Pour avoir échangé des coups de poings avec un jeune : Le juge de Ouélessébougou déféré devant le Procureur général Tessougué

    4

    Le vendredi 4 décembre 2015, il y eut une altercation entre le juge de Ouélessébougou, Amadou Bocar Touré dit Diadié, et un jeune du nom de Fily Dagnoko. Malgré le retrait de la plainte du jeune Dagnoko, le juge de Ouélessébougou, Diadié  sera déféré ce matin devant le Procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Daniel Tessougué.

    L’année 2015 n’a pas été heureuse pour le juge de Ouélessébougou, car impliqué dans des incidents. Après son altercation avec le député RPM Bourama Tidiane Traoré de sa juridiction, le juge se trouve dans une autre affaire malheureuse. En effet, le vendredi 4 décembre 2015, il y a eu une altercation entre lui et Fily Dagnoko. Ils se sont réciproquement donné des coups de poings. Après avoir retiré sa plainte, Dagnoko affirme que de son côté, l’affaire est close. Donc, un pétard mouillé, car les deux ont fait la paix.

    Pour en savoir un peu plus sur les circonstances de l’incident, nous avons rencontré le juge et l’autre partie, le samedi 05 décembre. Dans son récit, Fily Dagnoko expliquera qu’entre le lycée Bouillagui et le champ hippique, il a voulu dépasser le juge. Mais ce dernier était en communication téléphonique au volant. «En voulant le doubler à nouveau, j’ai tapé  son véhicule. Il s’est arrêté en même temps que moi. Nous avons échangé des mots. Et il m’a frappé avec l’objet qu’il avait en main. J’avais pensé que c’était une arme, mais c’était le chargeur de son téléphone», explique Fily Dagnoko. Alors,  poursuivra-t-il, je suis allé voir un policier de la circulation routière pour des besoins de constat. Etant seul, ce dernier m’a suggéré de me rendre au Commissariat du 3ème arrondissement. C’est là-bas  qu’on m’a donné une fiche de pré-soin. Et je me suis rendu dans le centre de santé de Sikoroni où on m’a prescrit une ordonnance qui me revenait chère. Ainsi, dit-il, il a sollicité l’aide de son grand-frère, Sidi Dagnoko. Ce dernier connaissant le juge Diadié l’a contacté avant de se rendre au commissariat. A partir de là, «j’ai su que nous formions la même famille. Après avoir présenté mutuellement des excuses, j’ai retiré ma plainte. C’est fini. Il n’y a rien. Il ne faut pas qu’on cherche à transformer ce petit incident en une affaire d’Etat». Conclut le plaignant.

    Pour sa part, Diadié dira qu’il était au téléphone au volant quand soudain on a cogné la portière de sa voiture. «Lorsque je me suis arrêté, le jeune a accouru vers moi en faisant des invectives. C’est dans cette circonstance qu’a eu l’incident», indique le juge Touré. Il reconnait avoir frappé le jeune Dagnoko avec le chargeur de téléphone. Mais sans porter atteinte à l’intégrité physique de l’intéressé.

    Quelle sanction encourt le juge Diadié si sa culpabilité est établie ?

    Selon les spécialistes en la matière, le retrait de la plainte de Fily Dagnoko éteint l’action civile. Mais l’action publique suit son cours normal. Le commissariat est tenu par la loi de faire parvenir le dossier au Parquet à qui l’opportunité des poursuites appartient. Le Parquet peut décider de classer l’affaire sans suite ou de continuer les poursuites. S’il décide de faire des poursuites, le Juge Amadou Bocar alias Diadié doit être présenté à la chambre criminelle de la Cour suprême. Ainsi, le Procureur Général près la Cour suprême désigne une juridiction spéciale (Tribunal de grande instance) qui va statuer sur son cas. Si sa culpabilité est établie, souligne l’expert, il  encourt une peine soit pour coups et blessures volontaires (Article 207) du Code pénal, soit une pour voie de fait (Article 208).

    Selon l’article 207 du Code pénal du Mali, tout individu qui, volontairement, aura porté des coups ou fait des blessures ou commis toute autre violence ou voies de fait, s’il est résulté de ces sortes de violences une maladie ou incapacité de travail personnelle pendant plus de vingt jours, sera puni d’un emprisonnement de un à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 500 000 francs.

    Son article 208 stipule que lorsque les blessures, les coups, violences ou voies de faits n’auront occasionné aucune maladie ou incapacité de travail personnel de l’espèce mentionnée à l’article précédent, le coupable sera puni d’un emprisonnement de onze jours à deux ans et d’une amende de 20 000 à 100 000 francs ou de l’une de ces deux peines seulement.

    A noter qu’en droit pénal, la voie de fait constitue tout comportement contraire à l’orthodoxie.

    Oumar KONATE

    PARTAGER

    4 COMMENTAIRES

    1. Monsieur le journaliste l’intéressé a déjà retiré sa plainte contre le jeune juge pourquoi polémiquer encore? En plus les altercations c’est le quotidien ça peut être toi demain de boxer un jeune mal poli dans la circulation.

    2. Voilà un pays où on fait scandal a quelqu’un dont on a aucune notion sur sa vie en société, ce jeune magistrat je le connais en chair et en âme, il n’est pas du tout violent comment un jeune citoyen peut se permettre de tapoter la portière de la voiture d’autrui soit disant que la personne est au téléphone soyons réaliste, c’est pas qu’il a eu une altercation avec un député il y a un an qu’on fait de ce monsieur un homme violent, chacun de nous prie Dieu chaque jour de nous épargner contre les dérives de chaitan sinon les disputes et altercations on en voit mais pour un jeune magistrat toutes les raisons sont là pour le détruire ou le déstabiliser mais Dieu est grand, il nous jugera sur tout ce qu’on fera meme vous Monsieur le journaliste.

      • “Voilà un pays où on fait scandal a quelqu’un dont on a aucune notion sur sa vie en société, ce jeune magistrat je le connais en chair et en âme, il n’est pas du tout violent …”
        On s’en fout de sa vie en société; on parle ici des faits. En espace d’un an, malgré qu’il soit magistrat, il vient d’agresser physiquement et verbalement deux personnes differentes. Qu’est-ce que vous voulez encore nous chanter ici ? Pas aucune excuse, ce soi-disant magistrat Amadou Bocar Touré doit purement et simplement être demis de ses fonctions. Parce qu’il est tout simplement nul et abruti !!

      • Monsieur Variole406 tu ne peux pas être plus royaliste que le roi! Le juge dit lui-même qu’il reconnaît avoir porté en premier la main sur le jeune homme et toi tu veux dire le contraire! Tu fais l’avocat du diable! Qui ne connaît pas la justice au Mali? Ils trouveront le Juge des juges devant eux le jour du jugement dernier et on saura bien qui juge qui et bien.
        On doit bien fouiller sur la personnalité de ce juge, il devait donner le bon exemple mais là c’est tout à fait le contraire.

    Comments are closed.