Litige foncier en commune II : Nouveau défi à la justice

0

Pendante devant les tribunaux, l’affaire du titre foncier N° 11247 ne cesse d’étonner plus d’un. La justice n’ayant pas encore livré ses secrets, les autorités avaient demandé aux parties de surseoir à tous les travaux sur le site. A commencer par le Gouverneur du District de Bamako. Idem pour les autorités communales. Même Bazoumana Fofana, propriétaire légitime du titre, a été prié d’attendre. Toute chose qu’il observe jusque-là. Mais curieusement, des esprits malins se permettent de faire fi des interdictions. Après avoir envoyé des bulldozers ratisser le terrain, ils se permettent maintenant de venir y ériger des piquets. Durant ces derniers jours, leurs émissaires et ouvriers se promènent sur le site. Histoire de montrer qu’ils étaient désormais les vrais propriétaires. Pourquoi ? Ne peuvent-ils pas attendre que la justice termine son travail ?

Il parait que ce sont des envoyés de la famille Yara. L’on sait déjà que l’affaire en question oppose Bazoumana Fofana à Cheick Sadibou Cissé, Me Mountaga Tall, Babou Yara et autres. C’est ce dernier, Babou Yara, qui s’était procuré le titre auprès de Cheick Sadibou Cissé, avant de l’hypothéquer dans une banque de la place. Depuis lors, Bazoumana Fofana court derrière son titre. Il attend toujours la justice de son pays.

Dans les conditions normales, la partie adverse devrait, elle aussi, se comporter ainsi. En agissant autrement, elle démontre à la face du monde sa forcez et sa capacité de nuisance. Il se murmure dans les salons de Bamako que Babou Yara a ses entrées dans les cercles du pouvoir. On le dit très proche du Président Ibrahim Boubacar Kéïta. ” Babou Yara est l’ami d’IBK “, entend-on souvent dans les rues de Bamako, parlant des relations entre l’homme d’affaires et le Chef de l’Etat.

Celui-ci,  IBK , a été régulièrement informé de cette affaire du TF N° 11247. En sa qualité de Président de la République, Chef de l’Etat, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, M. Ibrahim Boubacar Kéïta avait la latitude de faire bouger les lignes d’autant plus qu’il a l’impérieux devoir de faire régner la justice dans son pays.

Son gouvernement, aussi, a été largement informé de la situation. Sans oublier les autres institutions de la République, les partis politiques, la  Société civile, etc. Personne n’a daigné lever le petit doigt. Ce qui donne aujourd’hui un sentiment d’injustice, d’arbitraire. Des citoyens maliens seraient-ils au-dessus de la loi ? Est-ce parce que Babou Yara serait lié réellement au Chef de l’Etat ? Sinon, comment comprendre que des gens qui se réclament de lui, osent se présenter sur le site querellé ? Ils osent même y lancer des travaux. Les autorités ne doivent-elles pas assumer leurs responsabilités.

B.KONÉ

PARTAGER