Pour exiger la révocation du doyen de la FSEG : Le SYNESUP observe une grève du 13 au 14 juin prochain

13

Alors que les négociations pour matérialiser les accords  signés pour mettre fin à la grève du syndicat de l’enseignement supérieur et de la recherche  scientifique commencent ce matin avec la tutelle, les militants du SYNESUP ne décolèrent pas contre leur collègue, le professeur Ousmane Papa Kanté, doyen de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion FSEG, accusé de pratique anti pédagogique.  Pour forcer le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à le relever, le syndicat va observer une grève.

Il nous revient de sources jugéescrédibles que c’est ce matin que le syndicat de l’enseignement supérieur et le Ministère du même nom se rencontrent ce matin pour donner suite à l’accord signé pour soigner les conditions de vie des membres dudit syndicat. Le dossier n’est pas des moindres en termes d’argent car, on estime selon de bonnes sources, le nombre total des enseignants du supérieur, tous grades confondus àun effectif de 1566. Les professeurs titulaires sont estimés à 105 ; 233 maitres de conférence ; 210 maitres assistants ; 1018 assistants chargés d’encadrer 76.228 étudiants dans les cinq universités du Mali et les grandes écoles. Quant aux chercheurs, on dénombre au total 396 dont 49 directeurs de recherches ; 21 maitres de recherches ; 45 chargés de recherches et 281 attachés de recherches. Ces chiffres ne prennent pas en compte les vacataires. Mais il semble que le feu couve encore et que la rencontre se fait dans un contexte de guéguerre. Le syndicat entend obliger le Ministèreàdémettre le doyen de la FSEG et pour cela il va observer une grève allant du 13 au 14 juin prochain. Il est reproché au professeur Kanté d’avoir raméàcontre-courant pendant la grève qui a duré du 4 avril au 17 mai dernier en continuant ses examens pendant que les autres membres du syndicat étaient en grève. Il est soupçonné d’avoir recruté des mercenaires en lieux et places des titulaires pour faire ses examens. Pire à la fin de la grève, le professeur Kanté auraitsollicité des policiers pour empêcher l’accès du campus aux grévistes. Or, selon notre source, Ousmane Papa Kanté est un récidiviste. L’an passé selon un de ses collègues, il a observéunilatéralement des semaines de grève pour des raisons pécuniaires. Vrai ou faux, il est soupçonné de vente de notes. Puisqu’il semble bénéficier d’une protection de la hiérarchie car, depuis l’an passé qu’il était dans viseur du syndicat, il n’est nullement inquiété. Un bras de fer en perspective.

Cheick Tidiane Théra

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. Si tu fais grève tu t’assumes. En tant qu’assistant tu es sous les ordres du chef de l’équipe pédagogique qui te donne le cours s’il pense que tu peux. Tu es en grève, c’est ton droit. L’administration à elle aussi le droit de faire tourner la boîte. Théra, va demander un peu l’avis des étudiants. Et informe toi sur les textes pour ne pas paraître idiot comme maintenant.

  2. Tous les ASSISTANTS sans THÈSE DÈSSÈ BAGATOW doivent être remis à la fonction publique. MANKAN BÈ BAN SISSAN.

  3. YUGUBANÉ c’est normal qu’ils soient cons quand des ASSISTANTS sans thèse veulent faire la loi sous le couvert du syndicat. C’est ce que le Doyen KANTE refuse et on l’accuse de tout. Les mercenaires dont on parle sont des vacataires connus et compétents comme Amadou DIARRA prof à l’Ex Ena depuis 1984. Qui peut se comparer à lui parmi ces assistants ? ANKA SABALI SA

  4. On ne sais plus qui des Enseignants et leurs Étudiants sont plus cons les uns que les autres ! On les souvent passer par ici le DABANANI et je vous assure, ils n’ont rien dans la tête. Si j’étais l’état j’allais fermer toutes ces écoles et universités pour les disperser afin que le calme revienne dans le pays.

    N’envoyez pas vos enfants à l’école, amenez les ici au DABANANI, ils apprendront mieux ici qu’au campus.

  5. Mes amis, pensez à soutenir vos thèses. 10 ans sur une thèse ? Ça aussi c’est le MALI.

  6. Les grévistes ont failli être lynchés par les étudiants. N’eut été la police présente sur les lieux.

  7. Théra, le travail du journaliste est d’abord et surtout un travail de recherche qui implique absolument un travail d’interrogation des parties, d’enquête et de confrontation. Vous écoutez une partie et vous négligez l’autre. C’est cela qu’on vous a appris à l’école de journalisme , si toutefois vous avez été dans une école et réellement diplômé de journalisme. On peut vous aider à lIUG.

  8. Ce qui n’est pas admissible c’est la tentative des ASSISTANTS à vouloir imposer LEURS lois. Des ASSISTANTS non soucieux de leur thèse mais de lutte syndicale farfelue. C’est au Mali que l’on voit de pareilles choses. Des ASSISTANTS qui viennent tenter de faire sortir des profs de la classe et avec leur emploi du temps à eux. C’est quoi ça.

  9. Vente de notes ? Attention à la diffamation. Dans tous les cas, les profs qui ont été pris la main dans le sac se connaissent et n’osent pas parler. Le Doyen KANTE est connu pour sa rigueur mais aussi sa transparence. Tous le reconnaissent sauf ceux qui veulent autre chose. Les grévistes ont le droit de grever mais on va les remplacer encore par des profs vacataires compétents. La fac ne s’arrêtera pas.

  10. Théra à ce qu’on voit est en retard. Le Doyen KANTE n’est pas SNESUP mais SNEC. Donc il a le droit de ne pas suivre un autre syndicat. Deuxio avec 6000 étudiants en 1ere année et une grève illimitée, on fera QUOI à la rentrée prochaine ? Enfin le SNEC a envoyé aussi sa lettre de soutien au Doyen KANTE. On fait quoi ? On dit quoi ? Et L’AEEM est prête à tout pour rester en classe.

Comments are closed.