Ménaka : Les enseignants du lycée en grève

0

La MINUSMA- CMA : deux faces d’une même médaille ?En colère contre le non-paiement de leurs heures supplémentaires de l’année scolaire 2014-2015, les enseignants du lycée public de Ménaka (LPM) ont déclenché une grève de trois jours.

Selon les grévistes l’origine du bras de fer entre eux et les autorités, remonte de la crise de 2012 où de jeunes universitaires se sont mobilisés pour dispenser les cours au lycée à travers l’accompagnement financier et matériel des élus et responsables de l’école. Ils reprochent au comité de gestion du lycée (CGS) et l’Association de parents d’élèves (APE) de ne pas tenir leurs engagements sur les heures supplémentaires.

Selon l’un des responsables de groupement des enseignants volontaires contacté par nos soins, l’objectif de la grève est de faire savoir aux parents des élèves les conditions dans lesquelles ils travaillent.

A l’époque les autorités nous avaient promis beaucoup des choses, mais aujourd’hui elles tardent à s’exécuter. Et d’expliquer que cette grève est l’occasion pour eux de revoir leur copie.

Y.M. B.

Stagiaire

 

 

 

TOMBOUCTOU

28 écoles du Cap toujours fermées

28 écoles du Centre d’animation pédagogique (Cap) de Tombouctou ne sont toujours pas ouvertes. Le centre et l’Unicef ont organisé mardi matin une journée de concertation avec les acteurs de l’éducation de Tombouctou. Il ressort de cette rencontre que ces écoles manquent de classes, de matériel, d’enseignants et subissent l’occupation de certains de leurs locaux par les groupes armés. Le représentant de l’Unicef a réitéré l’engagement de son agence pour que chaque enfant puisse aller à l’école.

 

PARTAGER