Dr. Choguel Kokalla Maïga, après une méchante pathologie, très  impitoyable, qui l’a envoyé en clinique pour quelques trois mois, revient à son poste et reprend le combat pour le salut de la patrie, grâce à l’opiniâtreté d’une vingtaine de praticiens de la santé, scientifiques de très haut niveau, consciencieux et professionnels, sans doute bénis par Dieu,  leur grand patient étant porté par la baraka. Non, les Colonels ne l’ont point empoisonné pour se débarrasser d’un allié encombrant ! Oui, il a souffert d’une difficile maladie, mais il n’a pas été la proie d’un handicap qui ne laisse aucune autre chance. Le miraculé Dr. Choguel est revenu à son bureau ce lundi, 5 décembre. On a connu dans ce monde, il y a une trentaine d’années, un qui a triomphalement remporté l’élection présidentielle dans son Brésil natal, mais qui est passé outre-tombe avant son investiture. Telle est la chronique bien imparfaite de Dr. Maïga depuis un certain 7 juin 2022.

L’homme est un patriote, on ne peut pas le lui nier. C’est un battant qui ne ménage pas son temps et qui se soucie peu de repos tant qu’il s’agit de servir le Mali. Sauf de mauvaise foi, personne ne peut nier cela. Le Président Assimi Goïta, qui a cotoyé la mort sur de nombreux théâtres d’opération, connaît le niveau de l’engagement patriotique de son chef de gouvernement. S’il avait le moindre doute sur ses capacités physiques, psychiques et morales, il ne l’aurait pas ramené à la tête du gouvernement. Trêve de discours de mégères inguérissables, place à l’avenir. Il importe pour cet avenir de voir les activités et les agissements.

Dr. Choguel est revenu à son poste et il aura à faire face à des centaines de tonneaux des Danaïbes, comprenons. Il a été revu le 25 novembre chez le Président de la Transition à Koulouba, exactement un mois, jour pour jour, après la conférence de presse animée par le M5-RFP dit Mali Kura le 25 octobre. Ce groupe, on ne l’a pas oublié, s’était fendu d’une déclaration le 5 janvier 2022 pour se désolidariser de la Transition, comme s’il prenait date par rapport aux sanctions perfides de la CEDEAO que l’on voyait dans l’air et qui sont tombées quatre petits jours après, le 9 janvier. Délit d’initié ou participation à un secret mortifère ? Ce qui est certain et que l’on peut facilement vérifier dans le temps, la fragilité de l’homme politique malien, faiblesse qui le classe comme opportuniste cherchant toujours à être appelé au gouvernement, est bien connu. Les politiciens ringards du Mali sont ainsi : toujours à la cherche des bons prétextes et subterfuges pour se faire une place au soleil, quitte à ramer à contre-courant des bons principes de la démocratie dont ils abusent avec un cynisme toujours calculé pour, d’après Jeand’Ormesson, qu’elle finisse par se détruire elle-même dans la licence et le désordre. L’exemple de Tiébilé Dramé abandonnant feu Soumïla Cissé, à qui il s’était rallié en 2018 et dont il était devenu le directeur de cabinet de chef de file de l’opposition et a été conséquemment à ce poste son directeur de campagne à l’occasion de l’élection présidentielle de 2018, est assez édifiant : au nom de l’accord politique brandi par IBK et la France, Dramé s’en est allé avec tout le logiciel et la mémoire de feu Soumi en entrant au gouvernement le 5 mai 2019. Il fera un émule, Oumar Hamadoun Dicko.

Ce fut toujours ainsi. Chaque fois que nos politiciens ne siègent pas au gouvernement, c’est la démangeaison chez eux. Cette fois-ci,  c’est devenu plus grave. Ils n’ont plus la haute main sur les subsides du financement public de leurs formations. Les partis et regroupements de partis constituant le Cadre d’échanges pour la réussite de la Transition, structure de lilliputiens et nains politiques rebaptisée récemment Cadre d’échanges pour le retour à l’ordre constitutionnel normal, sont habitués à se défoncer chaque fois que le Médiateur de la maudite CEDEAO est annoncé à Bamako. Dès le 05 novembre, c’est le PSDA d’Ismaïl Sacko qui, pour une série de manifestations programmées à Paris, a organisé la première dans l’indifférence générale. Puis, des responsables du fameux Cadre sont allés visiter la représentation de l’Union européenne le 14 novembre, d’où ils sont sortis bredouilles  Et les voilà chez Mahmoud Dicko le 22 novembre, ensuite chez Chouala deux jours après, pour tenir une conférence de presse le 26 afin de vomir sur la transition. Ce qui ne les a empêchés de se déporter chez le Premier ministre par intérim qui les a poliment reçus, sans doute par l’humour faisant la politesse du désespoir. Goodluck Jonathan a été reçu au palais de Koulouba le 29 novembre, on connaît les propos qu’il a tenus à sa sortie d’audience avec le Président Assimi Goïta. Mais il y a une épidémie politique : de la démangeaison au lourd sentiment d’impuissance chez nos politiciens qui ont boudé les Assises Nationales de la Refondation, ces politiciens ringards-là, parce que certains d’entre eux ont la langue bien pendue, sont condamnés à pinailler.  Triste spectacle.

Amadou N’Fa Diallo

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Sangaré tu n’occupes toujours pas ton lit dans l’hopital psychiatrique du Point-G? Tu racontes ta vie tu as été le supporter d’un president qui a créé les premiers fonctionnaires milliardaires au Mali et qui a donné des galons de colonel a Mala son fils farfelu, j’ai nommé Alpha Omar Konare, l’enfant maudit du Khasso et tu as ajoute le petit Monsieur de Boua le ventru IBK, ce farfelu de voleur des fonds de la reunion de la FrancAfrique sous ATT, j’ai nommé Tieblen Drame, l’enfant maudit de Diakha-Counda, Nioro du Sahel!

  2. On peut citer sur la scène politique malienne un homme politique plus honni que CHOGUEL MAIGA?
    Est-il devenu chef de gouvernement par le fait majoritaire à l’assemblée nationale?
    Le serait il un jour,si on devrait appliquer cette règle démocratique?
    De tous les hommes politiques de sa génération,il est le seul à ne pas se flotter à la compétition politique locale tant il se sait rejeter.
    TIEBILE DRAMÉ a été plusieurs fois débuté à NIORO DU SAHEL.
    Il n’a jamais été soumis à un homme politique contrairement à CHOGUEL MAIGA qui est resté derrière IBK et ATT,mais collaborateur d’un homme politique.
    Il a accompagné SOUMAILA CISSÉ selon les termes de leur collaboration comme il l’a fait à d’autres:ALPHA OUMAR KONARE,AMADOU TOUMANI TOURÉ,SOUMAILA CISSÉ et IBRAHIM BOUBACAR KEITA.
    Ils sont tous ses alliés contre la dictature militaire.
    ATT,dès sa prise de fonction en 1991,l’a appelé pour animer la diplomatie malienne.
    Les autres étaient à ses côtés pendant la lutte farouche contre la dictature militaire.
    Qu’ils se fréquentent dans la gestion du pouvoir est naturel puisqu’ils ont souffert ensemble.
    Comme avec les autres,il a pris congé de SOUMAILA CISSÉ dès qu’il a trouvé un accord de gouvernance avec IBK car TIEBILE DRAMÉ NE COMBAT PAS LES PERSONNES,MAIS LES IDÉES,LES PRATIQUES DE GESTION DE L’ETAT.
    C’est pourquoi il a été opposant et allié à tous les régimes démocratiques depuis 1992.
    Il a été dans l’opposition contre ALPHA OUMAR KONARE.
    Il l’a été aux côtés d’Ibk contre ATT.
    Il l’a été contre IBK alors qu’ils étaient alliés quand ATT a été renversé avec à ses côtés CHOGUEL MAIGA qui a refusé de suivre son patron dans la galère quand TIEBILE DRAMÉ a soutenu IBK jusqu’à son décès.
    CHOGUEL MAIGA a toujours combattu les hommes,non leurs idées.
    Il faut voir la haine qui se manifeste dans son regard quand il parle d’ALPHA OUMAR KONARE ou tout récemment d’Ibk et avant 2002 D’ATT.
    Ses déclarations contre les CINQ COLONELS sont sur les réseaux avant qu’ils ne le fassent appel.
    C’est teinté de haine difficilement contenue.
    C’est pourquoi on n’a pas été étonné quand SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA,ancien chef de gouvernement,a été jeté dans les salles de prison de plusieurs personnes contaminées de différentes maladies pendant sa gouvernance.
    C’est cette même haine semblable qui a fait diriger la foule dans le bureau d’un camarade de lutte à SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA contre la dictature militaire.
    La foule est montée tabasser à mort DIONKOUNDA TRAORE à koulouba pendant que la primature est protégée dans le centre ville.
    Le fait que personne n’a été sanctionnée par le chef de gouvernement a révélé une attaque ordonnée contre l’ennemi politique.
    CHOGUEL MAIGA et ses semblables haineux défenseurs de la dictature militaire sanguinaire de MOUSSA TRAORE se faufilent entre les hommes politiques avec l’intention d’en découdre aux éléments du mouvement démocratique.
    C’est pourquoi il est incapable de gouverner avec tout le monde rejetant toute idée de gouvernement inclusif.
    C’est pourquoi aussi MOUNTAGA TALL aux côtés de CHOGUEL MAIGA se fait enterrer politiquement.
    Lui aussi manifeste une haine envers TIEBILE DRAMÉ qui l’empêche de raisonner politiquement.
    La haine mène à la catastrophe.
    Le brillant scientifique de la NASA qui a fait la fierté de toute l’Afrique a donné la possibilité aux médiocres des médiocres,SANOGO et ses camarades,de l’humilier.
    Le tour de CHOGUEL MAIGA va arriver d’où ce retour étonnant.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here