KADI JOLIE : La Belle et Charmante Voleuse

    0

    Le vol n’est,  on le sait, n’est plus l’apanage des hommes dans nos sociétés. Sur ce point au moins, l’égalité ou l’équité entre les deux sexes est de mise. Alors, la CAFO peut dormir tranquille. Seule différence avec le grand méchant homme : elles apportent  toujours leur touche féminine à l’opération qu’elles seront appelées à mener.

    La belle demoiselle répondant au nom de Kadiatou Diarra (la honte de la famille), porte une grossesse en ce moment. Elle s’est présentée à ses futures proies comme l’innocente a mineure que le méchant père voulait donner en mariage forcé au village à un vieillard presque mourrant (c’est la touche féminine que nous évoquions). Elle aurait donc fuit le domicile paternel pour trouver refuge à Bamako. L’argument convainc cette mère de famille qui promit de l’embaucher comme bonne. Chose promise, chose faite. Elle resta donc et commença immédiatement à travailler. Quelques minutes plus tard, alors que sa « patronne était allée prier, elle s’empara d’un seau et se dirigea vers la sortie donnant l’impression d’aller verser de l’eau usée.

    Elle disparut ! Toute l’opération n’a pas excédée trente minutes. Après que la vieille Maman eut fini de prier, elle constata la disparition de son sac contenant tout le nécessaire pour son pèlerinage à la Mecque [Dans notre dernière livraison relative à une autre affaire de vol de téléphones portable élucidée, une confusion est intervenue entre les personnages, ou plus précisément entre les victimes.

    Que les lecteurs et protagonistes veuillent bien nous en excuser !] La sacoche en question contenait plus d’un million de Francs CFA, des bijoux en or, un téléphone portable et autres objets divers. Notre domestique de circonstance avait profité du seul moment où l’attention n’était pas attirée sur elle pour effectuer son opération.  Les tentatives de la retrouver restèrent vaines. Mais elle commit elle-même l’Erreur. Elle usa du téléphone dérobé. Et patatras ! Avec le fameux numéro de série dont nous parlions dans notre dernière livraison, elle fut vite identifiée et appréhendée à Kati. Elle avoua son crime dénonça  toutes les personnes ayant reçu un cadeau d’elle.

    Elles ont été toutes interpellées pour les besoins de l’enquête. Comme quoi, il existe des cadeaux empoisonnés. Ah j’oubliais ! la victime a pu effectuer son pélérinage malgré le vol de ses biens.

    B.S. Diarra

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER