Occupation illicite des flancs de colline en Commune IV : Un véritable capharnaüm <> dixit Mohamed Moustapha Sidibé

1

Le mardi 6 novembre, au matin, le  ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, Mohamed Moustapha Sidibé et sa collègue de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Keita Aïda M’Bo se sont rendus sur le flanc de la colline en Commune IV.

Cette visite de terrain visait à mieux appréhender le problème d’occupation anarchique dans les quartiers allant de Lafiabougou à Sebenikoro.

Ils étaient accompagnés par le gouverneur du district, le directeur de l’urbanisme et le 3eme adjoint du maire, chargé des affaires foncière, Hassane Sidibé.

La première étape de la visite a concerné les constructions anarchiques de Badiangara de Tchetcheni derrière Lafiabougou. Un quartier dangereusement construit autour de la colline où des habitations ayant  poussé illégalement sur les emprises de chemin de fer, côtoient les poteaux de haute tension. Dans ce quartier, la délégation ministérielle a constaté le désordre dans lequel sont installées des populations dans un environnement très insalubre. Le plus gros problème, c’est que les locataires de ces lieux, aux dires du chargé des affaires foncières de la mairie de la Commune IV n’ont ni document fiable, ni autorisation de construire. D’ailleurs ajoute Hassane Sidibé,  les maisons en question sont  bâties sur la bande des 50 m réservée au passage du chemin  fer devant relier Bamako à Conakry. Et malgré tous les efforts déployés par la mairie de la C IV, l’occupation se poursuit. << Nos agents sur le terrain ont tout fait pour décourager l’occupation de ce site en vain. Ils sont régulièrement convoqués à la justice par les propriétaires des chantiers illicites. Nous sommes pas seulement limités dans nos actions, mais aussi dans les moyens>> a-t-il souligné.

Après Badiangara, la délégation ministérielle a arpenté le long de la colline jusqu’au niveau des usines de ”Baramousso” à Sebenikoro, secteur VIII, en passant par Dramanebougou. Sur ce trajet, le constat est aussi alarmant. Des constructions en violation de toutes règles d’urbanisation, des carrières improvisées  séparent  la colline des habitations. Là, les deux ministres, le gouverneur du district,  le maire, et les experts de l’urbanisme qui les accompagnent ont décidé après de longues discussions sur le problème, de convoquer un cadre de travail, afin peaufiner des mesures idoines pour pouvoir arrêter à temps le phénomène.

<< Il urge d’informer, de sensibiliser  les occupants de ces lieux sur les méfaits et tous les dangers de l’occupation illicite de ces domaines>>. A indiqué le ministre Mohamed Moustapha Sidibé. Tout comme le chargé des affaires foncières de la mairie de la C IV, Hassane Sidibé, le jeune ministre  a dit sa volonté de réunir tous  les acteurs concernés par le foncier, afin que Bamako soit doté d’un schéma directeur d’urbanisation. Une condition impérative aux yeux du ministre à l’arrêt des occupations anarchiques des domaines de l’Etat.

Rappelons que la découverte des chantiers anarchiques sur le flanc de la colline de Badalabougou il y’ a  moins d’un mois, a amené le jeune ministre à engager une grande offensive pour éradiquer le problème.

Mohamed Naman Keita

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. “… D’ailleurs ajoute Hassane Sidibé, les maisons en question sont bâties sur la bande des 50 m réservée au passage du chemin fer devant relier Bamako à Conakry… ” … /// …
    :
    Cette bande des 50 m réservée au passage du chemin fer devant relier Bamako à Conakry, est-elle dématérialisée… ? Avec notamment des panneaux d’interdiction d’y construire… ? C’est aussi à l’ETAT de montrer sa rigueur dans l’information destinée aux Populations. Je pense que s’il y avait des panneaux d’interdiction sur tout le long de cette bande dans la zone en question, les Gens y refléchiraient à deux fois avant d’y construire quoi que ce soit. Non… ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here