Accidents de la circulation : Des statistiques alarmantes !

1

Malgré les multiples campagnes de sensibilisation initiées par nos autorités et quelques organisations de la société civile sur la question lancinante de l’insécurité routière, nous continuons de compter nos morts du fait des accidents de la route. Les causes de ces accidents sont diverses et multiples : les défaillances techniques, les excès de visites, l’état défectueux de nos routes…  Les statistiques du ministère des Transports et de la Mobilité urbaine sont inquiétantes, alarmantes et interpellent chaque usager.

Rien que dans la dernière semaine du mois béni du ramadan, sur l’axe Bamako-Ségou, les services en charge des Transports ont enregistré plusieurs cas d’accidents causant ainsi la mort de plusieurs personnes. A titre d’exemple, le mardi 28 mai dernier, le département en charge des Transports a été alerté d’un grave accident de circulation entre Kassela et Zantiguila (région de Koulikoro) sur l’axe Bamako-Ségou.

Aussitôt, le ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine et son collègue de la Sécurité et de la Protection Civile se sont rendus sur les lieux pour constater les dégâts. En effet, un camion est entré en collision avec un minibus faisant plus de vingt morts et 13 blessés. Comme si cela ne suffisait pas, deux jours plus tard, soit le vendredi 31 mai, aux environs de 13 heures, cette fois à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Ségou, un accident de la circulation s’est produit entre un véhicule 4X4 se rendant à Bamako et un car roulant dans le sens inverse. Le bilan : un mort et trois blessés légers. La victime n’est autre que le sous-préfet de Sokoura (cercle de Bankass) qui conduisait le véhicule 4X4.

Selon les services du ministère des Transports et de la Mobilité urbaine, la défaillance technique et l’excès de vitesse sont les causes probables de cet accident tragique. En douloureuse circonstance, le Ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine présente ses sincères condoléances à la famille endeuillée, et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Ainsi, il invite les usagers de la route au respect strict des règles de la circulation routière surtout en cette période de veille de fête.

Au-delà de ces cas, se cache une réelle menace sur les usagers d’une part et d’autre part sur les populations. Sans compter l’impact sur nos économies, avec son corolaire de dégâts matériels très importants, estimés à plusieurs centaines de millions de nos francs. Ainsi, il convient de prendre des mesures urgentes pour sauver des vies parce que parmi les causes de la mortalité, les accidents de la circulation occupent une place de choix. En effet, des centaines de nos concitoyens perdent la vie sur la route du fait des accidents de la circulation.  Selon des sources crédibles, le tout-nouveau ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul Ly, a mesuré l’ampleur de la menace. En effet,  à la veille de la fête du ramadan, il avait instruit à cinq équipes de l’Agence nationale de la sécurité routière de mener une vaste opération de contrôle routier. Ces opérations, conjointement menées avec la gendarmerie nationale, concernent cinq axes routiers du pays, notamment Bamako-Kayes, Bamako-Segou, Bamako-Sikasso, Bamako-Kouremalé et Bamako-Kita-Kenieba. Celles-ci visent à limiter au maximum les accidents de la circulation.

Toujours dans le cadre de la campagne de sensibilisation sur la sécurité routière, le Ministère des Transports et de la Mobilité Urbaine, à travers l’Anaser, vient de lancer, au Rond-point Kwame Nkrumah, la caravane de sensibilisation sur la sécurité routière.

Cette caravane de sensibilisation sur la sécurité routière s’inscrit dans le cadre de la célébration de la 5ème édition de la journée de l’Organisation pour la sécurité routière en Afrique de l’Ouest (Osrao). A travers cette activité, il s’agit, pour l’Anaser, de sensibiliser les usagers de la route sur les bonnes conduites à tenir dans la circulation dont, entre autres, le port du casque, le respect des panneaux de signalisation, le respect du passage piéton et la courtoisie dans la circulation.

Aussi, dans le cadre de la relance des activités ferroviaires au Mali, le ministre des Transports et de la Mobilité Urbaine a constaté que des panneaux publicitaires sont installés dans l’emprise des rails sur l’axe Korofina-Gare centrale de Bamako.

En attirant l’attention des propriétaires que ces panneaux obstruant la voie et empêchant le passage du train, le Ministre invite les propriétaires à les enlever pour libérer le passage du train.

Compte tenu de l’état défectueux de nos routes, nos plus hautes autorités sont plus que jamais interpellées à s’investir davantage dans l’entretien routier afin de prévenir les cas d’accident de la circulation. Ainsi, les usagers sont également invités à entretenir les engins pour réduire considérablement le nombre de victimes des accidents de la circulation routière.

             Boubacar PAÏTAO

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pkagame; la circulation routriere maccabre de nos routes: un mal parmi les 1000 maux du Mali

    Encore un ministre qui n’a pas assez d’idée sur l’envergure du probleme de la circulation routière au Mali. Sinon ses premiers actes d’une drastique reforme serait de commencer par démanteler et limoger les DGs de toutes ses structures et incompétentes bidon: “ANASER”, “AGEROUTE”, ” AUTORITÉ ROUTIÈRE” au profit d’une nouvelle Agence Nationale Moderne et Intégrée de ROUTES. Les budgets de 3 prochaines années des structures démantelées pourront amplement servir a financer le début des projets d’ INFRASTRUCTURES DU TRANSPORT COMMUN URBAIN…. élargissement des artères pour faire place aux lignes exclusives d’autos bus urbains, afin de réduire le nombre des motos de la circulation (principales provocatrices d’accidents routiers 70%).

    Mais hélas! Nos dirigeant aiment toujours penser petit au lieu de “think big” comme disent les américains… nous aimons penser médiocre…nous aimons toujours traiter sur la surface pour juste sauver la face. Le ministre parle de “tricher avec le contrôle technique” c’est important mais il y a 1000 autres fléaux desquels il ne parle encore: par exemple notre système d’importation de vieux véhicules (de 20 ans – 40 ans ) pollueurs et sans-freins importés des poubelles de l’Europe et des junkyards des USA; de l’état de nos routes médiocres surfacturées et construites par des entreprises incompétentes sous l’égide des contrôleurs de Direction nationale des ROUTES et de ‘l’AGEROUTE”; de la route RN6 qui a été financée depuis 10 ans pour être construite en 2×2, mais qui a fini par devenir une 1×1 médiocre qui a tué plus des maliens que sur toute autre RN; d’une police laxiste et commerciale sur nos routes qui n’a absolument pas une minute de temps pour le contrôle de l’aspect sécurité des usagers qui passent en constantes violations sous son nez (ex., des enfants en support en- trois sur le dos des mamans sans-notion de la circulation routière etc..) sauf que d’avoir de gros yeux de rackette a logeur de journée; du laxisme absolu vis a vis de la circulation de gros porteurs (dangereux missiles a vitesse) en mélange avec des voitures et motos, dont les chauffeurs sont souvent des drogués ou fumeurs… qui percutent les maliens de gauche a droite faisant des scènes macabres…

    Il nous faut alors des ministres des transports … qui voient la vraie réalité et qui peuvent penser BIG et non de caresser la surface. Il faut de lourdes sanctions pour les violateurs. Il faut surtout démanteler ces structures bidons qui ne servent absolument a rien soft de bousiller nos budgets.

    Tant que c’est cette police commerciale qui reste sur nos routes sans aucun souci primordial de l’aspect sécurité des usagers, l’anarchie mortelle de ces gros porteurs …des bennes et des sotramas pourries sans-freins, de ces motos Jakarta provocatrice d’accidents vont continuer a endeuiller les maliens!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here