Mali : le Premier ministre annonce « un possible report » des élections prévues en février prochain

5

Initialement prévues pour le 27 février 2022, les élections présidentielle et législative seront probablement reportées. C’est ce qu’a laissé entendre le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, dans un entretien accordé le dimanche 26 septembre, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, à RFI et à la télévision France 24.

-maliweb.net- Les élections présidentielle et législative initialement prévues pour le 27 février 2022 pourraient être reportées de quelques semaines ou quelques mois. C’est ce qu’a affirmé dimanche, le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, à RFI et à la télévision France 24. « Est-ce que cela se tiendra le 27 février, ou cela sera-t-il repoussé de deux semaines, de deux mois, de quelques mois, nous le dirons », a déclaré le Chef du gouvernement qui a pour l’occasion rappelé qu’un agenda détaillé sera décidé à l’issue des Assises nationales qui se tiendront d’ici fin octobre.

Selon le Premier ministre, il vaut mieux organiser des élections apaisées, reconnues par tous, plutôt que d’organiser des élections avec des contestations.  « Nous avons décidé d’être pragmatiques, d’être réalistes, c’est très important d’être réalistes en politique, d’être chevillés à l’opinion publique nationale qui est aujourd’hui en faveur d’élections crédibles et apaisées », a précisé le Premier ministre.

Toutefois, ce possible report de la date des élections entraîne de facto une prolongation de la durée de la transition prévue pour 18 mois. Ce qui contrarie les exigences de la CEDEAO. L’organisation sous régionale de l’Afrique de l’Ouest a toujours appelé au maintien du délai de la transition. Elle en a même fait une exigence, si on l’en croit le ministre des Affaires étrangères du Niger, Hassoumi Massoudou. Cette posture des autorités malienne ne manquera pas d’ouvrir un bras de fer avec la communauté internationale, qui se dit intransigeante sur le maintien de la durée de la transition.

En plus de la CEDEAO, le report de la date des élections n’est pas du goût d’une bonne partie de la classe politique, réunie dans un Cadre d’échange pour une Transition réussie, un regroupement des partis et regroupement de partis politiques. Ces formations politiques ont toujours soupçonné le Premier ministre de vouloir prolonger la durée de la transition.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le directoire du Cadre d’échange pour une Transition réussie s’est retiré du processus de la mise en place de l’organique unique de gestion des élections et de l’organisation des Assises nationales de la Refondation. Cette annonce du Dr Choguel K Maïga qui intervient le jour de la clôture de la table ronde sur la création de l’Organe Unique de Gestion des Elections et la validation de l’avant-projet des TDRs et du chronogramme des Assises Nationales de la Refondation, leur donne visiblement raison.

Selon un membre du Cadre d’échange pour une Transition réussie, qui a requis l’anonymat, en voulant prolonger la durée de la transition, le Dr Choguel K Maïga et ses amis du M5-RFP (Ndlr, Mouvement de contestation à la base de la chute du régime IBK) sont dans la logique de confiscation du pouvoir. « On ne les laissera pas faire puisque ce n’est pas bon pour le Mali », a-t-il confié.

Cette sortie médiatique du Premier ministre va faire monter d’un cran la météo politique à Bamako. « Notre réponse sera à la hauteur des attentes », confie un cadre d’un parti politique opposé à toute idée de prolongation de la durée de la transition.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Ce n’est pas courageux d’aller dire à l’extérieur ce qui concerne les Maliens. Pourquoi tout ça pour ça ?

    Pensées rebelles.

  2. On garde Assimi qui dans l’ombre est entrain de redresser le pays. La peur doit s’installer maintenant dans un pays comme le Mali. Les vieux bandits, assassins et délinquants financiers doivent tous être en prison. Assimi doit assainir le pays en le nettoyant proprement et en foutant ces vermines politiciennes en prison.
    Ils sont pressés qu’on leur laisse le pays et qu’ils s’adonnent à leur boulot favoris: le VOL.
    De vieux voleurs qui vont étudier pour détruire leur pays alors que leurs pairs au Sénégal, Côté d’ivoire ou au Burkina construisent les leurs.
    Ces gens méritent la guillotine, ils sont tous pareils sans exception.

    • Tu es un menteur Assimi connait quoi dans la gestion d’un état? Avouez le Choguel est en train de faire le boulot même si vous le n’aimer pas ce n’est pas grave, mais arrêter de raconter des contres vérités. C’est un militaire et je ne peux même pas te dire s’il est bon ou pas. Le bataillon autonome qu’il dirigeait a bien séjourné à Sofara pour quel résultat. Arrêter de cultiver le culte de la personnalité c’est ce qui tue ce pays et aiguise les égocentrismes.

  3. Oui nous sommes d’accord le peuple malien conscient. pas d’élections dans l’insécurité, les maliens ne sont pas pressés, la communauté internationale va s’adapter . Personne ne viendra faire ce pays à notre place.

  4. TU AVAIS PURTANT DIT QUE LES ELECTIONS SE TIENDRONT A DATE IL Y A QUELQUES JOURS SEULEMENT
    ON T AVAIT POURTANT PREVENU QUECE SERAIT DIFFICILE AVEC LES ASSISES EN MEME TEMPS

    TU N AS PAS ECOUTE ET FAIT QU A TA TETE -TAPO L A DIT A BITTAR QUE C EST MISSION IMPOSSIBLE EN 8 MOIS !!!!!!!!!!

    n empeche
    IL FAUT RECRUTER MASSIVEMENT POUR DOUBLER LES EQUIPES EN 2X 8 HEURES PAR JOUR

    IL FAUT ACCELERER CHOGUEL !!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here