Ministère de l’Administration: Plus de 96 milliards FCFA pour organiser les six prochains scrutins

4

Le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Col. Abdoulaye Maïga, en concertation, le vendredi dernier,  avec les  partenaires techniques et financiers sur l’état des préparatifs de l’organisation des élections générales, a annoncé un budget estimatif de 96 095 409 480 FCFA. 

maliweb.net -Ce montant  estimatif,   assorti d’un plan d’action présenté par le gouvernement  à travers la Cellule d’Appui au processus électorale (CAPE), sera consacré, s’il venait à être approuvé par la PTF, à l’organisation des scrutins référendaires, présidentielle, législatives, régionales, cercles et communales.

Le Ministre de l’Administration  a défendu ce budget estimatif  en indiquant qu’il a été élaboré sur la base des dernières élections et en tenant compte de la situation sanitaire. Les interlocuteurs du gouvernement à cette visioconférence  ont réaffirmé leur appui constant et multiforme au processus de la Transition en exhortant les autorités à  réussir l’organisation de ces différents scrutins.  Ainsi, en insistant  sur l’implication des femmes et des jeunes dans le processus électoral, les partenaires du Mali  ont demandé de partager  un  chronogramme précis  sur les échéances électorales.

S’agissant de la date des différentes élections, le ministère de l’Administration territoriale a publié un chronogramme dans lequel il prévoit d’organiser le référendum constitutionnel dans le deuxième trimestre  et le couplage de l’élection des collectivités territoriales dans le  quatrième trimestre de  cette année.  Ce cycle électorale sera bouclé par le couplage de  l’élection du Président de la République et des Députés dans le premier trimestre de 2022, qui mettra fin à la transition de 18 mois.

Cette démarche du  ministère de l’Administration est loin de faire l’unanimité. Le M5-RFP dénonce une démarche non-inclusive.  Récemment, il a dénoncé la dissolution de la Commission Electorale nationale indépendante et  voit dans cette dissolution une manœuvre  du gouvernement.  Des accusations que le gouvernement dément et soutient que  la réflexion en cours pour mettre à pied l’organe unique qui sera chargé à l’organisation des élections.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Cost of not possessing one party democratic political system are staggering. Would not that money better be used to help create modern sewage system in Bamako or some other growing community?
    There are better ways but we are so caught up on ass kissing by pursuing ways of foreigners that is right for them but not for us. This mess will be cleaned up in steps plus stages. First as we now do we must admit mess exist plus need to be cleaned up. Next step is to devise cost effective plus beneficial African solutions. That start with acknowledging we gave world democracy thus do not need others especially those searching for ways to manipulate us to tell us what our democracy should be like. We deserve one democratic party democracy. It is best world have to offer.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. Bonjour
    Je pense qu’il faut attendre la mise en place consensuelle des documents essentiels à l’organisation des élections.
    Où en sommes nous avec :le code électoral,la charte des partis,la nouvelle constitution etc..?
    Où sont les réponses aux questions soulevées par les résolutions des concertations nationales par rapport aux:
    -nombre des partis politiques?
    -financement des partis politiques?
    -regime présidentiel?total où semi?
    -constitution de la cours constitutionnelle?

    Bref toutes les réponses sans lesquelles le pays sombrera dans le KO.
    Les mêmes causes donneront les mêmes effets.
    Apparement on oublie trop vite dans ce pays

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here