ISPRIC : les huissiers maliens formés sur les voies d’exécution dans l’espace OHADA

0

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (ISPRIC) a tenu au sein de son complexe universitaire sur la colline de Badalabougou derrière l’hôtel Olympe, une session de formation au profit de l’ordre des huissiers maliens de trois jours, du 11 au 13 janvier 2016. Cette formation destinée aux huissiers sur le thème : « Les voies d’exécutions dans l’espace OHADA) a permis aux participants de s’imprégner et de s’approprier sur les objectifs des différentes voies d’exécutions dans l’espace de l’OHADA.

En effet, la cérémonie d’ouverture de cette formation était présidée par le Directeur général de l’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (ISPRIC), Mohamed Gackou ; du Président de l’Ordre des huissiers, Boubacar N Diallo ; les deux éminents formateurs, en l’occurrence, Professeur Mounetaga Diouf et Professeur Patrice S.A. Badji tous du Sénégal. Et, une trentaine des huissiers ont participé à cette formation.

Nous soulignons que cette formation avait comme objectifs spécifiques de contribuer à l’appropriation des objectifs de l’OHADA ; de vulgariser les différentes voies d’exécution OHADA ; de rendre perceptibles les difficultés de mises en œuvre de l’Acte Uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution ; de présenter les solutions possibles au regard des décisions rendues par les juridictions.

Pendant ces trois jours, les participants se sont imprégnés sur les thèmes supplémentaires dont entre autre : « les procédures simplifiées de recouvrement » ; « Les règles  générales applicables aux saisies » ; « Les saisies conservatoires » ; « La saisie vente, attribution, immobilières ».

Dans son intervention introductive, le Directeur général de l’Ispric, Mohamed Gackou a tout d’abord salué les partenaires qui ont contribué à la tenue de cette formation. Selon lui, plus de 15 mois que l’Ispric et l’ordre des huissiers ont envisagé cette formation, « Nous sommes comblés de voir tant des huissiers à participer à cette formation et nous serons très ravis de la mise au profit à la notion les enseignements acquis au cours de cette formation par les deux éminents formateurs venus au Sénégal pour la cause ». A l’en croire, la création de l’OHADA par les Etats parties témoigne d’une réelle volonté d’assurer aux opérateurs économiques un espace juridique propice au développement de leurs activités. «En effet, les Etats parties avaient, en signant le Traité de l’OHADA, en vue l’objectif de mettre un terme à l’insécurité juridique liée à la vétusté et à la diversité des textes applicables dans un même espace » a-t-il martelé.

Pour cette raison, dit-il, des textes ont été adoptés en vue de moderniser et d’harmoniser, voire d’unifier les législations. Dans cette vision, avance le Dg Gackou, le rôle des huissiers de justice est central. « Ce rôle est d’ailleurs perceptible lorsqu’on parcourt les différents Actes Uniformes et, particulièrement, celui portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution ».

Pour le Président de l’Ordre des huissiers, Boubacar N Diallo, cette formation a tant été convoitée par les huissiers « ça fait des années que nous, les huissiers, cherchons de formation de qualité pour rehausser notre savoir et savoir-faire dans notre travail quotidien afin que nous soyons performants alors ce rêve a été réalisé aujourd’hui par l’Ispric. Cet Institut a fait sa preuve dans l’éducation, l’enseignement et la recherche scientifique. Donc, je suis comblé notamment les qualités des formateurs ».

Il est à noter que cette formation s’inscrit dans le cadre des formations sur mesures de l’Ispric qui permet d’œuvrer une dynamique d’excellence en formant des élites capables de répondre aux exigences professionnelles de l’heure. Avec comme crédo : « Etre la meilleure école pour l’émergence des nations en offrant  aux organisations publiques et privées des hardworker passionnés de challenge et des défis avec un goût particulier pour l’éveil et la curiosité intellectuelle ».

En sus, une visite guidée a été faite, en effet, pour permettre aux participants de mieux connaitre l’ISPRIC.

Seydou Karamoko KONE

PARTAGER