Un infirmier opère un accompagnant à la place du malade

    0

    La nouvelle défraie aujourd’hui la chronique dans la préfecture de Mali, région de Labé. Chacun se demande comment une pareille bévue de la part du personnel médical pouvait arriver. Entre corruption de certaines autorités pour enterrer le dossier et la volonté manifeste des victimes de pousser le dossier jusque devant la justice nationale, on se demande vers qui penchera la balance.

    Si ce n’est pas un complot ou l’ambition démesurée de l’argent, ou encore l’incompétence notoire, comment expliquer et comprendre qu’un infirmer de son état se trompe au point d’opérer un accompagnant à la place du malade ? Informé de la nouvelle, le ministre de la santé publique, professeur Amara Cissé ainsi que le président de l’ordre national des médecins, professeur I. Baldé n’ont pas cru à leurs oreilles.  C’est pourtant ce qui est arrivé la semaine dernière à El Hadj Koulabiou Diallo, une sexagénaire originaire du village de Bara, dans la préfecture de Mali. Les faits remontent au début du mois d’octobre lorsque le vieux Koulabiou informé de la maladie d’un de ses amis du village de Bara, décide de l’aider en l’invitant à se rendre à Mali pour une meilleure prise en charge.

    Aussitôt ce dernier arrive de Bara. La consultation réalisée par le Directeur de l’hôpital montre qu’il est atteint d’une hernie inguinale. Le DH, docteur Sylla insiste auprès du vieux de le faire opérer. Il avance tellement d’arguments que ce dernier cède et un programme est fixé.

    Le jour de l’intervention, le Directeur de l’hôpital, Dr Sylla a d’autres chats à fouetter : il se rend dans son champ de pomme de terre et laisse à son infirmier monsieur Bangoura le soin d’opérer le malade. Ce dernier n’ayant pas, voulant faire le travail mieux que cela se doit, appelle l’accompagnant à la place du malade, en l’occurrence le vieux Koulabiou.

    Ce dernier comprenant la situation a beau tenté d’expliquer à mr Bangoura, mais hélas, celui-ci n’a voulu rien comprendre, pressé qu’il était d’en finir. Malgré un examen " à la volée) réalisé, le cancre d’infirmier Bangoura ne s’est pas aperçu de la situation du vieux koulabiou. Il l’a donc endormi vite le vieux koulabiou et l’a opéré à la recherche des hernies inguinales qui n’existaient pas.

    C’est au moment où il sortait du bloc que le vrai malade arrive a avec ses parents et autres visiteurs. Il découvre avec stupéfaction que son ami s’est fait opérer. Quel ne fut son étonnement !

    Le vieux Koulabiou déjà épuisé par l’âge ne s’en remet pas. Ses enfants ont aussitôt décidé de porter plainte. L’infirmier Bangoura se trouverait à la gendarmerie. Le mercredi 8 novembre, la ville de mali était plutôt morte car ils étaient en conclave avec les sages de la ville. Le serment d’Hippocrate semble désormais oublié dans une ville qui ne dispose que de trois médecins et paramédicaux.

    En tous cas toute la population de Mali attend de savoir comment cette affaire " d’attentat " va évoluer. Entre Bangoura et Dr Sylla le Directeur de l’Hôpital, les responsabilités doivent être situées.

    • Alsény Sylla

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER