Extorsion de l’argent dans les puces de transfert d’Orange money : La BIJ épingle le voleur la main dans le sac

    0

    La semaine dernière, le Commandant de police Abdoulaye SINABA, Chef de bureau du service de la cybercriminalité de la Brigade d’Investigation Judiciaire (BIJ), et ses limiers ont pris en flagrant délit un voleur à Sogoniko dans un mini super marché où l’on effectue aussi les services d’orange money. Le voleur ainsi appréhendé s’appelle André TEKO, de nationalité togolaise, un dur à cuire d’une bande de malfrats qui terrorisaient les commerçants effectuant les services d’orange money dans leurs boutiques. Après la perquisition de son domicile, les enquêteurs ont trouvé des dizaines de téléphones portables et des puces d’orange.

    En effet, cela fait plusieurs mois que la bande d’André TEKO, composée de maliens et de togolais, exerce leurs activités criminelles à BAMAKO. Auparavant, la bande procédait en envoyant un code dans le téléphone portable par lequel les opérateurs des services d’orange money effectuent les transactions. Si par malchance un opérateur valide leur code, l’argent contenu dans leurs portables de service est automatiquement transféré sur une des puces des voleurs. Mais, depuis quelques mois, la société orange Mali avait trouvé une solution à ce système de piratage.

    Cependant, les voleurs ont changé de technique. Toutefois, la cible reste toujours la même : les opérations d’orange money.

    Tout dernièrement, la bande d’André TEKO avait élaboré un nouveau plan pour extorquer de l’argent dans les agences d’orange money. D’abord, les voleurs choisissent les agences où les propriétaires font dans leurs boutiques beaucoup d’autres activités en plus des opérations d’orange money. Comme ça, ils sont sûrs de profiter d’un moment d’inattention de l’agent pour mener à bien la phase cruciale du vol.

    Après le repérage de l’agence, un premier élément de la bande prend contact avec le commerçant. Il lui demande si c’est possible de faire le retrait d’une somme importante chez lui. En cas de confirmation, cet élément identifie en même temps le téléphone par lequel le commerçant effectue ses transferts : sa marque, sa couleur et son état. Ensuite, il va acheter au marché un portable identique. Puis d’autres éléments de la bande entrent dans le jeu. Leur rôle est d’échanger les portables. Dans la boutique, quand le commerçant est occupé à vendre autres choses, un des voleurs échange rapidement son portable de transfert et part avec. Avant que la victime ne se rende compte du vol, les malfrats vident tout l’argent contenu dans la puce de transfert. Ainsi, ils ont réussi à extorquer de l’argent dans plusieurs agences d’orange money.

    Alerté, le patron de la BIJ, Hamadou B. TRAORE, donne l’affaire au bureau de la cybercriminalité. Après plusieurs semaines d’enquête, le Commandant Abdoulaye SINABA et ses éléments finissent par épingler André TEKO, un élément important de la bande, à Sogoniko dans un mini super marché. Il était en train de mettre en œuvre la première activité de leur plan.

    A ce jour, le dur à cuire, André TEKO, passe ses jours derrière les cages de la prison centrale de Bamako Coura. Depuis, les limiers du bureau de la cybercriminalité de la BIJ n’aménagent aucun effort pour le démantèlement total de la bande.

    Sory Ibrahim TRAORE

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here