Enquêtes sur les massacres d’Ogossagou : Human Rights Watch s’impatiente !

0

Human Rights Watch vient de publier un rapport sur le Mali. L’organisation revient sur les massacres d’Ogossagou et se prononce sur le procès d’Amadou Aya Sanogo.

Dans un rapport publié le 23 mars dernier, Human Rights Watch (organisation des défenses des droits de l’homme), indique que des dizaines de survivants l’ont décrit comment des hommes de l’ethnie Dogon lourdement armés ont attaqué leur village, situé dans le centre du pays, accusant les habitants de l’ethnie Peul de soutenir les groupes islamistes armés. Les assaillants ont exécuté, mutilé et brûlé vif des villageois retranchés dans leurs maisons ou cherchant à échapper aux violences. Une mère âgée de 32 ans a raconté comment son jeune fils de 5 ans lui a été arraché des bras avant d’être assassiné. Une autre mère a été témoin du meurtre par balles de ses fils, âgés de 12 et 17 ans.

Human Rights Watch précise dans son rapport que le gouvernement a ouvert une enquête et procédé à quelques arrestations d’individus de second rang, alors que le commandant du groupe d’autodéfense Dogon, Youssouf Toloba, dont la milice était impliquée de manière crédible dans les meurtres, n’a même pas été interrogé. Moins d’un an plus tard, 35 autres civils ont été assassinés dans le même village, manifestement par la même milice.

Dénonciation de l’impunité

Human Rights Watch pointe aussi dans son rapport l’impunité qui entoure les graves violations des droits de l’homme dans notre pays. Aussi, l’ONG de défense des droits humains affirme que le conflit qui sévit fan notre pays depuis 2012 a été ponctué par des dizaines d’atrocités de toutes parts, perpétrées par des islamistes armés, des milices ethniques formées en représailles et les forces de sécurité gouvernementales. Des centaines de civils ont été sommairement exécutés. Très peu de ces atrocités n’ont fait l’objet d’enquêtes, et les poursuites pénales à l’encontre des responsables ont été encore plus rares.

Ainsi, Corinne Dufka , directrice pour l’Afrique de l’Ouest de Human Rights Watch, déplore : «  En novembre dernier, le procureur chargé des deux dossiers a déclaré que les enquêtes judiciaires  suivent leur cours normal en dépit des contraintes liées à l’insécurité . Pourtant, de nombreux survivants nous ont confié ne pas comprendre pourquoi les nombreux suspects qu’ils avaient identifiés comme étant présents et impliqués dans des meurtres à Ogossagou n’ont toujours pas été placés en détention ». Elle poursuit : «. Ainsi le 15 mars, un tribunal de Bamako a mis fin sans verdict au procès Amadou Haya Sanogo et de 16 coaccusés pour le meurtre en 2012 de 21 soldats d’élite qui se trouvaient en détention, citant la Loi d’entente nationale adoptée en 2019, qui prévoit l’amnistie sur une base discrétionnaire. Cette décision a conduit les survivants de graves abus à se demander si justice pouvait être rendue pour leurs proches disparus » regrette  Corinne Dufka.

En outre, elle dénonce l’absence de justice pour les victimes : « L’absence de justice, non seulement pour le massacre d’Ogossagou mais aussi pour de nombreux autres crimes graves commis par des membres de divers camps, a contribué à alimenter un cycle pervers de violences et de représailles au Mali. » souligne-t-elle. Avant d’ajouter : que comme l’a résumé un ancien d’un village près d’Ogossagou : « Les membres de tous les groupes armés ont compris qu’ils peuvent tuer, mutiler, brûler et détruire sans conséquence. Quand le Mali apprendra-t-il que c’est l’impunité même qui est avant tout le moteur de la violence dans le pays ? »

Ce massacre Ogossagou s’inscrivait dans un contexte de violences intercommunautaires dans le centre, qui s’intensifient de façon inquiétante. Le 1er janvier 2019, Koulogon, un autre village du cercle de Bankass, a été la cible d’une attaque similaire qui a fait au moins 37 morts parmi la communauté peulh, dont des femmes et des enfants. Les violences frappent en premier lieu les civils peulhs de la région. D’autres communautés, notamment dogon et bambara, sont aussi victimes d’actions violentes. Celles-ci sont jusqu’à présent de moindre ampleur mais elles nourrissent un cycle de représailles. Deux semaines avant l’attaque d’Ogossagou, des habitants d’au moins deux villages dogons de la région avaient été la cible d’attaques attribuées à des éléments armés peul mal identifiés.

Les violences intercommunautaires dépassent désormais la seule région de Mopti et menacent la stabilité du Mali comme du Burkina Faso voisin.

 Mémé Sanogo

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here