“L’Otan ne réagirait pas” à une attaque nucléaire russe: l’avis d’un général français

0

L’Otan “ne réagirait pas” à une attaque nucléaire ciblée de la Russie sur le territoire ukrainien, a estimé le général français Vincent Desportes, interrogé ce jeudi sur Radio Classique/Le Figaro.

“Si Vladimir Poutine décidait de frapper des cibles de l’Otan avec des armes nucléaires, il est clair que, très probablement, l’Otan réagirait. Par contre, admettons que pour arrêter ou geler le conflit, il lance deux, trois têtes nucléaires tactiques sur le territoire ukrainien, jamais l’Otan ne réagira”, affirme le haut gradé français.

“Sacrifier New York pour Kharkiv?”

Face à un Guillaume Durand dubitatif, le général, ancien conseiller défense du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDN) et ex-commandant du Collège interarmées de défense, développe son propos: “Est-ce que vous pensez sérieusement que les États-Unis sont prêts à rentrer dans cette escalade et sacrifier Washington, New York, San Diego et San Francisco pour sauver Kharkiv? Évidemment pas”, complète-t-il.

Armes nucléaires tactiques

La Russie dispose de nombreuses armes nucléaires tactiques, d’une puissance inférieure à la bombe de Hiroshima, conformément à sa doctrine “escalade-désescalade” qui consisterait à faire usage en premier lieu d’une arme nucléaire de faible puissance pour reprendre l’avantage en cas de conflit conventionnel avec les Occidentaux.

Pas une “goutte de sang” occidental

“C’est une guerre entre les Occidentaux, l’Otan et la Russie mais c’est une ‘proxy war’, comme disent les Américains: une guerre par procuration. Les Américains, les Britanniques et les Européens aident beaucoup l’Ukraine, mais c’est le sang des Ukrainiens qui coule. Et, à ce stade, aucun de ces pays n’a jamais perdu une goutte de sang de ses ressortissants. Est-ce que vous, Guillaume Durand, vous êtes prêt à sacrifier Paris pour Kharkiv? Probablement pas”, conclut le général.

La mobilisation générale? “Un aveu d’échec”

Vincent Desportes, par ailleurs professeur à Sciences Po Paris et HEC, n’épargne pas Vladimir Poutine pour autant: “Les soldats ukrainiens se battent pour une cause existentielle qui s’appelle l’Ukraine, alors qu’on sait bien que les soldats russes ne savent pas véritablement pourquoi ils se battent”. Dans ce contexte délicat de contre-offensive ukrainienne, le président russe pourrait-il décréter la mobilisation générale? “Ce serait un aveu d’échec cuisant”, selon lui. Il rappelle “qu’officiellement, le président russe ne fait pas la guerre”… Des images circulent toutefois sur de premières tentatives d’enrôlement de nouvelles recrues, notamment dans des colonies pénitentiaires du pays (voir ci-dessous).

SOURCE: https://www.7sur7.be/

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here