Bollé : Adama Sangaré et Souleymane Dagnon mangent le domaine de la Justice

8

Une visite du ministre de la Justice, Malick Coulibaly, le vendredi 7 décembre dernier, a permis de déceler une spéculation foncière dans le domaine de la Justice à Bollé. Le forfait est signé Souleymane Dagnon et Adama Sangaré, respectivement maire de la Commune VI et du district.

 

Souleymane Dagnon, maire de la commune VI

Le maire de la CVI est imbattable sur le terrain de la spéculation foncière. Malgré les coups foirés qui l’ont secoué ces derniers temps, Souleymane Dagnon n’est prêt, pour rien au monde, à renoncer à sa boulimie foncière. Obnubilé par le gain facile, le maire a eu le toupet de morceler un domaine du département de la Justice sur lequel est prévue la construction de la nouvelle prison de Bamako.

Le pot aux roses a été découvert par le Garde des Sceaux en personne lors de sa visite inopinée du vendredi 7 décembre dernier sur le chantier de construction du nouveau Tribunal administratif de Bamako et du Patrimoine foncier du ministère de la justice.

Fâché contre l’entreprise en charge de la construction pour le grand retard accusé dans la réception du bâtiment, le ministre de la Justice n’en demeure pas moins contre les auteurs du morcellement du domaine foncier du département à Bollé.

Au premier chef, le ministre ne voyait que le maire du district, Adama Sangaré, qui a validé le forfait (la spéculation) par la décision n° 0010-35 du 27 juin 2011. Mais au fonds, le travail préalable de cette opération illicite de morcellement avait été fait par le conseil communal de la mairie de la Commune VI. Dagnon, l’homme dont le nom est généralement cité dans toutes les spéculations foncières en Commune VI, serait passé par là.

Sa dernière décision sur le même espace date du 18 septembre 2012.

Estimant l’espace en question oublié, l’édile de la Commune VI aurait fait cautionner son opération de morcellement par le maire du district, Adama Sangaré. Les nombreuses parcelles ainsi obtenues ont été vendues comme du petit pain. Ainsi, rapporte-on, des parcelles de 400 m2 ont été vendues à la modique somme de 3 millions de francs.

Comme pour se mettre à l’abri d’imbroglios judiciaires, les auteurs de cette spéculation foncière auraient servi à tour de bras des lots à des magistrats et autres personnalités influentes dont certains ont déjà érigé d’imposants bâtiments sur ces cadeaux empoisonnés. En magistrat chevronné et pragmatique, Malick Couibaly s’est déjà saisi la  liste des bénéficiaires de parcelles sur le domaine de son département qu’il promet de libérer.

Par cet acte, le ministre de la Justice, Malick Coulibaly, comprendra certainement que  les pauvres populations dépossédées de leurs terres ancestrales ne sont pas les seules victimes des spéculateurs fonciers.

Selon nos sources, le maire de la Commune VI est à lui seul détenteur d’une demi-douzaine de parcelle dans le domaine de la Justice. Son complice, Adama Sangaré, détient lui aussi des parcelles dans la zone, mais pas à son nom.

Ils auront tous deux sur le dos et la justice et les futurs expulsés.

Markatié Daou 

 

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Merci a Malick Coulibaly qui fait honneur aux maliens. Si on pouvait identifier au moins 10 comme lui et leur donner le pouvoir de diriger le mali pendant 5 ans on ne serait pas a la deroute maintenant. Il faut donner le Mali aux vrais fils du Pays et non pas a des appatrides qui volent et emporte les richesses dans d’autres Pays. Bon courage mon cher Coulibaly.

  2. C’est des vrais et dignes fils comme Malick Coulibaly qu’ on a besoin pour diriger ce digne pays. “Allah tè dji to nono la”.

  3. le ministre n’a pas tout vu à bollé. Je voudrais bien qu’il se renseigne davantage, il y a encore beaucoup de malversations sur les parcelles de son ministère à Bollé.Dieu ne dort pas il mettra à jour tous ceux qui ont voulu nuir ou ont nuit les pauvres de ce pays

  4. Il est grand temps:pour que le ministre de l’Administration territoriale soumette au conseil des ministres la dissolution de ces maires voleurs pour les remplacer par des administrateurs provisoires pour voir clair et bien organiser les élections dans l’équité.

  5. Si on appliquait à Maires délinquants les lois prises par GMT, la “SENTENCE”= Peine de Mort, quant à la “CHARIA” pas moins que la DÉCAPITATION et cela d’autant plus qu’ils sont récidivistes. Quant aux “acquéreurs” desdites parcelles, complices et, ou recéleurs, ils seront frappés par la même peine; (pour les 2 Maires et les Magistrats, je suggère une double peine).

  6. Le Maire DOUMBIA et SAYE de la Commune VI vend des rues au village CAN. DOUMBIA lui même construit son domicile sur une rue de 20m devant la porte d’une dame et vend a des particuliers. La rue est réduit aujourd’hui à 10m. Dieu ne dors pas et inchallah ils vont avons avoir leurs place dans la prison qui sera construit sur la parcelle volé. Imagine le tord causé aux bénéficiaires de ces lots!
    Nous prions Dieu pour que justice soit fait!

  7. Merci d’avance à Malick COULIBALY.C’est un digne fils du pays qui doit être accompagné, encouragé et surtout félicité.

Comments are closed.