Faits divers : Un réseau de voleurs de bœufs démantelé

    2

    Un quartette bien organisé vivait quasiment de vols de ruminants à Kolondiéba et ses environs. La situation ne pouvait durer indéfiniment.

    Il y a quelques jours de cela, le parquet du Tribunal de Kolondiéba a été saisi par le commissaire divisionnaire Isaack Théra, chef de la police de la localité. C’est à propos d’une bande de voleurs de bœufs qui sévissait dans la localité. Au nombre de quatre : HS, AS, MK et BK alias « Bouramadéni », le présumé chef de la bande. Peu avant de saisir le parquet de la localité, les hommes du divisionnaire Théra avaient mis la main sur le quartette. Ces individus croupissent depuis derrière les barreaux, le temps que les juges se penchent sur leur cas.
    Selon nos informations, ces malfrats bien organisés en bande vivaient de vols et de recel de bœufs depuis plusieurs mois, non seulement à Kolondiéba, mais aussi dans des localités comme Bougouni, Yanfolila et environs. Pour la bonne marche de leur entreprise, chaque élément du groupe avait un rôle bien défini. Très vraisemblablement, selon nos sources, deux des bandits se chargeaient de repérer et de voler le/ou les ruminants. Puis ils acheminaient le butin chez leur chef BK. Ce dernier à son tour les orientait directement vers le nommé MK, un boucher professionnel de la localité qui se chargeait de les écouler rapidement. Au final, la bande se retrouvait avec tout un pactole en poche. Cette machine était tellement bien huilée qu’il était quasiment impossible pour les victimes de comprendre quoi que ce soit après la disparition subite de leurs bœufs en circulation. Même si elles ne comprenaient rien dans les vols d’animaux à répétition, certaines des victimes ont eu le bon sens de se rendre au commissariat de police où elles déposèrent des plaintes. Le temps passe, le phénomène n’est pas près de disparaître. Bien au contraire, il gagnait en intensité dans les localités citées et leurs environnants. Au même moment, les plaintes étaient quasi continues au niveau du commissariat de police.

    ……..lire la suite sur lessor.site 

    Commentaires via Facebook :

    2 COMMENTAIRES

    1. Démantelé au lieu d’être fusillé. En l’état actuel des choses les criminels qui continuent d’ harceler le peu de paix et de quiétude qui nous reste ne méritent plus que deux options: fusillade ou pendaison.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here