Gestion des ressources en eau : Le Mali a une bonne qualité de l’eau selon Rianne Van Dorp, experte néerlandaise

2

Rianne Van Dorp est une jeune experte néerlandaise, elle a séjourné au Mali pendant deux ans au cours desquels elle a effectué une étude sur la qualité de l’eau ; selon ses dires : l’eau du Mali n’est pas si mauvaise. Et avec la réorientation du programme conjoint d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau avec l’approche de la théorie de changement, le Mali  est   sur la bonne voie  d’une meilleure  gestion  de ses ressources en eau.

Rianne Van Dorp, expert sur la qualité de l’eau au compte du ministère des affaires étrangères du Royaume des Pays-Bas vient de boucler son séjour de deux ans au Mali où elle a travaillé sur la qualité de l’eau via ses multiples prélèvements dans des eaux du Mali  tant aux niveaux du  fleuve Niger et environ  que dans les  régions de Sikasso, Koulikoro  et Ségou.

Et son travail entre dans le cadre du  programme conjoint d’Appui  à la gestion intégrée des ressources  en eau (PCA-GIRE) dont l’ objectif  est de «  Renforcer la mise en œuvre de la GIRE aux niveaux local, national et international en appuyant les autorités maliennes  et les autres acteurs concernés par l’exécution de la politique nationale en matière d’eau »

Les études sur la qualité de l’eau  contribuent à améliorer la gestion de l’eau au Mali et en Guinée en vue d’un traitement plus intégral aux problèmes de gestion de la ressource en eau.

Rinna Van Dorp en collaboration avec une équipe interdisciplinaire ( Ong  Wetlands et PCA-Gire), a sillonné  ce qu’elle appelle ‘le Mali profond’, elle a été en contact direct avec les populations dont elles saluent l’hospitalité légendaire propre au Mali. Son équipe et elle ont procédé à différents prélèvements dans les eaux pour savoir le bon état des eaux,  78 points ont été prélevés  par l’équipe depuis 2017 dans les régions de  Sikasso, Koulikoro, Ségou  et le district de Bamako.

Selon l’experte néerlandaise « La qualité de l’eau au Mali n’est pas si mauvaise ».  En effet, les prélèvements et le suivi des eaux  effectués, montrent que le Mali possède une bonne qualité en ressources en eau  sauf dans les endroits occupés par les drags,  les abattoirs ou les teinturiers.

Fort heureusement avec la réorientation du  PCA-GIRE basée sur la théorie du changement,  les exigences de la surveillance et la sensibilisation des usagers  vont  contribuer à  l’amélioration des eaux. Du moins  c’est ce que Rinna Van Dorp espère en quittant le Mali avec un très bon souvenir de sa  collaboration avec l’équipe  PCA-GIRE.

Khadydiatou SANOGO/Maliweb.net

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Ah bon, c’est une femme des paysbas qui va venir nous dire que nous avons de l’eau ou pas???

    Le ba bienya est devenu un trou de bal, tout le monde en a un!

    C’est juste minable! C’est un bon exemple que le mali est un pays francofou!

    • Oui une Néerlandais partage ses observations, quel mal à ça ? Vous mélangez ici les torchons et les serviettes. C’est un merveilleux exemple de collaboration internationale fructueuse. Une belle réflexion et des résultats démontrables de la part d’un jeune professionnel de l’eau engagé qui a été très heureux de contribuer à la gestion intégrale des ressources en eau au Mali. Pas plus que ça! La colonisation ou le sexe n’a rien à voir avec cela.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here