Massacre des peuls au centre du Mali : ‘’Tabital Pulaaku Mali’’ indexe les FAMa

2

Dans un communiqué en date du 6 juin 2020, signé par le président Abou Sow, l’association peule ‘’Tabital Pulaaku Mali’’ attribue la responsabilité du massacre des populations peules aux FAMa, dans les cercles de Koro et Douentza, au centre du Mali.

Les tueries au centre du Mali sont loin de prendre fin. Et pour cause, l’association peule, Tabital pulaaku Mali, alerte le peuple du Mali et la communauté internationale sur de nouveaux épisodes de tuerie. Curieux et terrifiant, l’association désigne les Forces Armées du Mali (FAMa) responsables de ces dérives et déviances criminelles. Dans le communiqué par lequel l’association informe le monde entier de cette barbarie, il est clairement indiqué que ce sont les FAMa qui se livrent depuis quelques jours à un massacre systématique des populations civiles peules le long de la frontière avec le Burkina Faso dans les cercles de Koro et Douentza. «Seulement 72 heures, plus de 40 personnes ont été froidement abattus par les éléments des FAMa, dont deux chefs de villages égorgés», relève le communiqué en mentionnant que leurs victimes sont toutes de paisibles populations trouvées et tuées dans leurs villages, sur les marchés ou dans les foires et qui n’ont commis pour tout crime que leur appartenance ethnique.

Selon le communiqué, le vendredi 03 Juin 2020, un détachement de l’armée malienne composé de plus de 40 véhicules pick-up lourdement armés s’est rendu dans le village peul de Binédama, dans la commune de Madougou, cercle de Koro. «Après avoir encerclé et investi le village, les militaires ont arrêté et froidement abattu 29 personnes dont deux femmes de 70 et de 63 ans et une fille de 9 ans», relève le document avant d’ajouter que ledit détachement a volontairement incendié toutes les habitations et réduit en cendre quasiment tout le village.

Le communiqué renchérit en enchaînant que deux jours plus tôt, soit mercredi 3 juin 2020, une autre équipe des FAMa a pris d’assaut la foire du village de Niangesadiou, dans la Commune de Mondoro. « Avec une manière devenue routinière, les militaires ont tiré sur la base du faciès 14 forains qui se sont révélés être 8 peuls et 6 Touaregs noirs qu’ils ont tués tous avant de repartir. Des preuves matérielles de ces forfaits sont disponibles », assure Tabidal Pulaaku, rappelant du même coup que le dimanche 31 mai dernier une opération similaire, tentée contre le quartier peul du village de Diankabou (cercle de Koro), n’a échoué que grâce à de nombreuses interventions.

Si rien n’est fait, en définitive, la spirale infernale de la violence continuera, estime l’association de la communauté peule en prenant à témoin l’opinion publique nationale, internationale ainsi que les organisations de la presse non sans rappeler que les massacres de la semaine dernière sont survenus quelques jours seulement après un récent point de presse sur les exactions commises par les FAMa contre les populations civiles peules du centre. «Tabital Pulaaku Mali » réclame par conséquent une enquête internationale indépendante par les organisations de défense des Droits de l’Homme et les Nations-Unies aux fins d’établir la véracité des faits. Et d’insister, en attendant, sur le caractère sacré et républicain de l’armée ainsi que sur sa mission avant de condamner énergiquement les massacres d’innocentes populations civiles perpétrés à Hinéduma, Niangassadiou et ailleurs.

A KEITA

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Au lieu d’être toujours dans l’indexation, il est demandé à l’association Tabital Pulaaku de se soulever contre Kouffa celui qui a apporté le feu et le sang à Mopti.

    Il est demandé à l’association Tabital Pulaaku de dénoncer aussi le massacre des civils dogons dont certains sont brulés vifs dans leur maison, dans la brousse….etc

    Toute personne tuée, peul ou dogon, est un citoyen malien perdu, des familles maliennes endeuillées.

    Arrêtons le communautarisme et l’ethnicisme exagéré et cultivons le vivre ensemble et la citoyenneté.

    Les partis politiques et les hommes politiques doivent s’écarter à tout prix de ces deux fléaux dangereux pour un pays. Un pays est construit par tout citoyen responsable et non pas par une ethnie particulière, chacun y apporte sa pierre.

  2. Est-ce que les militaires seraient assez cons pour attaquer un petit village en tenue militaire avec une quarantaine de véhicules? Tantôt on parle de 10 véhicules, tantôt on parle de motos, tantôt on de 40 véhicules…..

    Si c’était le cas d’une expédition punitive, ils auraient fait en sorte qu’il n’y ait pas de survivants afin d’effacer toutes les traces, ni vu ni connu.

    Pourquoi être toujours dans une logique d’indexation de l’armée malienne?
    Forcement que ceux qui font cela ont un autre dessein inavoué.

    Je me demande s’il n’y a pas des collaborateurs de terroristes au sein Tabital Pulaaku.

    à l’approche de chaque campagne agricole c’est le même scénario, on crée à tout prix et alimente les tensions intercommunautaires.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here