Formation des journalistes : 13 journalistes formés sur la déontologie et le plan de communication

1

Du 17 au 19 juin 2019, la Centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM) a abrité la formation des jeunes journalistes sur la déontologie et le plan de communication. La formation était parrainée par maître Demba Traoré, avocat, ancien député et ancien ministre.

La formation a été initiée par la présidente de l’Association Dèmè Kalansira Mali (ADKM) Assetou Djiré, journaliste communicante, en collaboration avec le Réseau malien des experts en ingénierie du développement local (RMEIDL).

Selon Assetou Djiré, l’objectif de cette formation était d’outiller les jeunes journalistes et communicants. Pendant trois jours, ils ont été formés sur la déontologie journalistique et l’élaboration d’un plan de communication.

Au cours de ces trois jours de formation, deux thèmes ont été abordés. Mamadou Dabo, journaliste enseignant, a présenté le premier qui portait sur la déontologie. Pour lui, ce module relate ce qu’un journaliste doit ou ne doit pas faire, un cadrage pour éviter les abus.

Le deuxième thème, qui portait sur le plan de communication, a été exposé par Oumar Traoré, gestionnaire des ressources humaines et communicant. Selon lui, la communication peut se définir comme l’action par laquelle des personnes entrent en contact et établissent une relation en vue de transmettre ou d’échanger des messages. Ainsi, il explique que le plan de communication est un document qui décline la stratégie de communication d’une organisation en objectifs et actions. Il s’agit d’un cadre de référence pour élaborer une politique de communication efficiente et structurée. Cette démarche suppose une analyse approfondie de la situation existante et une description claire de la situation souhaitée comme : où voulons-nous allez ? Comment voulons-nous atteindre notre objectif ?  Avons-nous atteint notre objectif ?

Le parrain s’est réjoui du courage des journalistes qui ont participé à la formation. Vous avez du boulot. La plume peut détruire autant que ça peut construire. Vous devez faire beaucoup attention. Vous devez aller aux recoupements, a souligné Me Traoré. Il a également instruit aux participants d’être toujours en phase avec la déontologie.

La formation a été clôturée par un exposé sur la loi 052, une communication sur la paix et la cohésion sociale.

L’Association Dèmè Kalansira Mali est formée d’un groupe d’hommes et de femmes qui œuvrent pour la promotion et la valorisation de l’éducation au Mali, surtout envers les plus démunis. Son domaine d’intervention est l’éducation, l’information, la formation, la santé, l’équité de genre, la protection de l’enfant et tant d’autres.

Zeïnabou Fofana

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Au Mali, un bon nombre d’hommes de presse présentent des lacunes plus grandes que le simple manque de respect des codes déontologiques. Même si les intentions de l’auteur d’un article de presse sont bonnes et respectueuses de la déontologie, il faudrait au moins que le travail soit bien structuré et grammaticalement acceptable pour les lecteurs/auditeurs. À mon avis, il y a un grand effort à faire à ce niveau.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here