Le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le général Salif Traoré, à propos de la lutte contre l’insécurité à Bamako : « Notre combat sera vain sans l’accompagnement de la population »

22
Salif Traoré
Salif Traoré

Depuis deux semaines, l’actualité dominante  reste celle de l’insécurité dans la capitale malienne avec certains cas d’assassinats dont celui de l’Iman Yattabaré, du commerçant Oumar Touré, d’un apprenti chauffeur,…Pour nous renseigner des dispositions qu’envisagent les autorités pour circonscrire cette  situation, nous avons rencontré le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré. Dans l’interview qu’il nous a accordée, il a non seulement expliqué ses nouvelles stratégies de lutte contre cette insécurité, mais a aussi demandé une franche collaboration entre ses éléments et les populations.

Lisez l’interview

Le Pays : Dans ces deux semaines, nous assistons à une insécurité dans la capitale malienne. Quelles sont les dispositions que vous avez prises au sein de votre département pour y mettre fin ?

Salif Traoré : Je voudrais préciser que l’impression que les Maliens à l’intérieur et à l’extérieur, surtout ceux de Bamako et environs ont, c’est que l’insécurité grandit, mais ce n’est pas exactement le cas, parce que nous avons les statistiques  de ce qui s’est passé l’année dernière, et l’année d’avant.

Il faut reconnaitre que ces dernières semaines, il y’a eu des cas dramatiques et crapuleux qui se sont enchainés et qui peuvent donner l’impression qu’il y’a beaucoup d’insécurité. Mais il faut vraiment analyser ça avec un peu de recul, parce que si nous contribuons tous à dire que  ça ne va pas, nous allons créer la psychose à Bamako et ce n’est pas bon.

Comme je l’ai dit, il y’a eu quelques cas d’attaques, mais si vous analysez, la présence ou l’absence des forces de l’ordre ne pouvait pas empêcher ces cas. Il y’a donc des conclusions à tirer pour nous, pour la population civile, et pour tous les citoyens de façon générale.

De notre côté, nous avons réuni hier, lundi 28 janvier 2019, tous les responsables des forces de sécurité et de l’ordre pour faire le point avec eux, pour leur donner la parole, pour dire qu’est-ce qui leur faut pour qu’on change de fusil d’épaule, pour qu’on  s’adapte à cette nouvelle donne parce que les Maliens ont le sentiment qu’il y’a plus d’insécurité. Nous nous sommes demandé  ce que nous devons faire de plus pour la sécurité des Maliens et de leurs biens.

Et depuis hier soir, vous avez remarqué que la façon de faire la patrouille a changé. Aujourd’hui, au moment où je vous parle, des agents sont à pied dans certains endroits de Bamako. Depuis hier soir, des fouilles systématiques sont en cours. Ce matin encore, des saisies importantes ont été faites dans certains endroits de Bamako, et nous allons continuer jusqu’à ce que la situation soit satisfaisante pour le maximum des Maliens.

Où en sommes-nous avec les enquêtes des différents cas d’attaques ? 

D’abord  l’affaire Baba Coulibaly tué vers Safo. Vous conviendrez avec moi qu’il est difficile  pour les forces de l’ordre d’empêcher cela parce que ce sont deux personnes qui se connaissaient. Mais après l’assassinat, les forces de l’ordre ont résolu l’affaire en  48 heures. Dans cet intervalle, nous avons retrouvé l’assassin qui a reconnu les faits, et nous l’avons déféré à la justice. On peut dire à ce moment-là que l’enquête est close puisque notre mission était de rechercher celui qui était l’auteur du crime. Nous avons déployé la Brigade antiterroriste qui a sécurisé le lieu ; nous avons déployé la police technique scientifique avec la protection civile ; on a pu extraire le corps et l’identifier formellement. L’enquête a été bouclée et le criminel est entre les mains de la justice.

S’agissant de l’affaire de l’Imam Yattabaré, là aussi, la victime et l’agresseur se  connaissaient. Ils priaient dans la même mosquée ; notre attention n’a jamais été attirée sur le futur assassinat. Et quand il a commis son crime, c’est lui-même qui s’est rendu à la police. Lors de son audition, tous les noms qu’il a cités, on les a recherchés individuellement et on les  a confrontés. Là aussi, l’affaire est déjà  bouclée puisqu’on a transmis  le dossier à la justice, et la victime a été déférée.

L’autre cas où l’apprenti  et le passager se sont bagarrés et il y’a eu mort d’hommes. C’est fait devant les gens, mais personne n’est intervenu jusqu’à ce que l’assassin sorte un instrument dans sa poche et poignarde  l’apprenti chauffeur. Là aussi, la population présente ayant tabassé sérieusement le criminel, on l’a transporté à l’hôpital où il reste jusqu’à présent entre la vie et la mort. Dès qu’il se rétablit, on fait la formalité et on le remet à la justice.

Le cas malheureux de Touré, assassiné devant chez lui par les bandits qui voulaient emporter son sac d’argent. Là effectivement, quand nous avons eu l’information, nous nous sommes rendus sur le lieu. Mais  l’évènement s’était passé depuis un moment. Donc les recherches sont en cours à ce niveau pour retrouver ces assassins et le remettre à la justice.

Parlant des cas de braquages, à part ceux du mini prix, nous avons  traqué  les autres délinquants et les criminels et ils sont en prison.

Pour lutter contre l’insécurité, il faut une parfaite collaboration entre les forces de sécurité et la population. Quel appel avez-vous à lancer à la population malienne pour sa franche collaboration avec vos éléments ?

Ce que je voudrais dire sur ce point, c’est que notre combat sera vain sans l’accompagnement de la population. Quand je dis la population, les organisations professionnelles dont la presse ont un  rôle crucial. Les médias ont un rôle extrêmement important non seulement quand vous jouez le jeu de véhiculer certaines informations  qui ne sont pas fondées, à ce moment-là la psychose se crée facilement. Quand une information erronée passe, ça ne peut contribuer qu’à aggraver la situation. Et là, je pense qu’il est de la responsabilité de tout un chacun de vérifier les informations avant de les publier. Vous avez vu, certains commencent à faire circuler des vidéos de 2015 et 2016 pour dire que ça s’est  passé avant-hier. Tout cela pour créer une situation consistant à faire comme si la capitale du Mali s’enflamme. Cela n’arrange personne. Ce n’est pas une affaire de la politique de la sécurité. On doit préserver le domaine sécuritaire. Qu’on aille sur d’autres terrains, c’est ce qui est bien pour nous tous. J’insiste là-dessus, le rôle de la population est central dans la lutte contre l’insécurité. Nous, en tant que porteurs d’uniformes, travaillons pour la population. Si elle ne nous oriente pas, si elle ne nous écoute pas, si elle ne nous guide pas, comment peut-on faire pour mieux la satisfaire ? Voilà pourquoi, au niveau du département, nous avons mis en place une stratégie nationale pour le renforcement des liens de confiance entre les forces de défense et de sécurité et la population qui est assortie d’un plan d’action 2018-2021. Nous avons élaboré un petit manuel que nous distribuons  dans les écoles pour que les uns et les autres comprennent ce qui  est nos forces,  quels sont nos vrais rôles. Nous sommes également dans le concept de police de proximité où nous essayons de créer le dialogue permanent  entre les forces de l’ordre et les populations. Tout cela est en cours .Moi-même, je participe à certaines de ces rencontres organisées par les commissaires au niveau de certains quartiers. Nous pensons qu’avec la création des comités locaux consultatifs de sécurité jusqu’au niveau des villages et des quartiers pour nous retrouver dans un cadre formel et discuter de leur question de sécurité. Cela devrait nous rapprocher les uns des autres, et  travailler les mains dans les mains. La sécurité est transversale, ce n’est pas seulement la responsabilité du porteur d’uniformes.

L’appel que je lance est qu’on se donne les mains, qu’on soit patient, qu’on évite d’envenimer la situation. Une seule personne qui perd la vie, c’est trop ; il ne faut pas qu’on joue en envenimant la situation. Nous avons besoin de calme. Nous avons besoin d’orientation, de guide. Nous avons besoin d’être ensemble pour lancer un message fort à tous les assassins, à tous les délinquants, à tous les criminels que leurs activités ne pourront pas prospérer. Et nous sommes engagés à ça.

 

Réalisée par BoureimaGuindo

Commentaires via Facebook :

22 COMMENTAIRES

  1. LOL, ce que tu ne comprends pas c’est que la famille n’est pas isolee, mais elle fait partie du quartier, du village et de la ville, les enfants sont pas coupes de la realite qui est autour d’eux, c’est simple demande a un fonctionnaire honnete au Mali ce qu’on lui dit a la maisson ou dans le quartier ou au grain, soyons honnetes si les authorities sont insultees c’est pqrcequ’elles le meritenet car elles sont en train demontrer le mauvais exemple a travers la grande corruption, le grand nepotisme, la grande gabegie et le favoritime a ciel ouvert, le gain facile, voici ce que nos enfants apprenent de la societe tous les jours et a travers nos autorites , alors soyons honnetes et soyons clairs: le poisson pourrit par sa tete, c’est un proverbe Bamanan qui le dit. Le respect se merite ca ne se donne pas et ca ne se force pas et nos autorites doivent le savoir, qui va respecter un voleur? Un corrompu? Un nepotiste? etc..

  2. Mopilaro 31 Jan 2019 at 10:02
    “Une seul réponse à l’insécurité. Etablire la peine de mort. Augmenter les lynchages public. Diffuser les procès de condamnations à mort en direct a la télé. Organiser les fusillade de masse des criminels comme au Nigeria d’antan, Renvoyer les procureurs”😢😢😢😢😢😢😢😢😢😢😢😢😢😢😢

    Je le dis et je le redis: La plus grande PAUVRETÉ de notre Mali, ce n’est pas là pauvreté ÉCONOMIQUE comme on pourrait le penser, c’est la pauvreté INTELLECTUELLE de certains d’entre nous !!!!

    Avec ce type de “raisonnements” aussi stupides que primaires, on comprend tout-a-fait hélas que l’ignoble barbarie des massacres de Peuls puisse avoir lieu chez au 21ème siècle…

    C’est pathétique, juste…PATHÉTIQUE

  3. Il s’agit de l’avenir de notre pays, de la sécurité des maliens. Le Général se défend avec les moyens du bord. Cette recrudescence de la criminalité au Mali provient en grande partie de la défection de nos familles…. Nous sommes en perdition, pas d’éducation réligieuse, ni d’éducation selon nos moeurs…. Malien DAMBE bana peou….. Alors éduquons nos enfants, soyons nous même exemplaires. Le Gouvernement ne peut pas endosser la totalité de cette responsabilité, OUI il faut le reconnaitre bon sang. Nous en sommes TOUS RESPONSABLES. Alors changeons de comportements et soyons des références pour nos enfants et nos sociétés…! Bon vent au Général et à tous ceux qui risquent leurs vies pour que nous dormions en paix. Qu’Allah bénisse notre MALIBA.

      • Reponse fatidique et perilleuse, Allah aide ceux qui s’aident eux-memes, le petit generai salifu et son patron Boua IBK ne sont que des comediens, ils ont laisse le Mali tomber dans le bas-fond et c’est ca la verite d’Allah. Comment peux-tu bien eduquer tes enfants quand ils voyent que le travail ne paye plus mais le vol, le nepotisme et la corruption, LaMalienne sois un peu plus sage que ca.

        • Cher King – tout cela commence a la maison. Il faut eduquer son enfant a la maison et non laisser la rue eduquer cet enfant. Il ya une deperdition des moeurs au pays ou les enfants ne respectent plus leurs propres parents et c’est pas aux autorite’s de le faire a leurs places. Soyons raisonables et consequents. Cette deliquescence a commence’ depuis un moment ou les autorite’s sont insulte’s chaque fois que l’ocasion se presente. Cela suffit car les insultes n’apportent rien de constructif.

  4. Patrouiller pour l’insécurité, alors fouiller les voitures, les motos, les sacs et svp oubliez la vignette ou l’assurance en ce moment ca vous encombre pour rien!!! Ne disons nous pas que les gros malfrats n’utilisent jamais un engin qui n’est pas en règle ( à vérifier bien sûr).
    C’est vous qui êtes spécialiste monsieur le ministre courir la nuit pour des contraventions ne dissuade jamais les malfaiteurs . donc s’il te plait essayez de voir le système de patrouille que vous faites dans la ville. A bon entendeur salut

  5. Une seul réponse à l’insécurité. Etablire la peine de mort. Augmenter les lynchages public. Diffuser les procès de condamnations à mort en direct a la télé. Organiser les fusillade de masse des criminels comme au Nigeria d’antan, Renvoyer les procureurs qui laisseraient passer les violences ou mort sans faire leur boulot. Évidemment tu trouveras des incultes déguisé en intellectuels sur ce site contredire ce que j’enonce en nous sortant des arguments de poubelle. Je site la ministre de la défense de la France concernant les djihadistes qui ont tué des gens en Syrie. Elle dit. “S’ils sont tués en Syrie sous les bombes et les balles, c’est temps mieux” autrement dit, pas de scrupules pour ceux qui tuent les paisibles citoyens. Mais au mali tu trouveras nos larbins d’intellectuels jurés que la peine de mort n’est pas bonne. Un exclave reste toujours exclave surtout si Celui ci est malien, peut importe sa culture intellectuelle

    • Toi tu as l’esprit binaire, exactement comme un mouton.
      La facilité est la solution des abrutis incapable de réfléchir.
      Tu as quel âge ?
      C’est quand même très grave de constater qu’il y a encore des adultes qui pensent comme cela en 2019.
      Tu prends nos compatriotes comme des attardés mentaux ?
      Même dans les pays où il y a une justice indépendante et respectueuses des droits on commet des erreurs de jugement et toi tu viens tranquillement nous dire que la solution est le lynchage public.
      Il faut commencer par nettoyer ton cerveau débile et encrassé de déchets, après, tu seras en droit de donner ton avis. FA KAYA

    • On répond pas à labarbarie par la barbarie!!! Les EATS faisant recours à la peine de mort aux USA sont les plus insécurisés de cette fédération……….

  6. Admirez Le langage d’un ministre Malien, un général pipo en plus.
    Exactement comme un mauvais lycéen qui s’exprime.
    Il y a quelque chose de gênant de constater une telle carence de formulation.
    Un vocabulaire pauvre allié à une platitude argumentaire.
    Une catastrophe !
    De gaulle était un Général, Salif Traoré en est un.
    Cherchez l’erreur.

    • Moi je ne pense pas que Boua IBK lit ce que ses Ministres crachent en longeur de journee, sinon il doit mourrir de honte, ce petit general n’est qu’un bidon vide et c’est lui qui es charge de proteger les Maliens ne soyons pas etonnes quand on nous tue tous les jours jusque dans le Coeur de Bamako.

  7. Tant que les criminels sont sous les verrous;nous ne pouvons qu’encourager nos forces de l’ordre,les soutenir;les aider par une coopération franche.Quand certains parlent de sécurité zéro,on voit bien que les gens ne sont pas informer.Dans les pays développés le risque zéro n’existe pas ,les prisons sont toutes pleines.Le budget de la sécurité doit être de pus en plus important,pour faire face à ces nouvelles situations que nous ne connaissons pas,ce qui explique l’inquiétude généralisée.La sécurité passe aussi par j’abandons de tout se qui tente,,par des moyens les plus efficaces,trop d’espèces en circulation.Au niveau de l’habitat plus de moyens sécuritaires,fermeture des portes et de tous les accès.La fatalité prend une grande place dans notre façon d’agir,alors qu’il est demandé à chacun de prendre nos précautions en toute circonstance,après quoi arrivera ce qui arrivera .La bataille sécuritaire n’est gagner à 100% dans aucun pays au monde,la lutte est collective et à la fois individuelle.

  8. Je pense que sans la cooperation des Maliens/Maliennes il va etre difficile de mettre fin au chaos installe au Mali par la presence des imperialistes francais et amis. Le desordre au Mali aujoud’hui s’explique par une seule chose qui est la mise du Mali sous tutelle des forces imperialistes qui limitent le Mali dans ses mouvements et prises de decision, du maintien du pays sous un budget strict, en manipulant les differents groupes dans le pays, en semant le doute dans la tete de la jeunesse en leur faisant croire que leur parents et valeurs constituent leur misere. Dans une de telle situation, il va etre difficle pour un gouvernement de resoudre des problemes domestiques qui sont aggraves par les forces exogenes. Je l’ai toujours dit ici que seul le peuple Malien peut mettre fin au problemes dont le Mali fait face aujourd’hui car les leaders plus precisement le president ou le ministre n’est qu’une seule personne donc manipulable pour l’empecher a travailler pour son pays. Le peuple doit toujours comprendre que les leaders ont et comptent toujours sur le support du peuple. Tout leader est vulnerable devant les forces imperialistes quand il n’est pas supporte et soutenu par son peuple. Et c’est pour cela que les imperialistes font tout pour opposer les leaders a leur population pour jouer le jeu de la manipulation ou de la menance. C’est pour quoi en Afrique il y a toujours des conflits post-electoraux. C’est exactement la raison pour laquelle les imperialiste ont insiste pour que les Africains/Africaines adoptent le systeme democratique multipartite tout en definisant les regles pour les Africains. Le seul pays Africain aujourd’hui qui a montre au monde que le fait de laisser les imperialistes definir les regles de la democratie en Afrique est une mauvaise chose est le Congo Kinshasa. C’est pour montrer combien de fois il est important pour le peuple Malien de conjuger sa force a celle du governement pour resoudre les problemes aux quels le Mali fait fasse aujourd’hui. Les leaders Maliens/Maliennes ne sont pas les ennemis de leur pays et non plus au meme titre que les forces imperialistes

  9. Je pense que sans la cooperation des Maliens/Maliennes il va etre difficile de mettre fin au chaos installe au Mali par la presence des imperialistes francais et amis. Le desordre au Mali aujoud’hui s’explique par une seule chose qui est la mise du Mali sous tutelle des forces imperialistes qui limitent le Mali dans ses mouvements et prises de decision, du maintien du pays sous un budget strict, en manipulant les differents groupes dans le pays, en semant le doute dans la tete de la jeunesse en leur faisant croire que leur parents et valeurs constituent leur misere. Dans une de telle situation, il va etre difficle pour un gouvernement de resoudre des problemes domestiques qui sont aggraves par les forces exogenes. Je l’ai toujours dit ici que seul le peuple Malien peut mettre fin au problemes dont le Mali fait face aujourd’hui car les leaders plus precisement le president ou le ministre n’est qu’une seule personne donc manipulable pour l’empecher a travailler pour son pays. Le peuple doit toujours comprendre que les leaders ont et comptent toujours sur le support du peuple. Tout leader est vulnerable devant les forces imperialistes quand il n’est pas supporte et soutenu par son peuple. Et c’est pour cela que les imperialistes font tout pour opposer les leaders a leur population pour jouer le jeu de la manipulation ou de la menance. C’est pour quoi en Afrique il y a toujours des conflits post-electoraux. C’est exactement la raison pour laquelle les imperialiste ont insiste pour que les Africains/Africaines adoptent le systeme democratique multipartite tout en definisant les regles pour les Africains. Le seul pays Africain aujourd’hui qui a montre au monde que le fait de laisser les imperialistes definir les regles de la democratie en Afrique est une mauvaise chose est le Congo Kinshasa. C’est pour montrer combien de fois il est important pour le peuple Malien de conjuger sa force a celle du governement pour resoudre les problemes aux quels le Mali fait fasse aujourd’hui.

  10. Souvent, les services de sécurité interviennent APRÈS les crimes.
    Intervenir de temps en temps peut être très bien supporté par n’importe quel TÉMOIN ANONYME.
    Pourquoi ne pas intervenir en permanence AVANT ou PENDANT les crimes avec l’aide de n’importe qui ?
    SUGGESTIONS
    – En mettant un NUMÉRO UNIQUE D’URGENCE accessible à toute la population du Mali et
    dans toutes les localités du Mali. (Tout le monde a un téléphone).
    – Toujours éduquer, inciter et motiver la population à aider en diffusant continuellement ce numéro
    par tous les médias.
    – Créer un servvice de traitement des données recueillies dans toutes les localités.
    – Ce service de traitement doit être lié à tous les postes de contrôle, à toutes les patrouilles et
    unités d’intervention rapide.
    – Cesser de mettre en danger les gens qui aident la Sécurité, en les félicitant publiquement après
    une arrestation. Les aides doivent toujours rester strictement CONFIDENTIELLES

  11. Le petit general salifu, l’autorite de ‘Etat a disparu au Mali sous Boua IBK, il ne faut pas faire de la fuite en avant, c’est facile de dire la population doit aider mais les voleurs on les connait, les corrompus on les connait tres bien et ils sont a la source de le degenerescence au Mali.

  12. Monsieur le Ministre, il y’a patrouille et “patrouille”!!! Quand pour insécurité vous multipliez les patrouilles et ces élements font exactement ce que la police routière fait en longueur de journée, alors pour quel résultat ? moi j’appelle cela la police financière (vignette, assurance, carte grise, ci..), en trente minute la patrouille rentre a la base car elle aurait fait le plein de gens à verbaliser!!!
    Patrouiller pour l’insécurité, alors fouiller les voitures, les motos, les sacs et svp oubliez la vignette ou l’assurance en ce moment ca vous encombre pour rien!!! Ne disons nous pas que les gros malfrats n’utilisent jamais un engin qui n’est pas en règle ( à vérifier bien sûr).
    C’est vous qui êtes spécialiste Monsieur le Ministre mais courir la nuit pour des contraventions ne dissuade jamais les malfaiteurs!

  13. Il y a toujours bien évidemment l’accompagnement de la population, mais aucune population ne pourra faire le travail de la police pour elle. Des bandits cambrioleurs lourdement armés (personne ne sait qui sont-ils en réalité) qui circulent en 4×4 fumées sans plaques entre 3h et 4h en pleine « état d’urgence », munis de lourdes machines scieuses, qui foncent les portes des domiciles, terroriser et dépouiller les familles de l’argent et bijoux en or …en valeur des millions…et souvent violer les femmes avant de sortir tranquillement avec leurs butins avec 0 risque d’être appréhendés et confrontés par la police sur leur chemin… que est ce qu’une population alors peut contribuer contre ce genre des cambriolages spectaculaires et musclés ? RIEN sauf d’aller le matin en pleure faire une déclaration de plus a la police.

    NON A LA CONFUSION

    Encore Gal Salif, avec ses arguments qui insiste sur la non-gravite de la situation a Bamako qui consiste a faire croire que ce sont plus les gens qui ont « l’impression » de l’insécurité a Bamako alors que c’est OK, ressemble a un diplomate politique qui est détaché de la réalité. En plus le Gal semble croire que les maliens ne savent pas faire la part des choses quand il essaie de créer une confusion en camouflant l’incapacité sécuritaire de son ministère dans les cas judiciaires (le meurtre de Kalilou par son ami, l’assassinat de l’imam, le meurtre l’apprenti sotrama etc..). Non le maliens ne sont pas aussi bêtes que d’aller mélanger toutes les pédales. On sait très bien que dans une grande ville comme Bamako il y aura forcement des meurtres crapuleux dont la gestion (dissuasion, pénalités, rééducation, sensibilisation etc.) relève de la branche judiciaire de l’état.
    Par contre, ce qu’il y a comme faillite dans la lutte contre l’insécurité croissante a Bamako c’est le manque de volonté, de stratégie, de créativité, de rigueur et de force de frappe sur le terrain face aux réseaux des bandits CAMBRIOLEURS/BRAQUEURS armés qui semblent dominer le terrain et surtout être conscients de l’absence de risques dans leurs opérations criminelles.

    NÉCESSITÉ DE LA COLLABORATION DE LA POPULATION

    Sans nul doute nos hommes de sécurité ont indispensablement besoin de la collaboration de la population (en renseignements) pour qu’ils puissent mettre la main sur les repaires de ces criminels armés qui ont la stratégie d’opérations sporadiques difficiles a localiser en cours. LE DÉMANTÈLEMENT DE RÉSEAUX CRIMINELS étant un aspect primordial dans la lutte contre l’insécurité. Mais même ici, il reste toujours au ministère de la sécurité intérieur d y être créatif ( ex., sensibiliser et motiver la population.etc )

    LA NÉCESSITÉ D’UNE POLICE CRAINTE PAR LES BANDITS

    Pour ce qui est de l’occupation du terrain par les bandits armés braqueurs/cambrioleurs la population n y peut rien ; c’est aux hommes de Gal Salif de laver l’affront que les bandits leur portent nuit et jours en braquant et cambriolant et même tuant leur population sous leur nez ( supermarchés, domiciles, stations, car de voyages etc..). Le cas de Oumar Toure (paix a son âme) doit motiver nos unités de sécurité a traquer et neutraliser ces bandits tueurs qui sévissent a Bamako…., ce jeune commerçant dynamique tué dans mare de sang devant sa jeune femme et ses enfants par ce bandits criminels sanguinaires qui ont emporté son sac remplis de ses millions pour lesquels il a travaillé des décennies de sa sueur.

    EN QUESTION DE VIE ET LA MORT, PAS DE JEU POLITIQUE

    Il n y a pas de jeu politique dans la sécurité de paisibles et innocents citoyens et de leur biens, sauf pour des personnes irresponsables. On a dit la réalité sur la situation de l’insécurité grandissante à Bamako depuis 2016, mais apparemment c’est quand ça devient politiquement insupportable au vu de la réaction populaire que le Gal Salif sort comme un diplomate pour minimiser l’ampleur et accuser les autres de dramatiser pour créer la « psychose » etc..
    Cependant, dans le quartier Yirimadio où les braqueurs ont froidement abattu Oumar Toure pour son argent en plein 21h devant sa familles et ses voisins, ce n’est plus une question de la « psychose », c’est plutôt la TERREUR qui règne là-bas !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here