Collaboration police- population : Demande pressante, offre en deçà des attentes, pourquoi ?

0

La collaboration avec la population, tant souhaitée par les autorités de la sécurité, n’est toujours pas à hauteur de souhait. L’insécurité gagne de plus en plus les villes et les axes les reliant, toute chose qui plombe les initiatives d’épanouissement et de développement humain. Que faut-il faire ? Avec vous (nos lecteurs) ouvrons le débat sur des pistes de solutions.

 

Ce n’est pas une fatalité encore moins un phénomène propre au Mali seulement. L’insécurité dans les villes et sur les grands axes les reliant se multiplie de jour en jour et revêt de multiples formes dans son évolution. Il y a un quart de siècle, le Cybercriminalité paraissait une légende, un conte dans des pays comme le notre, non développés. Aujourd’hui, ce mal est devenu commun au monde entier. Conscient de cet état de fait, les autorités en charge de la sécurité dans la cité, notamment la police nationale, ne ménagent aucun effort pour être à la hauteur ou même au dessus de l’intelligence des malfaiteurs et délinquants de tous genres. Le tout nouveau Directeur général de la police nationale du Mali, le Contrôleur général, Soulaïmane Traoré, a dans une conférence du 3 février, déclaré : ‘’Insécurité et peur doivent changer de camp, le police doit être le cauchemar des délinquants et criminels’’ Mais, pour le Directeur général de la police, cela n’est possible qu’avec un ‘’partenariat véritable et authentique avec les concitoyens’’, la population. Cet appel n’est pas nouveau. Tous les responsables de la sécurité l’ont dit et répété. C’est le leitmotiv de la hiérarchie des services de sécurité. Quel est l’obstacle à cette demande de collaboration qui, tout de même se fait et permet aux brigades de recherches des commissariats de police et de la gendarmerie de réaliser d’importants succès dans leurs opérations de tous les jours. Raison pour laquelle nous restons confiants chaque que les délinquants et criminels commettent des forfaits. Parce que nous disons haut et fort qu’ils n’iront pas loin et que tôt ou tard les services de sécurité mettront le grappin sur eux.

Pour améliorer cette collaboration police- population, il y a un certains nombre de préalables, à notre avis, à améliorer et à clarifier : le professionnalisme de la police, elle doit être professionnelle et intègre, c’est dire donner une bonne impression à la population. Un sondage sur ce que la population pense de sa police sera révélateur du degré de confiance qui déterminera aussi le niveau de sa collaboration. La police doit créer un mécanisme d’entretien et de protection des initiatives allant dans le sens de cette collaboration. L’action de la justice doit aussi encourager la population et la police elle-même, en prenant des sanctions exemplaires et dissuasives. Là aussi l’intégrité du juge est mise en jeu. La complicité du trio, population- police- justice, est un des remèdes pour soigner le mal de l’insécurité. Voilà, à notre avis, les manques qui font obstacle à cette collaboration police- population. La piste de solutions n’est pas exhaustive et elle peut être améliorée. Pour une cité sécurisée et en paix, chacun compte et chacun y gagne son compte.

Drissa Tiémoko SANGARE

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here